Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Ressources humaines

Publié par Choupynette de Restin sur 20 Octobre 2009, 12:44pm

Catégories : #Petit & grand écran, #coups de coeur

Le cinéma, pour beaucoup, doit être un divertissement. On y va pour se "vider la tête", se faire plaisir. Quelle place peut avoir, dans une société où la performance est reine, le stress ultra présent, le cinéma de la réflexion, le cinéma social quasi-documentaire? Interrogés lors d'un micro-trottoir pour l'émission Ca balance à Paris (Paris Première) sur le film Le ruban blanc de M. Hanneke, palme d'or à Cannes (et qui n'est pas un film social, mais bien un cinéma de la réflexion), certains ont répondu: "ah non, c'est prise de tête, je vais pas au ciné pour ça". Alors évidemment, des films tels que Ressources humaines, que je viens de visionner, n'ont que peu de chances d'être vus. Voyez plutôt.

Frank, jeune étudiant dans une grande école de commerce, revient chez ses parents le temps d'un stage qu'il doit faire dans l'usine où son père est ouvrier depuis trente ans. Affecté au service des ressources humaines, il se croit de taille à bousculer le conservatisme de la direction qui a du mal à mener les négociations sur la reduction du temps de travail. Jusqu'au jour où il découvre que son travail sert de paravent à un plan de restructuration prévoyant le licenciement de douze personnes, dont son père.

Ce métrage de Laurent Cantet est excellent. Sur un sujet vraiment pas facile, ni réjouissant, il réalise un film fort, sans tomber dans le pathos. Les thèmes abordés ici sont nombreux, mais on peut notamment citer les relations patrons/cadres et ouvriers, le statut d'ouvrier, le complexe d'infériorité de ceux qui sont restés sur place et n'ont pas fait d'études par rapport à ceux qui sont partis, etc. Mais le thème qui est en filigrane tout le long de ce métrage, c'est la honte, et tout ce qui en découle. La honte d'être ouvrier, fils d'ouvrier, de ne pas avoir fait d'études, de n'être qu'un "incapable" etc. C'est vraiment frappant. Et bouleversant.

Le seul acteur pro est Jalil Lespert, tous les autres sont des chômeurs, choisis selon leur catégorie socio-professionnelle. Ce choix du réalisateur permet de donner une crédibilité supplémentaire au film et au message. La réalisation en elle-même est relativement aride, à l'instar de nombreux films "sociaux" français: pas de musique, des décors minimalistes etc. Les dernières quinze minutes sont un véritable coup de poing, elles vous prennent aux tripes.

Pour en revenir à mon propos du début de billet, le cinéma peut se concevoir comme  simple divertissement. Pour ma part, je considère que le cinéma est un art aux mutilple facettes. Si en effet, le cinéma d'essai ou social peut être aride esthétiquement (ce film est en un excellent exemple), il a sa place, son rôle, et surtout il apporte une réflexion artistique en complément de l'information purement journalistique.

Commenter cet article

Anjelica 22/10/2009 17:10


Oh la la super ton nouveau design et ta bannière Bravo Choupynette


Choup 22/10/2009 23:25


Merci!!! :)))


choupynette 21/10/2009 23:46


ah, c'est mieux là... suffisait de changer la police!


choupynette 21/10/2009 23:44


bah oui, j'ai vu ca. j'ai augmenté la taille pour les coms, mais je trouve pas ça top quand même.... et pour la colonne de droite, ca sera l'occasion de passer voir Kiki... :))


yueyin 21/10/2009 23:42


Ta colonne de droite est un peu large non ? et la police des commentaire est difficile à lire, enfin c'est des détails hein mais puisque tu es en pleine refondation :-)


Choup 21/10/2009 23:46


pfiou, ça fait impressionnant refondation :) remarque c'est mieux que ravalement de façade :P


yueyin 21/10/2009 23:34


très sobre, très belle bannière !!!


Choup 21/10/2009 23:37


Merci! :) j'avais envie de ca justement: un truc sobre et un peu élégant. Et je suis tombée en amour devant cet haiku (et plein d'autres d'ailleurs!)


Nous sommes sociaux !