Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


La joueuse d'échecs

Publié par Choupynette de Restin sur 14 Avril 2008, 10:59am

Catégories : #Ma bibliothèque

Que dire d'un roman dont le titre rappelle tant l'oeuvre de Stefan Zweig? Pas grand chose, malheureusement.
Eleni est femme de chambre dans un hôtel de l'île de Naxos. Une vie simple, banale, ennuyeuse, avec son mari garagiste et ses deux enfants. Sans être satisfaite de son existence, Eleni ne cherche pas non plus à s'émanciper. Même si elle rêve parfois de Paris.
Et un jour, alors qu'elle fait justement la chambre d'un couple de parisiens, élégants et amoureux, elle fait tomber une pièce de leur jeu d'échec, et ne sait bien sûr pas où la replacer. Elle va alors tenter d'apprendre à jouer, grâce à un vieux professeur. Métaphore entre le jeu lui-même, qui demande concentration, volonté, intelligence, opiniâtreté, et les qualités que va devoir développer Eleni pour s'émanciper, et être indépendante.
Tout est dit. Ce très court roman de Bertina Henrichs nous conte les tergiversations d'Eleni, ses interrogations, la difficulté dans une petite communauté de faire "autrement", d'être autre chose qu'une femme de chambre respectant les traditions. Mais tout cela nous laisse sur notre faim, sans avoir vraiment "ressenti" Eleni, sans nous être impliqués dans son histoire. Ce fut même un peu ennuyeux. Rien à voir évidemment avec la puissance du livre de Zweig.

Commenter cet article

G
Je viens de lire Le Joueur d'échecs, et j'en suis trop imprégné pour pouvoir lire celui-là. C'est vrai que le titre est très con!
Répondre
N
J'ai bien aimé ce roman, d'abord parce qu'il se passe en Grèce et puis cette femme de ménage qui découvre ce jeu fascinant et qui va y mettre toute son énergie, ce jeu lui permet de sortir de son quotidien de sa condition de femme de ménage c'est un peu comme le livre "l'élégance du hérisson" on n'aime pas trop quand les gens sortent de leur "case".
Répondre
C
<br /> En cela, le livre portait en lui un potentiel très intéressant, qui me semble avoir été gâché par une narration convenue.<br /> <br /> <br />
B
Je plussois : "Les beaux dimanches" de Magali Duru ont aussi été pour moi une bien belle découverte !
Répondre
C
<br /> <br /> Oui! la chronique paraît demain. J'ai adoré! quelle maîtrise!<br /> <br /> <br /> <br />
I
Oui, j'ai enfin terminé Terre des oublis et j'en retire un sentiment assez paradoxal : la lecture m'a parue interminable, je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages et pourtant je ne cesse d'y repenser. D'ailleurs, pour la livraison de ce mois-là, j'ai voté pour lui, les autres livres en lice étaient pires encore ;)Cela dit, grâce au Livre de Poche toujours, j'ai trouvé plus interminable encore : Jonathan Strange & Mr Norrell. Je n'en vois pas le bout et je me demande bien si je vais tenir jusqu'à la fin. Déjà que je ne suis pas fana des histoires de magiciens, mais là c'est au-delà de mes forces... Heureusement, le Capote a sauvé cette autre sélection du néant.Quant à celle de ce mois-ci, pour le moment, rien de renversant, c'est désespérant, à te dégoûter de la lecture ! Dire que pendant ce temps-là m'attendent de bons bouquins dans ma PAL, faut vraiment être maso.
Répondre
C
<br /> <br /> Maso est le terme qui convient... Niveau polar, seuls les premiers romans, d'auteurs novices donc, ont réussi à trouver grâce à mes yeux !!! c'est à dire 2 sur 6<br /> ou 7.... pour la sélection littérature, à part la toute première, pour l'instant j'ai le même sentiment que toi! A cause de ces lectures obligées, mon challenge ABC n'avance guère, mais bon, je<br /> me console avec quelques petites découvertes sympathiques, comme par exemple Les beaux dimanches, de Magali Duru que je te conseille vivement!<br /> Allez, courage! ;o)<br /> <br /> <br /> <br />
N
Il est parfois facile de reprendre le titre d'un livre aussi imposant que celui de Zweig. De là à être à la hauteur de celui-ci est une autre histoire .... Personnellement, snob comme je suis, je préfère l'original à la contre-façon ;o)))
Répondre
C
<br /> Pareil!! je trouve l'idée du titre idiote, car la comparaison vient forcément à l'esprit...et la comparaison n'est pas vraiment à l'avantage de cet<br /> ouvrage!<br /> <br /> <br />

Nous sommes sociaux !