Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


La route - Cormac McCarthy

Publié par Choupynette de Restin sur 15 Décembre 2009, 17:16pm

Catégories : #Ma bibliothèque

cormac mccarthy la route roman
Je me suis attaquée à un morceau. Depuis que le film est sorti, on reparle de cet ouvrage, que d'aucuns qualifient de splendidement effrayant.  Je viens de le finir à l'instant. Difficile d'être aussi enthousiaste que les critiques (blog et "pro"). jai lu de nombreux billets. Tous unanimes (ou presque - c'est à dire 2 sur 12 très exactement n'ont pas été convaincus). Tous louant le génie de l'auteur, son côté visionnaire. Encore une fois, je vais être à contre-courant.
J'ai apprécié cette lecture, malgré son caractère noir (ou plutôt couleur cendre). McCarthy a un style particulier qui ne m'a absolument pas gênée, au contraire. A vrai dire, je n'avais même pas remarqué la quasi-absence de virgules... Les 50 premières pages m'ont semblé poussives, répétitives, puis "l'action" se met en place, l'homme et son fils, toujours sur le fil du rasoir, au bord du gouffre, sont confrontés à des "Méchants" (cannibales), doivent trouver à manger, survivre aux éléments etc.
Si j'ai lu ce roman très vite, tournant les pages (pas pour savoir car la fin se dessine dès le début) je ne peux pas dire avoir été totalement emballée par cette lecture. Oui, Cormac McCarthy écrit très bien. Oui, il décrit un monde apocalyptique, stérile, sans animaux, la majeure partie de la végétation morte ou sur le point de l'être, sans soleil: c'est terrifiant de s'imaginer ce monde-là. Ce qu'il donne à lire, c'est l'humanité dépouillée, en lambeaux des survivants. Un père et un fils qui avancent, coûte que coûte, animés d'une foi, d'un "feu". Je crois que j'éprouvais une espèce de fascination morbide (et encore le mot est probablement trop fort) pour ce couple étrange sur cette route désertée, peuplée pourtant de fantômes et d'illusions perdues. Je n'ai pas été émue lorsque le père se couche pour la dernière fois.
Alors, évidemment, ce roman propose de nous faire réfléchir à l'humanité, à ce qu'il nous reste quand nous n'avons plus rien. Mangerions-nous nos enfants? Nous suiciderions-nous? Abandonnerions-nous? Alors même que la raison nous dit qu'il n'y a aucun espoir dans un monde ou plus une plante ne pousse, plus aucun gibier ne peut être chassé, continuerions-nous à avancer? Mais beaucoup d'autres ouvrages nous parlent de cela. Beaucoup de films. Pour moi, McCarthy n'a rien de plus que les autres, à part une très belle écriture. Et cela ne me suffit pas.
Je vous renvoie à BOB pour les divers billets publiés sur ce roman.

Commenter cet article

C


Ce livre faisait partie des 3 finalistes étrangers du prix Qd9 2009 et, comme toi, je le trouve très surcoté.



Répondre
C


surcoté je ne sais pas, mais pour moi ce n'est pas un coup de coeur. Un belle lecture cependant.



K

Je sais que je ne serai pas capable de lire ce livre... mais j'aimerais pourtant... mais c'est trop pour moi.


Répondre
C

On a un petit coeur sensible ;P


B

Tout pareil que Leiloona et In cold Blog ! J'ai vraiment aimé le style dépouillé de McCarthy, cette austère lenteur, la scansion singulière de sa phrase... L'image de Leiloona parlant de versets
est très juste. Cela confère à ce récit une grâce spécifique, funeste et envoûtante, un étrange pouvoir hypnotique...


Répondre
C

comme je le disais, techniquement c'est en effet très bon, mais je trouve que sur le fond, rien de nouveau sous le soleil...


S

Un gros coup de coeur pour moi...


Répondre
C

je suis encore à contre courant de l'avis général... :))


M

Bizarrement, il ne m'attire pas plus que ça ce roman... Même si tout le monde (ou presque) en vante les mérites!


Répondre
C

C'est particulier, à tenter peut-être.. mais je crois que tu dois avoir comme beaucoup une PAL conséquente qui n'a pas besoin d'un livre de plus!


Nous sommes sociaux !