Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


La jeune chair

Publié par Choupynette de Restin sur 14 Mai 2011, 12:09pm

Catégories : #Ma bibliothèque

Les Agents littéraires se fait fort de donner plus de visibilités au petites maisons d'éditions, et dans ce cadre que j'ai reçu ce roman de Saint-Luc, La jeune chair, mettant en scène le Commissaire Garon. Ce dernier est le chef d'une brigade très particulière au sein de la police de Lyon: la Brigade des Affaires Générales. Une unité qui s'occupe d'affaires sensibles impliquant des "personnalités". Dans cette affaire, tout débute avec le meurtre d'un ponte d'une grande banque. Garon mène l'enquête, qui l'emmènera à Hong Kong et Macao.
Ne serait-ce que par le titre, vous saurez déjà le fin mot de l'histoire. Quoi que "fin" ici n'est pas le terme que j'emploierais pour qualifier ce roman. Plusieurs raisons majeures ont rendu ma lecture pénible, malgré quelques saillies humoristiques (trop rares malheureusement).

1. Une intrigue qui m'a semblé très linéaire, sans véritable suspense, et donc sans tension. Une composante que j'attends quand je me lance dans un polar.

2. Un style parfois approximatif et ce que j'appelle des tics d'écriture. Ainsi, nous suivons Garon dans toutes les rues qu'il emprunte. Cela donne ceci: "Il  longea la place, tourna à gauche dans la rue du Président E. Herriot, l'enfila, dépassa la rue des Archers jusqu'à tourner à droite  du Confort, enfin à gauche rue David Girin où se trouvait un restaurant japonais rapide, le Sushi Box". Alors, pour ceux qui habitent ou connaissent Lyon, peut-être cela a-t-il un intérêt, mais pour moi c'est rapidement devenu terriblement agaçant. D'autant que c'est un peu la même chose à Macao et Hong Kong.

L'auteur aime également à parsemer son récit d'anglicismes (desk, staff, safety box, jetlag et j'en passe). De mon point de vue, cela n'apporte rien à la lecture. Et là aussi c'est agaçant. Même chose pour le "name-dropping" (Audi, Nespresso, Benson, Old England, Church's). Au début, je me suis dit, il veut nous faire rentrer dans l'histoire, nous faire visualiser la scène etc. Mais bon, à force, cela devient agaçant (là encore). D'autant que franchement, certaines infos sont totalement inutiles. Quel est l'intérêt de savoir que l'hydrofoil emprunté pour aller de Hong Kong à Macao est propulsé " par deux turbines Allison Gas et ses jets d'eau sous-marins de chez Rockwell"? Ou que le commissaire vole sur un Airbus 340-600 ou sur un Boeing 777???

3. enfin, la cerise sur le gateau, une scène écoeurante (et j'en ai lu des scènes écoeurantes, mais là je dois dire que j'ai été estomquée): le viol comme méthode d'interrogatoire. Oui, vous avez bien lu. Je dois dire que quand j'ai lu ce passage, je n'en croyais pas mes yeux et je suis revenue en arrière pour voir si je n'avais pas mal compris un passage. Mais non. Le commissaire Garon, l'amateur de bonne bouffe, bon gars un brin débonnaire, envoie un suspect violer une femme menottée impliquée dans un trafic d'enfant  afin que celle-ci avoue tout. Et regarde, imperturbable, son oeuvre.

L'avis d'Yv diamétralement opposé au mien.

Le site web dédié au personnage du Commissaire Garon.

Je tiens à remercier Vincent des Agents littéraires pour son contact agréable, ainsi que l'auteur pour l'envoi du roman, mais même en me forçant, pas moyen de trouver ce livre agréable.

Commenter cet article

A
<br /> <br /> Pourtant, je vais des efforts pour devenir ZEN, je le jure <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Comme la plupart du temps, je suis suffisamment agaçer comme cela, je vais passer mon tour <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> je pense que c'est mieux. tu serais capable de nous faire une crise d'apoplexie!<br /> <br /> <br /> <br />
Y
<br /> <br /> J'ai effectivement bien aimé, même si ce n'est pas LE polar de l'année. j'ai, au contraire de toi, apprécié les balades lyonnaises et hong-kongaises même si je ne connais aucun de deux villes. Je<br /> n'ai pas vu ou pas noté le "name-dropping", mais probablement parce que je n'y suis pas sensible. Quant à la dernière scène, c'est ce qui m'a le plus gêné dans le livre, mais je n'ai pas su<br /> comment en parler dans mon billet, je ne voulais pas la dévoiler, donc je l'ai lâchement évitée, mais elle n'est pas, pour moi, rédhibitoire. Ceci dit, je comprends qu'elle puisse l'être.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Je me demandais justement comment tu l'avais ressenti. Pendant un moment,je me suis moi-même dit que j'avais un problème avec cette scène parce que j'étais une femme. Pourtant, des saloperies,<br /> j'en ai lu/vu dans des romans/films. Mais là, je dois dire qu'elle arrivait comme un cheveu sur la soupe.<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> <br /> la visite guidée... c'est parfois long, surtout quand on ne connaît pas la ville...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> oui. Une fois ou deux, cela passe, mais là, il y a eu une accumulation sur un nombre de pages assez court. C'était exaspérant.<br /> <br /> <br /> <br />
Y
<br /> <br /> Ton billet est très clair, on comprend très bien ce qui ne t'a pas plus et je suis certaine que ce sera pareil pour moi. Les marques, c'est peut-être un syndrome Bret Easton Ellis, dépassé<br /> d'ailleurs... Et c'est étrange ces auteurs de polars français qui font toujours plus violent, plus gore. C'est une façon d'être dérangeant, de se démarquer je pense, en heurtant les sensibilités,<br /> en faisant pas propre sur soi ni bien pensant, mais ce n'est malheureusement plus original, ça devient même ridicule, et surtout, ça n'est pas une preuve de talent. Que ne se démarquent-ils en<br /> construisant des intrigues fouillées, des suspens prenants, des personnages consistants ?! Et surtout, en apprenant à soigner leur style, c'est ce qui leur donnera un nom !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Cette dernière scène m'a choquée surtout parce qu'elle sort de nulle part. Rien ne laisse supposer un tel comportement de la part du Commissaire ( et en plus, une femme a participé à<br /> l'élaboration de ce scénario abject: le truc totalement impossible!). Et puis, je ne sais pas, je l'ai trouvé vraiment malsaine cette scène. Pas de tergiversation de la part de l'équipe, pas de<br /> remors ou seulement de l'inconfort (a part peut-être un personnage -  et encore, sur une toute petite phrase). Au final, cette scène me semble totalement gratuite.<br /> <br /> <br /> <br />

Nous sommes sociaux !