Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


The handmaid's tale

Publié par Choupynette de Restin sur 7 Juin 2010, 22:45pm

Catégories : #Ma bibliothèque, #coups de coeur

Décidément, deux lectures consécutives qui m'ont totalement emballée, dans des sujets complètement différents et donc pour des raisons et sur des styles diamétralement opposés. Ce roman de Margaret Atwood que je vous présente ici et The time-traveler's wife d'Audrey Niffeneger dont je parlerai le 15 juin prochain, puisque c'est une lecture commune avec AbeiLLe et MyaRosa.

Mais revenons à ce roman poignant et terrible d'Atwood, auteure célèbre que je découvrais ici.Offred (traduisez de fred), est une servante écarlate. Un "utérus sur pattes." Sa seule et unique fonction au sein de la république de Gilead est la reproduction: le taux de fertilité est en effet en chute libre. Elle est une "ressource nationale". C'est elle qui nous raconte dans ce journal sa vie présente et passée.

Dans cette société, la femme est un objet. Quel que soit son statut: Epouse, Servante, Martha (domestique), - chacune ayant un code couleur -  elle est la propriété de la société toute entière. C'est tout l'ignoble paradoxe de ce régime: http://www.madrascafebooks.co.nz/images/images_product/0099740915.jpgdonner une importance centrale et un caractère sacré à la femme, et pour cette même raison la priver de tout libre arbitre, de toute liberté, de toute dignité. La servante écarlate comme Offred est l'exemple ultime de la place de la femme dans cette société: ventre, elle ne peut même plus porter son nom, seulement celui de l'homme qui doit l'engrosser. Et dès qu'un enfant sera né, elle sera transférée dans une autre maison pour de nouveau "procréer".

Tout au long de récit, nous suivons la lutte de Offred pour ne pas perdre la raison, pour se souvenir aussi, et pour vivre enfin, la peur toujours chevillée au corps. Elle nous raconte également le passé: son mari, sa fille, sa mère etc. Et nous laisse entrevoir les débuts de la république de Gilead, les circonstances et les raisons de la révolution religieuse qui a donné naissance à ce régime totalitaire.

Margaret Atwood livre un récit d'une aridité rare. Aussi aride que la vie de ces femmes cantonnées dans des rôles stéréotypés, engoncées dans des règles d'un autre âge, toujours sur le qui-vive de peur d'être dénoncées. Par une foule de détail plus terrifiants les uns que les autres, nous est donné à voir une société ultra-répressive, fondée sur la foi, dans laquelle le Mot est source de liberté potentielle et donc dangereux. Aucune femme n'a le droit de lire. Les livres sont l'apanage des hommes. Gardés sous clés. Lire un mot brodé sur un coussin est déjà un acte subversif. L'homosexualité, tout comme l'avortement et l'adultère sont punis par la peine de mort, et les coupables exposés aux remparts de la ville, comme au moyen âge. Aucun accès, lors de la grossesse à quelques tests que ce soit, ni lors de l'accouchement, qui se fait devant l'ensemble des femmes de la communauté concernées: Epouses et Servantes écarlates. Et dans un monde où la femme est objet, son pire ennemi n'est pas seulement l'homme mais aussi et surtout l'autre femme.  Qu'elle soit Tante (genre de sergent-instructeur de la future Servante écarlate), ou Epouse. Des exécutions publiques ("salvagings") sont organisés, ainsi que des "particicutions": des exécutions dont les bourreaux sont les servantes écarlates elles-mêmes. Des lynchages publics. Et ainsi de suite. Une société terrifiante. Éprouvante à découvrir pour le lecteur.

En somme ce qu'Atwood dépeint c'est un concentré de tout ce que l'on peut imaginer de pire aujourd'hui: fanatisme religieux (chrétien, et autre), extrémisme de toute obédience, problèmes environnementaux (qui auraient mené notamment aux problèmes de fertilité) etc. J'ai vu dans cette république de Gilead un concentré de ce que l'humain porte de pire en lui. C'est terrifiant, fascinant et souvent, on se dit que c'est un futur possible, car nos sociétés actuelles portent en elles les germes de ce Gilead avec les divers fondamentalismes (chrétiens, islamiques etc) et toujours la place de la femme dans l'organisation sociale. En effet, on nous rabache les différences homme/femme pour justifier la place de chacun, avec si possible la femme aux fourneaux, bien obéissante, les "c'était mieux avant" et autres refrains.

Un roman éprouvant et magistral qui rappelle 1984 de G. Orwell.

 

Publié en français sous le titre La servante écarlate.

Les avis de Chiffonnette et du Biblioblog.

Commenter cet article

chiffonnette 17/06/2010 07:59



C'est un roman merveilleux, un coup de poing dont je ne peux pas me souvenir sans frémir un peu. Ce que j'ai trouvé remarquable surtout c'est qu'Atwood a pointé du doigt les dérives possibles non
pas de l'islam comme c'est à la mode, mais du christianisme. Le germe de l'opression religieuse, les sociétés occidentales le portent déjà et le montrer ainsi est tout simplement du grand art.
Bordage l'a fait aussi mais avec infiniment moins de talent!


En tout cas, merci pour ce beau billet!



Choupynette de Restin 18/06/2010 14:21



Oui, j'ai lu ton billet et je te rejoins totalement! de quel livre de Bordage parles-tu?



Karine :) 16/06/2010 22:50



In my pile.  Mais définitivement pas pou rl'été, je pense!



Choupynette de Restin 18/06/2010 14:27



oui, uqand tu es en superforme, pas de soucis à l'horizon..!! :)))



Marie 09/06/2010 11:48



Ce livre à la fois me tente et me repousse. Je crois qu'il est trop proche de la réalité et c'est effrayant. Il y a finalement peu de pays où la femme est libre et les religions qui
reprennent du poil de la bête (catholicisme, islam...) ont pour objectif essentiel de parquer les femmes dans un rôle de soumission et de reproduction...


 



Choupynette de Restin 11/06/2010 18:14



Tu as raison. C'est pour cela que le livre est à la fois fascinant, et engendre un certain malaise, car on se dit que ce n'est pas si futuriste ou invraisemblable que cela...



sandy 09/06/2010 11:32



Un livre à lire visiblement !


Avec un sujet pareil c'est noté... même si je sens que la lecture va être difficile.



Choupynette de Restin 11/06/2010 18:15



oui, ce n'est pas évident à lire. Un nombre incalculable de fois j'ai dû relire des phrases car je n'en croyais pas mes yeux...



La Nymphette 08/06/2010 19:12



Un de ces romans d'anticipation hos norme, lu en 2009. ma note: http://plus.over-blog.com/article-36524142.html



Choupynette de Restin 09/06/2010 09:50



oui, hors norme. Et glaçant. Atwood a beaucoup de talent!



Nous sommes sociaux !