Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Le quatrième mur - Sorj Chalandon

Publié par Choup sur 18 Septembre 2013, 13:01pm

Catégories : #Ma bibliothèque, #coups de coeur

Pour le retour sur les ondes bloguesques, je vous propose Le quatrième mur de Sorj Chalandon.

http://4.bp.blogspot.com/-29rkOXMar5M/UiizQR2-nZI/AAAAAAAAA60/DDEcevy4gWc/s320/9782246808718_1_75.jpgJ’avais été bouleversée par Une promesse, il y a quelques années de cela. C’est sur le conseil de Gaëlle que je me suis mise à la lecture de son tout dernier roman. Bien m’en a pris.

Georges est éternel étudiant en histoire dans les années 70, très engagé à gauche, pro-Palestinien acharné, participant souvent à des batailles rangées contre les « rats », étudiants très à droite…Un jour, il rencontre Samuel Akounis, grec, juif, metteur en scène de théâtre, à gauche lui aussi et qui a combattu les Colonels avant de fuir son pays. Observateur du groupe d’étudiants dont fait partie Georges, Samuel va se lier d’amitié avec le jeune homme.

Samuel a un rêve, en ce début des années 80 : monter l'Antigone d’Anouilh en pleine guerre du Liban, avec des acteurs de toutes les communautés : palestinien, druze, chrétien, chaldéen etc. Rêve fou ? Utopie ? Samuel s’entête…mais c’est finalement la maladie qui l’empêche de mener à bien son projet. Il demande donc à Georges, sur son lit d’hôpital, de partir au Liban et de monter son Antigone.

Mission périlleuse, difficile, mais que Georges accepte, pensant le projet déjà ficelé. Ce n’est pas le cas comme il s’en aperçoit vite sur place. Il lui faudra persuader les acteurs mais surtout les familles/clans des acteurs. Et ce n’est pas chose facile, passer la ligne verte, montrer le (bon) laisser-passer etc… Mais le Liban est un pays en guerre…et Antigone sera rattrapée…

C’est un roman que l’on finit en apnée. Sorj Chalandon est un auteur de grand talent. C’est peu et c’est beaucoup de l’écrire. Son style colle parfaitement au personnage de Georges, en colère contre tant de choses. Des phrases hachées qui font penser au staccato des armes automatiques. Chalandon nous plonge d’abord dans le Paris estudiantin des années 70, avec ses rixes entre extrême-gauche et extrême-droite (et il n’épargne personne, aucun camp). Puis nous voilà au Liban, plongé dans Beyrouth divisée entre les territoires des différentes communautés.

C’est un roman d’une grande force, tragique. Et quand Georges est témoin des massacres perpétrés dans les camps de Sabra et Chatila, l’horreur vous coupe le souffle. « Je me suis arrêté. J’étais sec. Des yeux, du coeur. L’air était épais. Je respirais par saccades. Inspirer, c’était bouffer de la mort. J’ai voulu prendre l’enfant. Le porter. Le brandir dans le camp, le montrer à Beyrouth, le ramener à Paris, le hurler à la terre entière. Je me suis penché sur lui. Un homme a crié. Il est arrivé en courant. Il m’a montré la grenade dégoupillée cachée sous une poutre, à côté du cadavre. Une corde reliait le pied de la victime au madrier de bois. Bouger l’un, c’était déplacer l’autre et déclencher l’explosion. » Sorj Chalandon a su éviter l’écueil du voyeurisme, du sang pour le sang.

L’absurdité de la guerre, les haines mesquines et désespérées, les préjugés. L’espoir, l’amour. Autant de sujets qui habitent ce roman. Ces personnages. Et le lecteur.

A lire absolument !

Commenter cet article

A
<br /> je ne lis pas ton billet pour l'instant car je vais le lire, je l'ai emprunté à la bibliothèque. Je ne savais pas que tu as aimé "Une promesse" ! Moi aussi, j'avais beaucoup aimé cette lecture,<br /> donc tout n'est pas perdu pour nous deux, côté lecture  bisous ma choupy <br />
Répondre
C
<br /> <br /> oui, que c'était beau et fort Une promesse... j'en ai usé des mouchoirs avec ce petit roman!<br /> <br /> <br /> <br />
K
<br /> J'ai aussi adoré Une promesse.. du coup, je note celui-ci.  Tu en parles très bien!<br />
Répondre
C
<br /> <br /> et encore, je trouve que mon article est bien pâlichon en rapport avec ce que j'ai ressenti à la lecture!<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> Ca a l'air dur, mais je veux découvrir davantage cet auteur, alors forcément j'ai craqué.<br />
Répondre
C
<br /> <br /> oui, ce n'est pas facile, certains passages sont très durs. Mais Chalandon a énormément de talent.<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> Moi qui hésitais à le lire, tu as su me convaincre.<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Il faut avoir le coeur accroché, mais c'est vraiment un roman tr_s fort!<br /> <br /> <br /> <br />
D
<br /> Bonjour Choupynette, d'abord très contente de ton retour. Je m'étais inquiétee de ton absence. Concernant Sorj Chalandon, il faut déjà que je lise Retour à Killibegs mais j'ai en effet entendu<br /> beaucoup de bien du Quatrième mur. Il faut espérer qu'il gagne un prix littéraire (Goncourt par exemple?) Bonne journée.<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Je t'avoue que j'ai mis du temps à avoir de nouveau envie d'alimenter le blog...<br /> <br /> <br /> Retour à Killibegs m'intéresse énormément car j'ai vécu en Irlande (Ulster)... ce sera mon prochain je pense!<br /> <br /> <br /> <br />

Nous sommes sociaux !