Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Après avoir lu le roman de Pasternak, j'avais regardé (mais pas chroniqué) le film de David Lean datant de 1965 avec Omar Shariff et Julie Christie (et appris par la même occasion que dans certains un dvd c'est comme un vinyle, il y a une face B!). Je n'attendais rien en particulier de cette adaptation, d'autant que si j'apprécie Keira Knightley, je ne suis pas une http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/0/1/5/3348467915510.jpggrande fan non plus. Et finalement, j'ai été très agréablement surprise.

 Le film de Lean est un exemple typique du cinéma hollywoodien, grandiose, épique, il n'y a donc pas vraiment de comparaison possible avec cette adaptation, tant les deux sont différents. Cette version semble plus réaliste, moins esthétiquement parfaite. Moins léchée. Tout fait plus vrai.

Premier gros avantage de cette récente production: une heure de plus! Ce n'est pas rien quand on s'attaque à cette oeuvre de Boris Pasternak. En terme de contenu c'est assez fidèle au roman, même si je n'ai pas compris certains choix comme l'absence de Yevgraf, le frère de Yuri ou encore le fait que l'enfant qu'ont Lara et Yuri est un garçon, alors que dans le livre, c'est une fille. Comme dans le film de Lean, Marina, la dernière compagne de Yuri est complètement "zappée". En deux épisodes, ils avaient le temps, je pense d'insérer ce petit passage.

Du point de vue de la forme, la réalisation est sobre, sans fioritures. Quelques trouvailles comme le premier regard échangé entre Lara et Yuri sont originales. Chacun d'un côté d'une vitre, on voit Lara, à l'extérieur, le reflet de Yuri dans la vitre et insensiblement, leurs deux visages se superposent puis se séparent de nouveau. C'est vraiment bien vu. j'ai également apprécié l'insertion d'images d'archives, qui donnent une autre dimension à cette mini-série. L'utilisation de la musique est très bien vue (avec de très belles balades russes), même si évidemment, le thème de Lara  du film de Lean reste pour moi LA musique de cette histoire d'amour tragique.

Les acteurs sont tous bons. Beaucoup sont connus comme Keira, bien sûr, Sam Neill qui joue un Komarovski glaçant, Hans Matheson incarne un Yuri séduisant et boudeur. J'aurais un petit bémol concernant l'acteur jouant Antipov/Strelnikov, Kris Marshal. Autant il joue bien un Pasha jeune et idéaliste, autant en Strelnikov il ne me convainc pas totalement.

Une très bonne adaptation dans un style évidemment très différent, qui se laisse voir avec plaisir.

Tag(s) : #Petit & grand écran
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :