Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


La geste du prince Igor

Publié par Choupynette de Restin sur 8 Avril 2011, 07:43am

Catégories : #Ma bibliothèque

J'ai eu la flemme d'écrire un billet sur l'introduction des Contes de Canterbury par Chaucer, lu dans le cadre du défi La rentrée 1224 et des poussières. Cette fois-ci, je ne peux pas ne pas faire un billet sur ce texte qui m'a régalée.

Epopée russe du 12ème siècle, La geste du prince Igor ne fut trouvée "par hasard" qu'en 1797, avant malheureusement, que l'original ne soit perdu dans un incendie. Comme beaucoup de ces textes rès anciens, dont il ne reste pas grand http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS6Y0Lbg-35z9To_NhxGBikRkAqou_ICUxQjQqUspjgBPJ3Vug2OAchose, il y a eut bien sûr des polémiques sur son authenticité.

Ce texte éclaire les origines de ce que nous nommons la Russie, Rus, qui avant d'avoir pour capitale Moscou, avait son "centre" à Kiev, en Ukraine. Les princes et leur drujina, les combats, les relations politiques, les peuples Varègues, Koumans, Polovtses et j'en passe.Cette Rus ou Ruthénie, est fortement liée à Byzance depuis que Volodomir proclama comme religion d'Etat le christianisme byzantin. Cette conversion eu pour conséquence la création d'une culture dite ruthéno-byzantine apparemment brillante que les spécialistes décrivent comme la "matrice communes des cultures modernes ukrainiennes, bulgares et russes". Cette Ruthénie chrétienne, liée à Byzance donc, mais aussi à l'Occident latin et ouverte sur l'Orient et les steppes où évoluent les nomades connut son apogée sous Iaroslav (ils s'appelent tous Iaroslav...) dit le Sage, vers 1018-1054. Même si elle était le seul Etat d'Europe orientale de l'époque, la Ruthénie n'est pas, bien loin de là, un Etat unitaire ou Etat Nation comme nous les connaissons. Les tribus avaient encore beaucoup d'importance. Cette structure tribale était ainsi réorganisée autour de capitales régionales.

D'une plume trempée dans l'histoire, emplie de poésie, l'auteur, anonyme, retrace toute une époque où les hommes étaient poilus, guerroyaient contre les voisins pour la gloire, l'honneur et la fortune. C'est très imagé, on entend le fracas des épées, le grondement des destriers lancés à pleine vitesse... vers le désastre. Car La geste du Prince Igor c'est aussi le récit de la décadence et de l'effondrement progressif de la grande et puissante Ruthénie, processus qui avait commencé dès la mort de Iaroslav le Sage. Guerres civiles et de succession se multiplièrent.

Voilà un texte fort plaisant à lire, tant pour ses qualités littéraires et poétiques indéniables, que pour son éclairage historique et politique sur cette région de l'Europe. http://happyfew.hautetfort.com/media/01/00/2886756345.jpg

Commenter cet article

Océane 15/04/2011 20:24



ça semble pas mal, et pour le coup totalemnt inconnu de moi. C'est un challenge original !



yueyin 11/04/2011 18:33



hiiiiiiiiiiiii une saga russe avec des varègues dedans, il me la faut :-))))



nathalie 09/04/2011 13:32



Ça a l'air drôlement bien, un vrai roman de cape et d'épée, je l'inscris dans ma liste ! Merci pour cette découverte.



Choupynette de Restin 10/04/2011 08:25



cape et d'épée, je ne sais pas, mais c'est très agréable à lire et enrichissant sur cette période et cette région.



keisha 09/04/2011 07:41



Pas sur que je lise ce récit (ilmprobable!) en plus il faut le trouver, mais ça me rappelle un voyage en Ukraine, on avait parlé de cela...



Choupynette de Restin 09/04/2011 08:30



c'est particulier... mais vraiment j'ai beaucoup aimé!



zarline 08/04/2011 10:42



Alors je ne connaissais pas du tout ce livre et mes notions sur cette période de l'histoire de cette région sont très très minces. Un livre qui pourrait donc être très intéressant et ton billet
est tentant. Merci pour la découverte.



Choupynette de Restin 08/04/2011 14:57



Je 'mattendais à quelque chose d'un peu rébarbatif à lire, vu "l'âge" du texte, et en fait, pas du tout! Et puis l'introduction de l'editeur pour expliquer le contexte est très intéressante.



Nous sommes sociaux !