Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Le magasin des suicides

Publié par Choupynette de Restin sur 6 Août 2008, 12:04pm

Catégories : #Ma bibliothèque

Les Tuvache tiennent un magasin peu commun, du moins du point de vue du lecteur de 2008. Dans cette échoppe, on dit "adieu" et pas "au revoir" au client, on ne propose pas de carte de fidélité.. et pour cause, on offre ici le meilleur moyen de "réussir sa mort".
J'ai beaucoup apprécié la première partie du roman, et surtout l'ingéniosité de Teulé à trouver tous les jeux de mots et situations drôles. Entre les divers poisons, les kimonos spéciaux "sepuku" avec un croix sur le devant pour bien viser, les personnages caricaturaux de l'adolescent futur "mass killer" ou le fils cadet toujours heureux, l'auteur provoque plus d'une fois le sourire du lecteur. Eh oui, seulement sourire, car pour ma part, je n'ai pas connu de moment d'hilarité. J'ai souri, trouvé les divers petits détails parfaitement choisis, mais je suis restée sur ma faim.
Enfin, je trouve que lorsque l'auteur renverse la situation (le magasin vend des farces et attrappes), cela marche beaucoup moins bien, car le côté décalé disparaît presque complètement.
Donc un avis mitigé, mais qui ne m'empêchera pas de lire dans un avenir prochain Je, François Villon.
Merci Yue Yin pour ce prêt (eh oui, YY est fournisseur officiel de Choupynette!)

Commenter cet article

Bénédicte 09/04/2010 20:13



je n'ai pas vraiment apprécié ce livre je me suis ennuyée et je pense que l'histoire aurait été mieux adaptée à une BD d'humour noir



Essel 24/08/2008 19:39

Je l'ai lu moi aussi, je l'ai beaucoup apprécié, mais le dernier tiers ainsi que le dénouement m'ont légèrement déçue. J'en avais aussi fait la critique que voici :"On compte bien peu de romans humoristiques. Comme au théâtre, il est souvent plus difficile de faire rire que de faire pleurer. Pari gagné pour Jean Teulé qui nous immerge avec un réel bonheur dans un univers original complètement décalé, où le suicide et la mort, loin d'être des tabous, deviennent presque la règle au moindre mal, et où le rire des enfants n'est pas le bienvenu. Et justement, par petites étapes, la fissure se crée, dérangeante d'abord, puis s'élargit sur cette lueur de vie, cette bouffée de joie en la personne adorable du cadet, Alan... Tout ici prête à sourire. A commencer par les prénoms choisis pour les différents membres de cette famille digne de la famille Adams : Mishima pour le père, Lucrèce pour la mère, tous deux consciencieux dans leur prescription des meilleurs produits pour leurs clients auxquels ils disent toujours "adieu", Vincent (Van Gogh) pour l'aîné, grand anorexique inventif, tourmenté par ses cauchemars, et Marilyn (Monroe), l'ado mal dans sa peau. On admire au passage l'imagination débordante de l'auteur qui, s'inspirant initialement du masque triste de circonstance affiché par les pompe-funèbres, décline, dans ce commerce émergeant dans un futur où tout va mal, tout un éventail d'inventions pour se suicider. Or elles ne sont jamais morbides ou glauques, toutes ces idées ingénieuses, ni d'ailleurs les motifs énoncés par les clients. Et puis il y a surtout ce comique né du contraste évident entre la famille Tuvache et le petit dernier, jusqu'à son renversement complet dans le dénouement..."A bientôt !

BlueGrey 12/08/2008 12:00

Comme beaucoup j'ai aimé le ton acide et drôle de la première partie de ce roman, mais mon intérêt a sombré dans la seconde partie, quand le récit bascule dans la mièvrerie.Par contre, tout comme YY, j'ai vraiment beaucoup aimé "Je, François Villon", roman très fort et un peu dérangeant...

Aileean 09/08/2008 11:52

Je l'ai commencé récemment, mais non, décidément, je n'ai pas accroché. J'ai un peu souri, effectivement , de l'humour décalé, mais finalement, j'ai laissé tomber, un peu lassée.

Yohan 09/08/2008 11:13

exactement la meme impression que toi pour ce livre ! Mais je ne désespère pas, et suis plongé actuellement dans Je, François Villon, qui est pour l'instant un très bon livre !

Nous sommes sociaux !