Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Taqawan - Eric Plamondon

Publié par Caroline sur 26 Novembre 2019, 12:01pm

Catégories : #Ma bibliothèque, #coups de coeur

taqawan eric plamondon roman récit mi'gmaq indiens quebec saumon colonisation

Taqawan: nom donné au saumon qui revient pour la première fois dans sa rivière d'origine. Accessoirement: titre d'un magistral roman!

Cela faisait un moment que ce roman me faisait de l'oeil, et l'autre jour, alors que Miss O. avait une fois de plus demandé une sortie à la médiathèque, voilà ce roman d'Eric Plamondon m'attendant sagement sur un présentoir. 

Eh bien chère lectrice, cher lecteur, si tu n'as pas lu ce roman, fonce chez ton/ta libraire!

Taqawan est un roman total, hybride, choral, les mots manquent pour définir cet ouvrage dont la puissance est inversement proportionnelle à sa longueur (224 pages). Eric Plamondon revient sur des faits très peu connus de ce côté-ci de l'Atlantique: au début des années 1980, le 11 juin 1981 précisément, le gouvernement du Québec, histoire de réaffirmer son pouvoir face au gouvernement fédéral prétexte une histoire de droit de pêche et s'en prend au peuple Mi'gmaq et à sa pratique ancestrale de la pêche au saumon (nous revoilà au titre du roman). Réaffirmer son pouvoir, c'est envoyer 500 hommes armés de la Sécurité du Québec contre 150 hommes...les tabasser, les emprisonner, leur prendre les filets avec lesquels ils pêchent le saumon, au prétexte de la protection de la ressource. Tout en laissant les bateaux-usines exterminer ladite ressource en toute tranquillité.

Autour de cet évènement, Eric Plamondon tisse une intrigue assez classique mais qui vient éclairer les rapports entre Premières Nations et Blancs au Québec. Il y a Océane, dont le père a été arrêté et tabassé, elle-même, se confrontant aux policiers, est violée et retrouvée en forêt par Yves, garde-forestier démissionnaire (il n'a pas supporté le traitement des Mi'gmaq lors de cette fameuse journée de juin 1981). Ce dernier ira trouver William, vieux Mig'mac qui vit seul au fond de la forêt ainsi que son ex-amante Céline, institutrice française venue enseigner un an au Québec, pour aider la jeune fille.

A travers ces personnages, le Blanc, le vieil Indien, la jeune Indienne violée et la Française, Eric Plamondon donne à ressentir la situation complexe et abominable qu'imposent les Blancs au Mi'gmaq et aux autres Premières Nations. Des Québécois qui revendiquent vis à vis d'Ottawa ce qu'ils refusent absolument aux autochtones: vivre leur vie tranquillement selon leurs traditions, parler leur langue, vivre et célébrer leur culture etc.

La construction de Taqawan est parfaite: récit éclaté, chapitre fictionnels entrecoupés de réflexions ethnographiques, de références et description de la culture Mi'gmaq, de l'histoire de la colonisation etc.

Taqawan est une oeuvre singulière, violente, prenante, un pamphlet politique et écologique, remarquable sur le fond comme sur la forme qui mérite bien tous les éloges lus ici et là depuis sa sortie.

Quelques passages relevés au fil de ma lecture:

Dans l'Ouest, l'homme blanc a réussi à éliminer les Indiens en éliminant les bisons. Dans l'Est, il y avait des saumons. On les a pêchés à coup de barrages, de nasses et de filets jusqu'à l'épuisement des stocks. Les Indiens aussi sont épuisés.

Lévesque avait fait cette descente [le 11 juin] pour "faire chier Ottawa". Le conflit entre le Québec et le Canada s'invitait dans les affaires indiennes.

Au Québec on a tous du sang indien. Si c'est pas dans les veines, c'est sur les mains.

"- Alors pourquoi le gouvernement québécois ne veut pas donner aux Indiens ce qu'il demande lui-même au gouvernement canadien? Pourquoi faut-il un droit à la culture et à la langue françaises au Québec à l'intérieur du Canada mais pas de droit à la culture et à la langue mi'gmaq à l'intérieur du Québec?"

"- Ostie, quand on a vendu la moitié de la province à des Américains pour le bois, l'électricité, les mines et les réserves de pêche, ça dérangeait personne. Si c'est les INdiens qui réclament, là c'est un problème, là c'est des profiteurs pis juste une gang de soûlons. Il faudrait punir toute la communauté sous prétexte que certaines pêchent sans permis? Quand on pogne des braconniers québécois pure laine, y a personne qui dit qu'il faut punir toute la province du Québec à cause d'eux autres!"

 

 

Commenter cet article

P
Contente que tu aies aimé ce roman, j'avais beaucoup apprécié aussi et appris pas mal de choses !<br /> Je me permets de déposer mon lien : https://pativore.wordpress.com/2018/09/27/taqawan-d-eric-plamondon/<br /> Bon weekend et de belles lectures !
Répondre
C
Je vais aller voir ton billet. J'ai adoré ce roman, et je compte bien lire Oyana maintenant!
A
Un roman fort et marquant.
Répondre
A
Je l'ai dans le collimateur depuis un moment. Ton billet va peut-être être le déclencheur décisif ;-)
Répondre
C
en espérant, si tu sautes le pas, qu'il te plaise autant qu'à moi!
K
Idéal pour le mois du québec!
Répondre
C
tu l'as dit! :)
E
Toujours pas lu, il faudrait que je tente!
Répondre
C
j'espère qu'il saura t'emporter comme pour moi!

Nous sommes sociaux !