Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Raging bull

Publié le 16 Avril 2008, 19:59pm

Catégories : #Petit & grand écran

Raging Bull retrace les moments forts de la carrière flamboyante de Jack La Motta, champion de boxe poids moyen. Issu d'un milieu modeste, il fut le héros de combats mythiques, notamment contre Robinson et Cerdan.

Autodestructeur, paranoïque, déchiré entre le désir du salut personnel et la damnation, il termine son existence, bouffi, en tant que gérant de boîte de nuit et entertainer. Quand l'ascension et le déclin d'une vie deviennent épopée...

Martin Scorcese filme ici un De Niro méconnaissable. Le film est glaçant, le personnage principal horripilant, détestable, pathétique. Le cas typique d'un homme ici d'un milieu très modeste, perpétuellement en questionnement sur sa propre valeur, ayant toujours besoin d'être rassuré. Et en dépit de la loyauté de ses proches, son manque total de confiance le mènera à une fin de vie minable.
Pas moyen d'aimer ce Jake La Motta. Certes l'on peut admirer sa tenacité pour devenir le champion que l'on connaît. Ses combats homériques contre Sugar Ray Robinson témoignent à la fois du milieu pourri de la boxe et de son caractère implacable, toujours la rage au ventre. Mais c'est cette rage même qui sera son pire ennemi. Jake, je le disais, est perpétuellement en colère. Contre tous, contre le monde entier. Et il ne tape pas que sur le ring. Sa femme, son frère. C'est un homme excessif. Remarquablement joué par De Niro, qui sait retranscrire par la plus petite mimique, le plus petit geste, toute cette rage, cette hargne, et aussi cette immense fragilité qui habitent La Motta. Scorcese quant à lui maîtrise son sujet. Tout le New York de l'époque revit sous nos yeux, la pègre, les bouges, les matchs de boxe au public déchaîné.
Sans conteste Raging Bull est techniquement un très bon film. Réalisation et interprétation sont excellentes. Mais le personnage même de La Motta m'a empêché de vraiment "aimer" cette oeuvre.

Commenter cet article

G
Très dur, effectivement, d'aimer un film ou un livre que le ou les héros sont des personnages détestables. J'ai ressenti la même chose en regardant Raging Bull, pourtant je suis resté médusé devant la beauté plastique du film. J'ai eu le même problème avec La trilogie du Parrain de Coppola, ou plus récemment avec Doggy Bag de Philippe Djian. Dur de faire la différence entre l'objectif et le subjectif.
Répondre
D
Bonjour Choupynette, comme toi, je ne nie pas les grandes qualités de ce film que j'ai vu à la sortie mais je me rappelle que le personnage même décrit n'est pas sympathique, c'est un film qui m'avait ennuyée, le sujet n'est pas passionnant.
Répondre
C
<br /> Je n'aime pas la boxe, et c'est vraiment sa réputation qui m'a fait regarder ce film. Qui ne m'a pas emballée donc. Et le personnage principal<br /> détestable.<br /> <br /> <br />
L
rien à voir avec le sujet mais mon avis sur le dernier Chalandon "Mon traître" est en ligne depuis février. clique sur la couv' pour le lire. Il confirme mon enthousiasme pour l'auteur.
Répondre
C
<br /> <br /> j'ai vu ça!<br /> <br /> <br /> <br />
Y
LA boxe ce n'est pas mon truc, ma grandère m'a raconté comment elle allait aux matchs avec une de ses amies (je en sais pas trop quand d'ailleurs dans els années 30/40 je suppose !), frissons, adrenaline tout le bastringue, j'arrive difficilement à me représenter ça :-)
Répondre
C
<br /> <br /> Ben moi non plus c'est pas mon truc!! je trouve même ça très idiot comme sport, mais bon... chacun ses goûts, je suppose!<br /> <br /> <br /> <br />
T
La sempiternelle différence entre le chef d'oeuvre et le coup de coeur... :-)
Répondre
C
<br /> <br /> hé oui!! Et là, la différence est flagrante!!<br /> <br /> <br /> <br />

Nous sommes sociaux !