Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Une famille anglaise - Helen Walsh

Publié par Choupynette de Restin sur 19 Octobre 2014, 11:58am

Catégories : #Ma bibliothèque

http://www.renaud-bray.com/ImagesEditeurs/PG/1347/1347140-gf.jpgRobbie Fitzgerald, d'origine irlandaise et à la tignasse rousse, a épousé Susheela, jeune Malaise à la peau foncée. Mais à Warrington dans le nord du Royaume Uni des années 1970, les "Pakis" (nom - insulte - désignant les asiatiques à la peau foncée) ne sont pas vraiment appréciés. Le racisme est partout, notamment dans les quartiers pauvres.
Robbie, ouvrier le jour, envoûte les spectateurs la nuit dans les pubs et cabarets de sa voix chaude. Susheela, elle, a abandonné son métier d'infrmière après la naissance de leur deuxième enfant dans des circonstances terribles: une naissance prématurée suite à un viol. Viol que Susheela, devenue Sheila (pour faire plus anglais)  n'avouera jamais à son mari. Ils déménagent alors dans un nouveau quartier d'une ville voisine...Mais les rêves des uns et des autres s'éloigneront de plus en plus. Nous suivons la famille Fiztgerald sur plus d'une dizaine d'années, et ce que nous voyons n'est pas joyeux.

Dépressifs, s'abstenir ! Je crois que j'ai rarement lu un livre aussi déprimant. La haine, la jalousie, le racisme suintent de ce récit où un père envahi par l'amertume, ses rêves de gloire s'évaporant au fil des années, en vient à détester sa femme, méprise son fils Vincent trop souvent plongé dans ses livres et incapables de se défendre à l'école. Robbie n'a d'yeux que pour sa fille Ellie. Sheila de son côté ne peut cuisiner des recettes de son enfance qu'en cachette de son mari, tente de s'intégrer au sein des "desperate houswives" du quartier.

Dans ce contexte, Vincent et Ellie tentent de survivre un peu comme ils le peuvent...Vincent se plonge dans ses lectures entre deux brimades (voire pire) à son école, Ellie devient une ado menteuse, et plonge dans la drogue et le sexe.

Walsh dépeint une société implacable, pétrie de stéréotypes et de préjugés, raciste à tous les niveaux, où les communautés ne se mélangent que par inadvertance. Une société de l'apparence, en plein développement du consumérisme. Où il faut acheter le dernier gadget ou une berline.

Oui, désespérant, ce roman. Pourtant je l'ai lu très vite, car même si les personnages sont loin d'être attachants (on a envie de les secouer, leur donner des coups de pied aux fesses, de leur ouvrir les yeux et les forcer à se parler), j'avais envie de savoir ce qui allait leur arriver. Cependant, le style de l'auteure m'a souvent agacée. Notamment dans la description des performances musicales de Robbie et l'emploi surabondant de superlatifs. C'était à la limite du grandiloquent et du grotesque. Les personnages, la famille Fiztgerald surtout étaient un peu "trop". Tant de malheurs dans une même famille? Tant de bêtise humaine? Cela manque grandement des lumières qui éclairent parfois les histoires les plus dures.

Je suis donc assez mitigée sur cette lecture. Je n'ai pas détesté, je n'ai pas adoré non plus.

Commenter cet article

Céline 30/10/2014 11:50


J'ai beau ne pas être dépressive, je ne pense pas avoir envie de m'enfoncer dans toute cette noirceur et ce manque d'espoir..

dasola 24/10/2014 10:16


Bonjour Choupynette, je fais donc l'impasse sur ce roman. J'en ai tellement qui m'attendent. Bonne journée.

Cryssilda 22/10/2014 12:23


Je note, malgré tes réticences.... car le sujet m'intéresse.

Alex-Mot-à-Mots 21/10/2014 21:08


Je ne suis pas tentée par une lecture tristounette en ce moment.

Kathel 20/10/2014 07:51


Pff... rien à noter du côté de ce roman... il ne m'inspire pas !

Nous sommes sociaux !