Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Julie & Julia

Publié par Choupynette de Restin sur 28 Septembre 2010, 07:18am

Catégories : #Ma bibliothèque

un livre, un film. Les deux chroniqués dans ce billet. Comme BO, je vous propose d'écouter Honey and Syrup de Duffy. Parce que le titre de la chanson colle avec le thème, non?

 

 

 

Julie est une secrétaire dans l’administration américaine à New York. Elle vit avec son mari et ses chats dans une banlieue pas vraiment branchée de la ville, et selon ses dires, n’a jamais rien fait de sa vie.

Un jour, lui vient l’idée saugrenue de se lancer dans un défi culinaire : réaliser toutes les recettes du livre de la célébrissime (aux Etats-Unis en tout cas) Julia Child, et pour s’y tenir, elle décide de publier ses exploits et autres déboires culinaires dans un blog.

Julie Powell a pas mal d’humour, c’est l’une des forces de ce livre, et le sauve aussi parfois. Julie n’est pas vraiment une petite fleur fragile : elle jure comme un charretier, elle boit souvent et beaucoup. On la découvre pas franchement http://www.cinemovies.fr/images/data/affiches/2009/julie-et-julia-16215-76110303.jpgdouée culinairement parlant, pas franchement fée du logis non plus. Ce qui, je dois bien le dire, m’a laissée perplexe plus d’une fois. Comment faire à manger dans une cuisine sale… ? Mais passons, Julie a des amies un peu fêlées, dont une copine qui ne sort qu’avec des « David » (et ce n’est pas par obsession d’un certain « David-chou »), une autre qui correspond électroniquement avec un dieu du sexe qui vit à L.A. etc etc. Elle a aussi un mari très, très compréhensif, des chats qui mettent des poils partout, une mère pas franchement optimiste au départ. Ce qui ne l’empêche pas de persévérer. Et de nous mener de recettes en recettes, aspic, bœuf bourguignon, pâté en croûte de canard et j’en passe. Moi qui aime manger et cuisiner, je n’ai cependant pas été très tentée par ces recettes, tant elle avait des difficultés (pour nombre d’entre elles) à les réaliser.

Si au début, le livre se lit très bien, la narration des aventures de Julie s’essouffle dangereusement arrivée aux alentours des 200 pages (et il en reste encore 170 à lire). Mais comme je le précisais plus tôt, l’humour de Julie m’a poussée à tourner les pages aux moments où l’ennui se faisait sentir. Car il faut bien le dire, ces chroniques sont un peu répétitives par moments, et du coup, je me suis plusieurs fois retrouvée à la limite de la lassitude, prête à décrocher.

Vient alors opportunément une référence à Firefly de Joss Wheddon (et Julie adore aussi Buffy, qu’elle compare à la Bible), ou un épisode franchement marrant. Et puis, a peu près aux deux tiers du livre, on tourne de nouveau les pages avec envie, on rit à l’épisode de la plaquette de beurre à l’entrée du Smithonian Institute de Washington (là où la cuisine de Julia Child est exposée). Et au final, c’est une lecture très agréable, légère sans prise de tête.

Le film maintenant. Il est porté magistralement par une Meryl Streep un rien cabotine, mais tellement rigolote qu’on lui pardonne. Amy Adams qui joue Julie n’est pas mal non plus, même si je trouve qu’elle est loin d’être une excellente actrice. L’intérêt du film est qu’il vient en complément du livre. J’ai lu le récit de Julie Powell après avoir vu le film, et j’ai donc été surprise du peu de place qu’y prennent les évocations de la vie de Julia Child par rapport au métrage de Norah Ephron. Pour deux raisons : d’une part dans le roman on nous conte (brièvement) la rencontre de Julia et son futur mari Paul (excellent Stanley Tucci dans le film) en Inde, alors que dans le film ils sont déjà mariés, et en France. D’autre part, dans le livre, ce n’est qu’à la toute fin que l’on parle de l’entreprise de Julia d’écrire le livre de cuisine qui la rendra célèbre, alors que son apprentissage de la cuisine au Cordon bleu et son aventure « littéraire » sont le centre des scènes du film la concernant. Je crois que la réalisatrice a eu raison de donner tant de place à Julia, car sinon, le  film aurait rapidement tourné en rond.

En somme, c’est souvent bien vu, drôle, et même si tout cela ne casse pas trois pattes à un canard, cela reste une lecture/un film très agréables.

Merci beaucoup à EmiLie qui a eu la gentillesse de me prêter son exemplaire du livre. Vous pouvez lire son billet sur le livre ici. Leiloona a également apprécié livre et film.

 

 

Commenter cet article

Grominou 03/10/2010 05:28



Ce livre me tente bien mais je suis un peu déçue d'apprendre que la vie de Julia Child y prend moins de place que dans le film...  Il faut dire que j'ai trouvé Meryl Streep et Stanley Tucci
absolument formidables!



Choupynette de Restin 03/10/2010 22:32



Beaucoup moins de place... cela n'a rien à voir de ce point de vue là avec le film!


tout à fait d'accord avec toi à propos des acteurs!



Nymphette 30/09/2010 22:21



J'ai beaucoup aimé le personnage joué par M STREEP (et avec quel talent!): une femme forte ambitieuse mais réaliste! Par contre Julie était un rien chouineuse!!



Choupynette de Restin 01/10/2010 10:48



Exactement mon avis...



anjelica 30/09/2010 18:57



j'avais commencé à regarder le film mais la voix et les attitudes de Julia m'ont agacées au plus haut point. Alors, qu'est-ce qu'à fait la vilaine Anjie et bien elle a éteint sa télé !



Choupynette de Restin 01/10/2010 10:50



C'est vrai qu'elle est particuli_re cette Julia Child... mais elle m'a plu justement pour son côté fofolle. Mais non t'es pas vilaine, tu as tes goûts, c'est tout!



Papillote 29/09/2010 18:34



j'ai vu le film hier sur canal et j'ai bien aimé ! je pense lire le livre aussi



Choupynette de Restin 29/09/2010 18:48



Tu verras, ils sont très complémentaires!



Isabelle 29/09/2010 10:37



J'ai bien aimé le film mais pas lu le livre. En même temps, ton billet me donne presque envie de lui donner une chance. Mais plus tard peut-être...



Choupynette de Restin 29/09/2010 18:48



Faut bien savoir que c'est pas non plus le bouquin de l'année, hein. C'est sympa, parce queje pense que ça doit être une rigolotte. Mais c'est parfois un peu lassant.



Nous sommes sociaux !