Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Thirst, ceci est mon sang

Publié par Choupynette de Restin sur 5 Octobre 2010, 05:38am

Catégories : #Petit & grand écran

Le cinéma coréen, je ne crois pas trop le connaître. En fait, j’en suis même sûre. Je crois que j’ai vu Infernal Affairs (dont Scorsese a fait le remake, Les infiltrés) d’Andrew Lau et Alan Mak. Pas mal, mais je n’avais pas adoré non plus. Tout cela vous fait une belle jambe me direz-vous. A quoi je réponds : si elle est épilée, oui !

Bon il est tard, pardonnez l’humour lourdingue. Alors, au fait ! Pour le challenge d’Hilde et Lou, j’ai pris, si vous vous en souvenez le menu Lestat, un défi sauce vampire donc. Il me faut lire et voir ce qui a trait aux suceurs de sang qui pullulent sur les blogs, les écrans et j’en passe. J’ai déjà vu Morse, un excellent et poétique film suédois. Profitant de ce que la http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/68/70/35/19161337.jpgchaîne cryptée C+ avait fait de septembre son mois « vampiresque », j’ai découvert Thirst, ceci est mon sang.  

 

Sang-hyun est un jeune prêtre coréen, aimé et respecté. Contre l’avis de sa hiérarchie, il se porte volontaire pour tester en Afrique un vaccin expérimental contre un nouveau virus mortel. Comme les autres cobayes, il succombe à la maladie mais une transfusion sanguine d’origine inconnue le ramène à la vie. De retour en Corée, il commence à subir d’étranges mutations physiques et psychologiques : le prêtre est devenu vampire. Mais la nouvelle de sa guérison miraculeuse attire des pèlerins malades qui espèrent bénéficier de sa grâce. Parmi eux, Sang-hyun retrouve un ami d’enfance qui vit avec sa mère et son épouse, Tae-Ju. Il succombe alors à la violente attirance charnelle qu’il éprouve pour la jeune femme…

Il faut le dire tout de suite, pendant longtemps (un peu plus de 40 minutes) je n’étais intéressée que par la photo, les couleurs. Et je dois dire que j’ai même hésité à appuyer sur la touche « stop » de la télécommande. Et puis arrive l’inenvisageable quand on s’installe sur un canapé : on se retrouve nez à nez avec Thérèse Raquin. Oui, je sais, c’est complètement extravagant ce que je dis là. Vous vous dites : mais qu’est-ce qu’elle a fumé, la Choupynette ? Eh bien rien du tout figurez-vous ! Et là, attention, SPOILERS.

Ca a fait tilt quand Sang-hyun et Tae-Ju, devenus amants, se retrouvent sur une barque, au milieu d’un lac, avec l’intention manifeste de tuer le mari de Tae-Ju. Alors… ça vous fait penser à … oui, Thérèse Raquin ! Je me suis dit, tiens, un clin d’œil. Mais c’est bien plus que cela : quand la mère comprend que son fils ne sera jamais retrouvé vivant, elle fait une attaque et reste paralysée mais totalement consciente… Comme la mère de Camille dans le livre de Zola ! Comme dans ce fabuleux roman, le mort revient « hanter » les amants assassins. Comme dans le roman la belle-mère regarde avec satisfactions les amants mourir. FIN DES SPOILERS

Au-delà de ce clin d’œil plus qu’appuyé à un romancier français, le réalisateur propose une réflexion sur le Bien et le Mal, sur la culpabilité, sur la foi aussi.

Plombé par des longueurs, le film prend son « rythme » de croisière passée la première moitié et est d’une qualité esthétique indéniable. Certaines images plutôt gore sont tout simplement magnifiques à regarder. Park Chan-Wook, le réalisateur a un vrai talent, une virtuosité en ce qui concerne la construction de ces plans, l’utilisation des couleurs (quasiment uniquement, dans la majeure partie du film, des tons de vert et de bleu, très loin de l’habituel noir/rouge des vampires), de la lumière. C’est très beau à voir. Et c’est aussi parsemé de touches d’humour grinçantes.

