Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Utu

Publié par Choupynette de Restin sur 30 Août 2009, 17:20pm

Catégories : #Ma bibliothèque

Non, Utu, ce n'est pas un roman sur le Rwanda. Utu, en Maori, cela veut dire vengeance. Et ce roman de Caryl Ferey, qui fait suite à Haka, et se déroulant au Pays du long nuage blanc (la Nouvelle-Zélande donc) est un concentré de vengeance, en effet. (Attention: spoilers pour ce roman, et Haka)
Paul Osborne, spécialiste de la question maorie, a émigré an Australie. C'est là-bas, sur une plage, saoul, drogué, une vraie loque, donc, que la police vient le trouver: il doit retourner à Auckland pour aider la police à trouver le fin mot de l'enquête menée par son ancien patron Jack Fiztgerald, mort (suicidé) ainsi que tous les protagonistes de l'enquête sur un meurtrier en série apparemment d'origine Maori. Osborne va avoir bien du mal à comprendre les tenants et les aboutissants de cette investigation, les meurtriers semblant s'être évaporés. Un chef maori a disparu, mais pas moyen de trouver son corps, ni la preuve qu'il soit vivant ou mort d'ailleurs. Aidé d'une jeune légiste anglaise, il va tenter le tout pour le tout afin de prouver que Fitzgerald ne s'est pas suicidé et qu'il était bel et bien sur la piste du tueur. Mais Osborne a mis le doigt dans un engrenage infernal, et son amour d'adolescence, une Maori, est mêlée à l'affaire. Passé et présent s'entremêlent, pour la plus grande confusion de notre enquêteur.
Dans cette suite, Ferey n'y va pas par quatre chemins, et c'est franchement violent. Osborne est violent. Mais c'est tout l'univers que nous décrit Ferey qui semble être pourri. Viol, torture, cancer, meurtre, j'en passe et des meilleures. Dans cette violence pourtant, rien n'est gratuit, même si la scène de plusieurs pages dans le club échangiste m'ont donné l'impression d'avoir été écrites pas tant comme une pièce de plus du puzzle, mais plutôt comme un moyen de choquer un peu plus le lecteur. 
Les personnages sont entiers, faits de lumière et d'ombre, chacun ayant son propre objectif a atteindre.
Dans Haka, j'avais été un peu gênée par le style de l'auteur, parfois un peu trop porté sur la métaphore alambiquée. Ici, le style est moins lourd, mais toujours aussi efficace, au service d'une intrigue retorse, compliquée et intense, et d'un univers glauque, prenant.
Si vous n'avez pas froid aux yeux, Utu, tout comme Haka, sont à lire.

Commenter cet article

M
<br /> Je viens de terminer "Zulu" du même auteur : comme ce que tu dis ici, les scènes de violence du livre ne sont pas gratuites. Je pense découvrir les autres maintenant (mais pas tout de suite car ce<br /> n'est pas très "reposant", j'ai eu un peu l'impression d'avoir été passée dans une lessiveuse... ).<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Zulu est je pense le prochain que je lirai de Ferey. Comme tu le dis, ce n'est pas vraiment "reposant"... !<br /> <br /> <br />
N
En voilà un que je veux absolument découvrir, même si tous les billets confirment que ses romans sont violents ... Mais tant pis ! J'ai envie de quelques lectures saignantes. Il faudrait donc que je commence par "Haka", puis "Utu" et enfin "Zulu", son dernier roman ! Cela ne va pas faire de bien à ma PAL ...
Répondre
A
pas pour l'instant mais un jour où j'aurais envie de glauque ...Cela arrive !
Répondre
C
<br /> parfois, on a envie de glauque, c'est vrai. En ce moment, j'ai envie de tout sauf de trucs sérieux!<br /> <br /> <br />
C
Et il est dans ma PAL! Il faut juste que je me décide à me remettre aux polars!
Répondre
C
<br /> je viens de lire un autre polar (de K. Bruen), qui en fait n'en est pas vraiment un..<br /> raté pour moi! mais bon, c'était quand même pas mal, particulier, mais pas mal!<br /> <br /> <br />
B
Entièrement d'accord , 2 livres à lire... Zulu est dans la même veine.Et dire que j'avais trouvé Utu moins violent que Haka! Il faudrait peut-être que je les relise , tiens!
Répondre
C
<br /> Certes, moins violent que Haka, mais bon, Haka, c'était quelque chose hein! Alors du coup, même si c'est moins violent, ca reste quand même au-dessus de la<br /> moyenne des polars habituels dans ce domaine!<br /> <br /> <br />

Nous sommes sociaux !