Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Murambi, le livre des ossements

Publié par Choupynette de Restin sur 29 Avril 2011, 07:46am

Catégories : #Ma bibliothèque, #coups de coeur

Murambi revient sur le génocide qui se déroula au Rwanda a partir d'avril 1994 et dura 100 jours. Nous proposant les points de vue et expériences de différents personnages, Hutu, Tutsi, Français, Boubacar Boris Diop nous plonge dans un http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782234052062.jpgdes pires épisodes de l'Histoire du XXème siècle.

Il y a Michel, qui pressent l'horreur, alors que l'avion du président rwandais vient jtout uste d'être abattu par un missile; il y a Aloys, Hutu, membre des Interahamwe, milice de cette ethnie, abreuvé à la mamelle de la haine; Jessica, espionne pour le FPR, Cornelius personnage central, exilé pendant des années à Djibouti, qui revient en 1998 pour apprendre que son père, médecin, a organisé le massacre de l'Ecole technique de Murambi, faisant tuer par la même occasion sa épouse tutsi et leurs deux enfants.

Tous ces personnages nous donnent à voir l'horreur de ce génocide. Chacun apporte un éclairage particulier sur la tragédie, et permet ainsi au lecteur un début de compréhension d'une situation terriblement complexe, où le sang coule à flots, les horreurs se multiplient, et l'absurde semble être la règle.

Je précise pour ceux qui seraient hésitants, que si certains passages peuvent être éprouvants, ils sont rares et souvent très courts. Cette lecture n'est donc pas trop difficile.

Tout l'intérêt de ce roman tient dans la lucidité incroyable dont fait preuve l'auteur. Il nous montre ces personnages sans complaisance, il ne cherche pas à les cacher derrière des prétextes ou des excuses. Cette objectivité est terrible et totalement nécessaire. Diop expose toute la complexité du problème, les pères qui deviennent meurtriers tout en cachant chez eux des enfants Tutsi, les survivants qui ne sont plus complètement vivants, les bourreaux qui vivent tranquillement leur vie. Diop n'épargne ni les Rwandais, ni les Africains, ni les Français et leur opération "Turquoise". Voilà un roman qui n'est ni pleunrichard, ni complaisant. C'est un roman intelligent, d'une objectivité effrayante parc e qu'elle révèle de l'âme humaine. Un livre à lire absolument.

" Avant de partir nous avons pris ce qui pouvait être intéressant: bijoux, montres, argent, lunettes de soleil, chaussures et des tas de petites bricoles. Une ceinture. Un briquet jetable. Des chaussettes pas trop usées. Ca peut toujours servir. Nous avons tout mis ensemble pour nous le partager à la fin de la journée. C'est une bonne idée que notre chef à eue là; c'est bien pour un chef d'être juste, comme ça on te respecte et il n'ya pas de bagarres. Dans d'autres groupes d'Interahamwe, les gars se tapent déja dessus: l'un veut tuer une fille et l'autre veut la garder pour ses soirées, ou inversement. C'est humain, dira-t-on. Je veux bien, mais, quand on commence à faire des sentiments, on ne peut plus s'arrêter et c'est le travail qui en pâtit." pp.110-111. defi Afrika Choupynette

Un roman lu dans le cadre du Défi Afrika. La lionne vous emmène sur le billet récapitulant toutes les participations.

Commenter cet article

maggie 04/05/2011 15:10



Malgré tous tes bons arguments, je ne suis pas prête pour l'instant à lire ce roman mais c'est noté parce que j'ai envie d'en savoir plus que ce j'ai vu aux infos... Je pense que pour le défi
afrika, je choisirai plutôt "justice dans un pays de rêve"... a voir à mon prochain tour en bibliothèque...



clara 01/05/2011 21:22



Je n'avais jamais entendu parler de ce livre avant ton billet. Et je te remercie car voilà des réalités qu'on oublie ( trop) facilement. Le trop n'est pas accusateur...On s eretrouve noyé sosu
des masses d'infos, on nous gave. Les catastrophes s'enchaînent, l'horreur Humaine continue. On réagit à l'instant présent puis l'on passe...



Choupynette de Restin 02/05/2011 10:15



eh, oui, tant de drames tous les jours, ils se bousculent... on ne parle déjà presque plus de Fukushima...



Margotte 30/04/2011 16:33



Un livre à lire sans doute mais je m'en sens tout à fait incapable... trop d'horreurs... Sur le même thème, j'ai trouvé "Un dimanche à la piscine à Kigali" magnifique.



Choupynette de Restin 30/04/2011 21:03



c'est vrai qu'il y a des passages particulièrement glaçants, je comprends donc que tu ne veuilles pas "t'infliger" une telle lecture. Je note ce titre que tu signales.



mango 30/04/2011 09:44



Un livre à lire certainement mais dans un moment où se sent en forme certainement parce que le thème en lui-même est terrifiant! 



Choupynette de Restin 30/04/2011 21:02



je ne peux pas dire que je sois particulièrement guillerette ces derniers temps, et je n'ai pas été trop perturbée... mais ce n'est que moi!



anjelica 29/04/2011 12:26



un sujet sûrement très délicat à traiter ...


En tout les cas, c'est bien aussi de se rappeler qu'il n'y a pas eu qu'un seul génécodie pendant ce 20ème siècle...



Choupynette de Restin 30/04/2011 21:01



absolument!



Nous sommes sociaux !