Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


La chambre noire - Rachel Seiffert

Publié par Choupynette de Restin sur 14 Août 2014, 11:42am

Catégories : #Ma bibliothèque

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/RL/P3/9782221094297.JPGLors du voyage retour de Nouvelle Zélande, j'avais vu dans l'avion Lore, film d'une cinéaste australienne sur une fratrie livrée à elle-même en Allemagne à la toute fin de la seconde guerre mondiale. Lore, l'aînée, doit mener sa famille du sud de l'Allemagne vers Hambourg où habite leur grand-mère. J'avais noté que le film était inspiré du roman de Rachel Seiffert et m'étais donc promis de le lire. Cela aura donc été plus rapide que certains défis ou promesses de lectures auto-arrogées.

La chambre noire se divise en trois parties, chacune consacrée à un personnage: Helmut, Lore et Micha. Chaque personnage sera l'occasion pour Seiffert d'examiner le rapport des Allemands à la guerre, à Hitler, aux massacres, à la culpabilité.

Helmut est né sans muscle pectoral gauche. il ne peut donc pratiquer le sport, et encore moins se battre. Il se passionne pour la photographie et est engagé chez un photographe où il apprend toutes les ficelles du métier. Il sera bien entendu exempté, ce qu'il vivra mal. Il verra la guerre à travers son objectif de photographe.

Lore est donc l'aînée d'une fratrie de cinq enfants. Alors que les derniers jours de la guerre approchent, son très cher Vati part, non sans avoir brûlé nombre de papiers et dossiers compromettants. Car le père était un haut gradé chez les SS. Si la mère tente tant bien que mal de survivre avec ses enfants dans une grange, tous les habitants du village ne sont pas amicaux, et elle finit par être arrêtée par les Américains. Elle enjoint donc ses enfants de partir pour Hambourg. Commence alors une longue, très longue marche pour ces enfants dont l'aînée doit avoir 16 ans au grand maximum. Lore a donc en charge sa petite soeur, les jumeaux et le petit dernier, un bébé de quelques mois. Peur, faim, embûches et soldats étrangers, découverte par le biais d'affiches de l'horreur des camps, rien n'est épargné à cette fratrie dont le sang d'un criminel de guerre coule dans les veines.

Micha, le troisième protagoniste de ce roman, a une trentaine d'années et vit dans l'Allemagne des années 1990, quand il découvre que son grand-père adoré a probablement été un criminel de guerre. Contre l'avis de sa famille, sur laquelle pèse une chape de silence, il part à la recherche de la vérité en Biélorussie. Quête difficile, qui le plonge dans la confusion: veut-il vraiment savoir? pourra-t-il supporter la vérité? Aimera-t-il encore son Opa si ses suppositions sont confirmées? Et finalement, à quoi cela sert-il de savoir?

La chambre noire pose nombre de questions passionnantes sur la culpabilité de ceux qui n'ont pas directement participé à une guerre, mais qui en souffrent. Des mois ou des décennies après, comment concevoir, appréhender la réalité? Seiffert tente de mettre à bas le silence qui oppresse, qui s'efforce de plonger le passé dans l'oubli. Une lecture qui va crescendo et mène le lecteur  sur des sentiers glissants et difficiles... à lire!

Commenter cet article

Theoma 01/09/2014 13:06


tentant !

Manu 16/08/2014 11:31


Il pose des questions vraiment intéressantes. Je note.

Choupynette de Restin 17/08/2014 09:38



oui, très! Et surtout, elle ne nous donne pas les réponses... elle nous laisse imaginer, réfléchir...



Alex-Mot-à-Mots 15/08/2014 19:10


Le titre, en référence à la photographie, ne m'aurait pas tenté de prime abord.

Choupynette de Restin 17/08/2014 09:38



moi non plus! c'est parce que j'ai apprécié le film que j'ai noté le roman.



Le Papou 14/08/2014 14:31


Pas rose, rose pour la période des vacances. Il est vrai que je le suis toujours...en vacances.


Le Papou

Choupynette de Restin 17/08/2014 09:41



non, pas rose. Mais ce n'est pas du tout déprimant;



Nous sommes sociaux !