Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Presque un mélo

Publié par Choupynette de Restin sur 8 Octobre 2009, 07:34am

Catégories : #Ma bibliothèque

Une fois de plus, il me faut remercier Yue Yin, qui m'a permis de découvrir de nombreux auteurs et des coups de coeurs comme Chroniques du pays des mères par exemple.
Presque un mélo est un roman très court  (150 pages environ) mais aussi intense écrit par la grecque Maria Efstathiadi, nous conte l'histoire de A., jeune femme employée dans un agence de voyage, qui entame une relation amoureuse par téléphone avec un inconnu. L'originalité de ce roman tient plus dans le style de l'auteur et la focalisation de la narration plus qu'à l'histoire elle même. Certes, une relation amoureuse par téléphone ce n'est pas banal, mais alors que les sites de recontres sur internet se multiplient, les rencontres "virtuelles" sans visage à poser sur un pseudo deviendraient presque normales, ce "pitch" n'est pas franchement original.
Le style d'Efstathiadi, au contraire, sort de l'ordinaire et est excellent: fluide, vif, un brin moqueur, il se particularise par de longs paragraphes sans point, seulement des virgules, qui m'ont donné la curieuse impression, au tout début de la lecture, de m'essoufler. Je ne lisais pourtant pas ce roman à voix haute, mais vraiment, j'ai eu cette drole d'impression. Et ce style si particulier de l'auteure colle parfaitement à son mode de narration. Ce n'est pas A. qui nous conte son histoire, ce n'est pas un narrateur omniscient, c'est Nous. Les collègues de travail, compatissants, un brin jaloux, souvent de mauvaise foi. Et du coup, le côté "je déballe tout sans prendre le temps de respirer" rend superbement les papotages, les ragots qui se veulent bien intentionnés mais ne sont que l'expression d'un plaisir un peu pervers dans le malheur des autres et se déroulant inévitablement dans un bureau. La deuxième partie du roman, beaucoup plus courte que la première, donne la parole à l'amant inconnu du téléphone. Dont, au moment où il prend la parole, on sait déjà pourquoi il s'en tenait aux relations anonymes. Dans ces dernières pages du roman, l'amant explique sa vie, et comment il en est arrivé à téléphoner à A.
Je n'en dirai pas plus pour  ne pas gâcher le plaisir de ceux/celles qui souhaiteraient lire ce roman superbe, plein de délicatesse mais aussi de lucidité sur la norme, les moeurs, la difficulté d'aimer et d'être aimé, que je vous recommande vivement.  

Commenter cet article

K
Purée mais oui tu connais l'auteur, et en plus ça a l'air bien!!!
Répondre
C
Oui, c'est Cuné qui me l'avait fait connaître. Je me questionne cependant sur celui que tu viens de chroniquer, la forme semble un peu particulière.
M
<br /> Je suis tentée. Noté, allez hop<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Je te le conseille viviement!<br /> <br /> <br />
K
<br /> Tempting, tempting!!!  Noté!  et en plus, si c'est conseillé par Yue aussi... je ne risque pas de me tromper!<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> A lire, vraiment!<br /> <br /> <br />
C
<br /> Si je mets la main dessus je tenterai la lecture des premières pages, histoire de voir!<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> N'hésites pas... et va peutêtre un peu plus loin que les premières pages, car le style est vraiment particulier. Mais passé le "choc" du style, c'est<br /> super!<br /> <br /> <br />
L
<br /> Oh, les phrases sans l'ombre d'un point me laissent sceptique. <br /> <br /> <br />
Répondre

Nous sommes sociaux !