Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Sur ma peau

Publié par Choupynette de Restin sur 9 Mars 2008, 14:43pm

Catégories : #Ma bibliothèque

Voilà un premier roman réussi.  Gillian Flynn nous fait suivre l'enquête  que mène Camille, jeune journaliste, revenue pour l'occasion dans la ville de sa jeunesse. Deux petites filles, à un an d'intervalle, ont été kidnappées puis retrouvées mortes et édentées. Le rédacteur en chef d'un quotidien très moyen de Chicago envoie donc Camille en quête d'un scoop qui les sortira de l'ombre. il compte sur le fait que Camille soit originaire de Wind Gap pour leur permettre d'en apprendre plus, plus vite. 
flynn.gifDans un style très particulier, écrit à la première personne du point du vue de Camille, ce polar est une jolie (si l'on peut dire, au vu du contenu!) découverte. L'atmosphère y est sombre, angoissée, au même titre que l'héroïne qui s'adonna pendant des années après la mort de sa petite soeur à l'auto-mutilation, gravant dans sa chair des mots tels que frigo, laide ou disparaître. Tout comme les personnages qu'elle va croiser, vieilles connaissainces ou nouveaux venus à Wind Gap, Camille est une personne tourmentée, par son passé notamment, ses relations difficiles avec sa mère, sa demi-soeur, ses anciennes amies. Par les choix qu'elle a fait, ou pense qu'elle aurait dû faire.
C'est un roman dérangeant, sur la violence quotidienne, autant psychologique que physique, dans une petite ville où tout le monde se connaît, qui ne peut laisser son lecteur insensible. Qui ne connaît pas la fille qui se pense mieux que les autres, mais qui n'est jamais partie de sa petite bourgade? Ou les mamans célibataires dont les seules préoccupations sont leurs enfants... et le papotage façon langue de vipère?
Camille est une anti-héroïne, dont je n'ai toujours
pu accepter les actions, tout en les comprenant. Sans en dévoiler plus, je peux vous dire que l'auteur traite là d'un sujet particulièrement sensible, sans toutefois tomber dans les excès propres au genre. Son parler est cru, mais jamais gratuitement. 
En somme un très bon premier roman, avec ses défauts bien sûr mais bien mené, sombre, parfois à la limite du glauque. Terriblement prenant.
Sélection Prix des Lecteurs du Livre de Poche
Catégorie Polars (mars 2008)

Commenter cet article

Gaël 17/03/2008 19:14

J'ai l'impression d'être les personnages que l'on rencontre dans ce livre. Suis-je prêt pour une confrontation amère avec moi-même?...

Choupynette 11/03/2008 15:34

Yue: ben en fait, c'est un peu glauque quand même.... un peu d'espoir à la fin, mais pas trop. Donc, on peut pas dire que ça remonte un moral!Karine: moi aussi! quand c'est bien fait!

Karine 11/03/2008 12:37

Très tentant...  j'aime bien les trucs qui se passent dans une petite ville où tout le monde se connaît.!

yueyin 11/03/2008 11:45

Il fait quand même un peu froid dans le dos non ? brrr...

Choupynette 10/03/2008 14:54

@JoAnn: ;o)))@Goelen: j'attends ta chronique. tu as lu le Rendell??@JV: peut-être un peu trop explicatif, mais cet épilogue ne manque pas d'ironie et est à l'image du personnage principal: ambigue et tourmenté.

Nous sommes sociaux !