Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


3 bis, rue Riquet - Frédérique Le Romancer

Publié par Caroline sur 10 Juin 2018, 06:19am

Catégories : #Ma bibliothèque, #chroniques radio

3 bis rue riquet roman frédérique le romancer denoël feel good book

Au 3 bis de la rue Riquet en plein centre de Toulouse, un petit immeuble à la façade un brin défraîchie. Les habitants ne se connaissent pas vraiment. Se tolèrent, parfois à grand peine. Il y a Mado la (très) vieille prostituée à forte gueule, Cécile traductrice et agoraphobe, Lucie aide à domicile et Marc, qui a racheté les deux petits apparts du dernier étage pour en faire un grand. Arriviste, propre sur lui, qui ne supporte pas Mado.

Frédérique Le Romancer nous emmène, telle la petite souris qui se glisse partout, au cœur de leurs vies et de leurs secrets. De leurs failles et de leurs espoirs. Chacun a ses fêlures, certains se trouvent comme en suspens, d’autres tentent de redonner de l’allant à leur existence. Et tout ce petit monde, se croise (parfois) se toise, s’ignore ou s’invective (pour rester poli)

On s’en doute, certains évènements vont accélérer les « connaissances », pour le meilleur et pour le pire, ces voisins vont devoir se parler.

Frédérique Le Romancer croque des tranches de vies d’une plume vive, pleine de gouaille (surtout avec Mado) et beaucoup d’humour. Chaque chapitre est l’occasion de suivre un personnage, d’entrer dans son univers. Elle décrit des individus comme vous et moi, qui tentent de composer avec les cartes qu’ils ont en main, certains persuadés d’avoir des atouts qu’ils ne possèdent pas, et vice versa. L’auteure pointe sans donner de leçon les travers de notre société, où l’on habite si proche les uns des autres, sans jamais vraiment se rencontrer, sans jamais vraiment essayer de lier contact. Comme si le voisin n’était forcément qu’une menace. Une nuisance. Elle remet de l’humain pour un roman dans la mouvance « feel good » sans tomber je trouve dans le gnangnan comme j’ai pu le craindre un moment. Au contraire, j’ai beaucoup aimé la fin, positive sans guimauve. Des personnages qui ne tombent pas dans la caricature. De la justesse dans ce premier roman prometteur.

Commenter cet article

A
Une lecture qui a l'air bien sympathique.
Répondre
C
Très sympa en effet!

Nous sommes sociaux !