Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Epouses et concubines

Publié par Choupynette de Restin sur 12 Mars 2012, 17:49pm

Catégories : #Petit & grand écran, #coups de coeur

Songlian a tout juste 19 ans et se marie à un homme riche. Etant instruite mais pauvre, elle n'est que la quatrième épouse. Arrivée à la demeure du Maître, elle découvre les traditions rigides et la concurrence acharnée que se livrent les http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/racine/film/epouses-et-concubines/1691824-2-fre-FR/epouses_et_concubines_fichefilm_imagesfilm.jpgépouses pour bénéficier des faveurs du Maître, dont l'allumage des lanternes rouges est le symbole flagrant.

Du haut de ses 19 ans, Songlian est une jeune fille orgueilleuse, pourtant peu sûre d'elle et facilement vexée. Sa servante, qui a les faveurs du maître, est insolente et une lutte silencieuse s'installe entre elles dès l'arrivée de Songlian. La Troisième épouse Meishan, ancienne cantatrice, semble être sa pire ennemie, bien décidée à faire tout son possible pour avoir le privilège de voir les lanternes rouges allumées dans sa maison. Alors que l'époux apparaît très peu à l'écran - d'ailleurs on ne voit jamais vraiment son visage - tout tourne autour de lui. Il décide, il confisque, il condamne. Ses femmes ne s'appartiennent plus.

Dans cet univers rigide, codifié à l'extrême, Songlian l'inexpérimentée tentera maladroitement de lutter pour obtenir la faveur du Maître, et ainsi régner sur les lieux. Et conduira la maisonnée à la tragédie. 

Voici un film superbe, tiré du court roman éponyme de Su Tong. Gong Li y est parfaite, tout comme les autres actrices. Le réalisateur reproduit un univers froid, étrangement vide pour une si grande maisonnée. Les plans des différentes maisons des épouses, montrant des ruelles vides (car la "maison" ressemble plus à une ville miniature qu'à un palais), où chacune des épouses évolue. Seule contre tous/toutes. Ces plans évoquent la solitude de ces femmes qui n'ont d'autre but que de plaire, de donner des fils, car une fille ne sert à rien. Dans cet univers clos, la cruauté et les coups bas se portent avec le sourire. Le calme, le silence cachent à peine la douleur, la haine, la honte.

J'ai lu suite au visionnage des analyses très intéressantes sur l'oeuvre de Zhang Yimou: cette histoire d'enfermement, de luttes intestines contre/avec le pouvoir absolu du Maître est une métaphore de la Chine des années 90. La "maison des morts", petites maisonnette sur le toit d'un des bâtiments, où les femmes infidèles sont pendues, est une référence directe au récit de Dostoïevski, Souvenir de la maison des morts, où il décrit ses années dans un bagne de SIbérie. Je n'avais pas fait le rapprochement sur ce détail, mais a posteriori, cela ne fait aucun doute. Par l'histoire de cette jeune fille, le réalisateur nous raconte l'histoire de son pays dans l'impasse de la dictature.

Un film magnifique, dont l'intrigue se développe implacablement, lentement, comme une lente torture pour cette jeune femme instruite qui rêvait certainement de liberté, d'espace et de respect. C'est beau, c'est terrible. A voir absolument.

Commenter cet article

A
<br /> Mon moment préféré : quand elle ment pour se faire masser les pieds.<br />
Répondre
C
<br /> <br /> oui...<br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> Un film que j'ai très envie de découvrir...<br />
Répondre
C
<br /> <br /> il vaut le coup!!<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> j'adore ce film que j'ai vu 2 ou 3 fois ! Et Gong LI était parfaite dans ce film. Du grand cinéma. <br />
Répondre
C
<br /> <br /> pour moi c'est la deuxième fois, et j'ai autant aimé que la première.<br /> <br /> <br /> <br />
Y
<br /> J'aimerais beaucoup le voir, tu l'as ?<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
C
<br /> <br /> médiathèque, médiathèque...<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> J'ai vu ce film par hasard, n'aimant aps trop les films asiatiques, et bien que le visionnage soit lointain, je m'en rappelle très bien ! C'est un film qui m'a marqué... pour tous les thèmes que<br /> tu cites, je n'avais pas fait le rapprochement avec dostoievski...<br />
Répondre
C
<br /> <br /> moi non plus, c'est en lisant une analyse du film que je m'en suis rendue compte!<br /> <br /> <br /> <br />

Nous sommes sociaux !