Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Dans ses yeux

Publié par Choupynette de Restin sur 30 Juin 2010, 10:12am

Catégories : #Petit & grand écran, #coups de coeur

1974, Buenos Aires. Benjamin Esposito enquête sur le meurtre violent d'une jeune femme.
25 ans plus tard, il décide d'écrire un roman basé sur cette affaire "classée" dont il a été témoin et protagoniste. Ce travail d'écriture le ramène à ce meurtre qui l'obsède depuis tant d'années mais également à l'amour qu'il portait alors à sa collègue de travail et supérieure hiérarchique. Benjamin replonge ainsi dans cette période sombre de l'Argentine où l'ambiance était étouffante et les apparences trompeuses...

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/76/34/68/19282029.jpgVoilà, chers cinéphiles, un excellent film: bien réalisé, bien joué et servi par une intrigue qui tient la route. Et de mon avis, ce n'est pas pour rien que ce film argentin a reçu l'Oscar du meilleur film étranger, devant le métrage de Jacques Audiard  Un prophète, dont je m'aperçois à l'occasion de la rédaction de ce billet, que je ne l'ai jamais chroniqué. Ce sera fait bientôt!

Dans ses yeux nous conte donc cette histoire terrible de meurtre, dont Esposito sera partie prenante de l'enquête. En toile de fond, l'Argentine de la dictature, des meurtres perpétrés en toute impunité, de la justice corrompue, surchargée d'affaires. Face à cette justice, que faire? Que faire quand on est un des rouages de la machine, face à l'injustice? Que faire lorsque l'on est le mari de la victime, et que l'on voit que la justice ne respecte pas ses propres décisions?

Au fil de ce métrage, c'est la société argentine qui est dépeinte, avec ces villages perdus dans la cambrousse, le football comme passion nationale, les classes sociales qui perdurent, les corporatismes.
J'ai beaucoup apprécié l'utilisation de la caméra à l'épaule, pour une fois à bon escient. Les quelques minutes d'ouverture proposent des images sublimes, oniriques. Juan José Campanella a du talent, c'est indéniable. Il embarque son spectateur, le mène par le bout du nez, pour son plus grand plaisir. Car ce film, malgré une histoire très sombre, n'oublie pas d'avoir de l'humour. Et un humour qui touche juste, venant contre-balancer la noirceur du propos.

Je ne peux donc que vous conseiller, en cette semaine du cinéma, d'aller voir cet excellent métrage, découvrir le talent de Campanella et de ses acteurs, et aussi, un peu de l'Argentine.

Commenter cet article

anjelica 15/12/2010 20:52



Finalement, je l'ai vu beaucoup plus tard mais pas au ciné et nous avons beaucoup aimé



Choupynette de Restin 16/12/2010 14:16



Je suis contente qu'il t'ait plu. C'est un très bon film je trouve;



betty 03/07/2010 14:03



Rahhhhh! Je voulais aller le voir ...  mais il y avait trop de concurrence entre when you're strange , l'illusionniste et millenium pour la fête du cinéma !
trop tard pour le voir en salle, je pense (à moins que) ... mais je me rattraperai quand il sortira en dvd...



Emeraude 01/07/2010 22:42



je suis entièrement d'accord avec toi : magnifique ! Il FAUT aller le voir absolument !



yueyin 01/07/2010 07:33



mmmmm voilà qui a l'air pas mal du tout...



Anjelica 30/06/2010 22:43



je voulais aller le voir mais l'homme n'a pas voulu car il était en VO. Et en lisant ton billet, je le regrette...


Par contre, nous sommes allés voir 'Eyes of war', va comprendre Billet à venir.



Nous sommes sociaux !