 

Quelques répliques qui m’ont beaucoup plu :

Sang-hyun (prêtre je le rappelle) à un autre membre de l’Eglise : « quand on est mort, on est bien mort n’est-ce pas mon père ? Il n’y a plus rien après ? »

Sang-hyun à une femme en confession : « le suicide est un grave péché. Vous direz trois Ave Maria, puis vous irez chez le psychiatre et vous prendrez des anti-dépresseurs »

Sang-hyun : « la prière n’a qu’un effet psychologique »

 

Un film vu dans le cadre du challenge Halloween de Lou et Hilde. Déjà vu pour ce challenge, Morse.

http://www.myloubook.com/media/00/01/47740506.jpg

Commenter cet article

trillian 07/10/2010 14:38



Departures à en effet eu l'oscar du meilleur film étranger, c'est un très jolie film mais dans le même genre j'ai préféré Still walking si tu tombes dessus n'hésites pas! (mais il est japonais
celui là!); Printemps, été...est un seul et même film d'1h30 environ, c'est un très beau film, et Locataire est du même réalisateur, et c'est aussi un très beau film!


Thirst m'a fait un peu la même impression, parfois sans plus, et certaines scènes très réussie;



Choupynette de Restin 09/10/2010 16:04



merci pour ses référénces ciné! je vais voir à la médiathèque si je les trouve!



trillian 06/10/2010 22:56



J'avais beaucoup aimé Infernal affairs (mais ce n'est pas coréen, c'est chinois!!) le cinéma coréen m'a apporté beaucoup de très belles surprises ces dernières années, tu devrais voir Printemps,
été, automne, hiver et printemps, memories of murder, barking dog, Locataires et Le vieux jardin, ce sont les plus beaux films coréens que j'ai vu ces dernières années, et je rajouterais
Departures qui est japonais; j'avais beaucoup aimé certains aspects de Thirst même si ce n'est pas le meilleur des films!



Choupynette de Restin 07/10/2010 10:54



Ah bon??? je croyais que c'était coréen tu vois...


Attends, "Printemps, été.. " c'est le même film?? ou un volet pour chaque saison? Departures me faisait envie (n'a-t-il pas eu l'oscar du meilleur film étranger?)


Non, je dois dire que Thirst m'a ennuyée jusqu'à la moitié à peu près. Mais comme cela fait partie du Challenge Halloween, j'ai persisté...



maggie 06/10/2010 21:58



De même, je connais mal le cinéma coréen : ca doit être assez amusant de voir thérèse raquin à travers la culture coréenne... Je note le titre !



Choupynette de Restin 07/10/2010 10:54



C'est particulier attention... certaines scènes m'ont presque soulevé le coeur..!



Hilde 06/10/2010 20:51



Comme Lou, je ne connais rien au cinéma asiatique mais j'aime beaucoup les répliques! Je note.



Choupynette de Restin 07/10/2010 10:54



Il y a pas mal d'humour (souvent noir d'ailleurs) dans ce film.



Pink.Canary 06/10/2010 20:19



Je l'ai regardé également mais pas jusqu"à la fin. Je n'aurais pas mieux dit que Petite Fleur, le cinéma coréen, c'est une expérience. Les coréens tentent des choses, ont une esthétique
différente des occidentaux, peuvent être audacieux, avant gardistes même! Il y a des films que j'aime beaucoup (The chaser, Memories of Murder, Saving my hubby, Oasis, Volcano high, Save the
green planet...) et d'autres, comme celui çi qui me rendent perplexe et qui ne me "laissent pas entrer" dedans. Merci pour cette critique très intéressante en tout cas!



Choupynette de Restin 07/10/2010 10:56



C'est très différent en effet. C'est la remarque que je me faisais en regardant le film.
Toi aussi tu cites Memories of Murder... il faudra que je vois ça!


Merci de ton passage ici!



Nous sommes sociaux !