Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

http://fr.web.img6.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/210/179/21017975_20130705175456051.jpgEn cette rentrée certains films sont d'ores et déjà promis à un destin "d'oscarisable". C'est le cas de ce Majordome.

Cecil Gaines (Forest Whitaker) naît sur une plantation dans le sud des Etats-Unis, où le Maître blanc a absolument tous les droits. Cecil n'a pas dix ans quand son père est abattu sous ses yeux. Il deviendra, par la charité de la mère du propriétaire terrien assassin, un "house nigger", un nègre qui officie dans la maison. Il apprendra à servir ses employeurs, à se faire oublier ("la pièce doit avoir l'air vide quand tu y es"). Il finira par quitter la plantation et le sud ségrégationniste pour le nord. Et de fil en aiguille, il deviendra majordome à la Maison Blanche. Un majordome parmi d'autres, tous noirs.

Un casting 5 étoiles pour un film qui n'en vaut pas tant, disons-le tout de suite. Précisons également que ma tendre moitié a énormément aimé ce film. Pour ma part, j'ai trouvé cela agréable, sans plus. On n'en apprend pas beaucoup sur la lutte des Noirs pour l'égalité des droits, pas plus que l'on ne découvre véritablement les coulisses de la petite ville qu'est le siège du pouvoir exécutif. On vous parle de Watergate? On voit juste Nixon (John Cusak) écouter dans le bureau ovale une cassette audio...  Cecil verra l'un de ses fils mourir au Viet-Nam, pendant que l'autre montera dans le bus pour l'égalité et finira par intégrer les Black Panthers. Il y en a tellement à dire qu'au final, cela laisse d'impression d'un film qui survole tout, sans s'attarder sur rien.

Sur la forme, c'est très académique (avec toujours beaucoup de violons pour te dire "c'est maintenant qu'il faut lâcher la larmichette"), très démonstratif. Sur le fond, on n'en apprend pas beaucoup donc, en tout cas, pour qui en connait un minimum (et je dis bien un minimum) sur l'histoire des Etats-Unis. Ceci dit, certaines observations sont évidemment très justes et je comprends tout à fait la résonnace qu'elles peuvent avoir pour les Noirs, mais le tout est noyé sous les bons sentiments.

J'ai été très agréablement surprise par la performance d'Oprah Winfrey, vraiment très juste. Le reste du casting (Lenny Kravitz, Vanessa Redgrave, Cuba Gooding Jr, John Cusak, Alan Rickman, Robin Williams...) est également très bon. Tous jouent juste, mais pas assez, de mon point de vue, pour rendre ce film plus qu'agréable. C'est donc pour moi, au regard de l'oscar promis à ce film, une déception.

L'avis de Dasola.

Un bille de plus pour le mois Américain de Noctenbule.

Tag(s) : #Petit & grand écran
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :