Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


District 9

Publié par Choupynette de Restin sur 10 Octobre 2009, 07:58am

Catégories : #Petit & grand écran

District 9 est un film hybride, entre science fiction et "film à message". De quoi remballer tous ceux qui dédaignent le genre comme un "truc" de piètre qualité.

Il y a vingt-huit ans, des extraterrestres entrèrent en contact avec la Terre...Ces visiteurs d'au-delà des étoiles étaient des réfugiés et furent installés dans le District 9, à Johannesbourg en Afrique du Sud, pendant que les nations du monde se querellaient pour savoir quoi en faire...Depuis, la gestion de la situation a été transférée au MNU (Multi-National United), une société privée qui n'a pas grand-chose à faire du sort de ces créatures, mais qui fera d'énormes bénéfices si elle arrive à faire fonctionner leur extraordinaire armement. Jusqu'à présent, toutes les tentatives ont échoué : pour que les armes marchent, il faut de l'ADN extraterrestre.

Vous y voyez un film d'action/science fiction tout simple? Que nenni, District 9 c'est plus que cela. Ce métrage fait directement référence au notoire District 6, dans le lequel des Noirs étaient parqués dans la ville du Cap. Ici ce sont des aliens, moches, dégoûtants, enfermés dans un ghetto où règne la plus grande violence, où les enfants font les poubelles, où l'espoir n' a pas droit de cité. Oui, District 9 est une métaphore sur le traitement de la différence et de ceux qui sont différents. Une infinité de détails nous rappellent  les humiliations quotidiennes, le paternalisme méprisant, l'opportunisme pécunier.
Filmé dans un premier temps comme un documentaire avec interviews à l'appui, ce métrage emmène son spectateur dans les coulisses de l'inhumanité, qui n'est pas forcément là où on l'attend. Puis, petit à petit, la forme devient plus classique, pour prendre l'apparence d'un film d'action. Certains critiques s'en désolent. Il me semble au contraire que c'est un procédé intelligent pour nous impliquer encore plus, nous faire vivre intensément la deuxième partie du film, où le héros (enfin, plutôt un anti-héros) est traqué, et va découvrir l'envers du décors, le point de vue des aliens, et vivre comme eux. Le spectateur comprend alors mieux la vie des "crevettes" (surnom donné aux aliens), et leur désir de tout simplement rentrer chez eux. En somme, les deux parties du film opposent les deux points de vue: celui des humains/locaux, celui des aliens/réfugiés. Et dénoncent les rouages de l'asservissement, de la terreur alimentée par les média et l'opportunisme goulu des multinationales.
Un film intelligent, très bien réalisé et joué, qui peut se voir comme de l'action pure, mais aussi - et surtout - comme une réflexion bienvenue sur notre perception de l'Autre.

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !