Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Les chutes - Joyce Carol Oates

Publié par Choupynette de Restin sur 19 Septembre 2006, 20:57pm

Catégories : #Ma bibliothèque

Magnifique, poignant, très très bien écrit.

J'ai découvert ce livre par l'entremise d'Agapanthe. Et je n'ai pas regretté d'avoir tenté la lecture. Pour l'histoire: Ariah, élevée dans la crainte de Dieu ou du moins de son père, révérend, le mariage n'aura duré qu'une nuit. Son mari, pour des raisons bien à lui, va se jeter dans les Chutes du Niagara. Dès lors, Ariah se sent maudite, vouée un malheur. Cette tragédie lui fera rencontrer Dirk, son futur mari avec qui elle vivra dix ans de bonheur, avant, une fois  de plus, de perdre son époux, mort dans les Chutes. Accident, meurtre? Elle ne le saura vraiment jamais. Mes ses enfants, eux, découvriront une part du secret.

Ariah est en fait une femme à la fois courageuse et terriblement lâche. Hautaine et terrifiée. Pleine de contradictions. Qui ne peut s'empêcher, malgré l'amour de son mari, de penser qu'il va la quitter, l'abandonner comme l'autre. Elle apprend à vivre, mais n'est jamais satisfaite. Elle aura trois enfants, car à chaque fois, elle pense que le prochain elle l'aimera "mieux". C'est là son histoire: peur, insatisfaction et amertume face à son destin. Et ces sentiments pour le moins négatifs, elle les transmet à ses enfants qui en conséquence sont eux aussi en proies à de grandes incertitudes, à des principes qui leur ont été imposés et dont ils ne peuvent se défaire sans "tuer la mère" au sens psychologique (ou psychiatrique) du terme.

Tout cela sur fond de développement économique et de catastrophe écologique de la région.

D'habitude je ne le fais pas mais voici un extrait:

"Mais elle tournait vers son fils impressionnable un visage railleur. On l'aurait crue furieuse contre lui. [...] Ariah parlait avec passion. Chandler la regardait, bouche bée. Une intelligence adulte dirigée avec férocité contre un enfant de neuf ans, un obusier réduisant un colibri en bouillie. [...] "Tu comprends chéri? Maman cherche juste à t'entrainer. A ne pas croire aux bêtises que tu vas entendre toute ta vie." Chandler hochait la tête, comme pourrait le faire un chien qui a reçu un coup de pied. Au moins apprenait-il. Il apprenait à ne pas se contenter de décrocher les meilleures notes à l'école mais à être réfléchi, sceptique. Il apprenait à ressembler à sa mère qui était damnée."

Je sais, ce n'est pas réjouissant comme livre, mais vraiment c'est superbe.

Commenter cet article

E
J'avais bien aimé la lecture de ce roman, quoiqu'il m'ait un peu demandé quelques efforts de temps à autre. Mais j'ai découvert l'écriture de Joyce Carol Oates, et j'ai été charmé. Tout y est dense, complexe et profond, les personnages comme l'intrigue.
Répondre
C
Bonjour Elfe! J'ai été conquise par l'écriture d'Oates, moi aussi.
G
J'ai lu ton billet, j'ai acheté le livre, il est en haut de ma P.A.L ! Merci ! J'aime beaucoup Joyce Caroll Oates. Très prolifique, et fascinante, pour moi, parce que son rythme effréné de publication n'empêche pas la qualité.... Très bonne journée à toi !
Répondre
C
Anne, Garbielle: merci de ces coms. J'espère que ce livre vous plaira autant qu'à moi!
A
J'ai vu qu'il sort en poche ce mois-ci, je ne vais pas hésiter à l'acheter!
Répondre

Nous sommes sociaux !