Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


La chambre des officiers

Publié par Choupynette de Restin sur 9 Avril 2013, 17:09pm

Catégories : #Petit & grand écran, #coups de coeur

Cela faisait un moment que ce dvd patientait dans ma pile à voir grâce à Anjelica. Je la remercie de m'avoir permis de http://fr.web.img3.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/00/02/27/53/69215540_af.jpgdécouvrir ce magnifique film de François Dupeyron, inspiré du roman éponyme de Marc Dugain.

Adrien, jeune ingénieur brillant et séduisant est, comme beaucoup d'autres en cet été 1914, enrôlé dans les forces armées françaises. Mais pour lui pas de tranchées, ni de barbelés, ou encore de gaz moutarde. Alors que les hostilités ont à peine débuté, Adrien, lieutenant dans le Génie chargé de construire un pont, est atteint par des éclats d'obus. Le visage à moitié arraché. Il passera, avec d'autres officiers, des mois, des années dans cette chambre, à souffrir, à survivre à sa nouvelle condition de "gueule cassée".

Ce très beau film, tout en retenue et en douceur, raconte une histoire terrible. Celles de ces soldats qui préféraient pour certains être morts plutôt que défigurés à jamais, à une époque où la médecine réparatrice n'en est qu'à ses premiers balbutiements. Avec des médecins qui tentent, tâtonnent, affichent un enthousiasme parfois déplacé vis-à-vis de leurs patients... ou cobayes objets d'étude?

Ces hommes, que rien ne préparait à l'horreur de la guerre, l'horreur de leur difformité, luttent tant bien que mal. Pas de grands discours, de grands emportements. Chacun à sa manière tente de comprendre et/ou d'accepter sa situation. La douleur physique, mais surtout morale engendrées. Le regard des autres, qu'il faut apprivoiser après l'avoir craint, subi. Religion, jeu tout est bon pour oublier, survivre. Avant tout c'est leur amitié, leur humanité, les liens qui se tisseront entre eux qui les sauveront. 

Les acteurs sont tous très bons: Eric Caravaca (Adrien), Dussolier (impeccable en médecin friand d'expériences), Denis Podalydès ou encore Sabine Azéma en infirmière attentive mais sans pitié. J'ai été un peu surprise par l'image, que l'on dirait teintée d'un filtre tirant un peu sur le vert. J'avais préféré, dans une couleur différente, le traitement de l'image de Jeunet dans Un long dimanche de fiançailles.

Un très beau film, jamais larmoyant, même si l'émotion vous gagne la dernière image disparue de l'écran. Une retenue, une douceur, une pudeur qui contrastent magnifiquement avec la violence de l'histoire racontée. A (re) voir absolument!

Commenter cet article

A
<br /> je suis ravie qu'il t'ait plu <br />
Répondre
C
<br /> <br /> merci pour le prêt!<br /> <br /> <br /> <br />
D
<br /> Bonjour Choupynette, moi aussi, je recommande ce film à l'histoire déchirante et les comédiens principaux dont Dussolier et Azéma sont vraiment bien. Bonne après-midi.<br />
Répondre
A
<br /> J'avais préféré le film au livre.<br />
Répondre
C
<br /> <br /> lire le livre fait partie de mes projets...<br /> <br /> <br /> <br />
Y
<br /> houhou tu donnes envie là :-)<br />
Répondre
C
<br /> <br /> il FAUT le voir!<br /> <br /> <br /> <br />
U
<br /> Comme tu le dis un film émouvant dont le sujet fut rarement évoqué. Je l'avais vu à sa sortie et en garde des frissons. Quant à la chute concernant les femmes, elle-même victime... Tout m'avait<br /> semblé juste, non pesant, prenant !<br />
Répondre
C
<br /> <br /> oui, juste c'est le terme qui convient parfaitement à ce film, autant sur la forme que sur le fond.<br /> <br /> <br /> <br />

Nous sommes sociaux !