Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Dallas Buyers Club

Publié par Choupynette de Restin sur 26 Mars 2014, 19:48pm

Catégories : #Petit & grand écran, #coups de coeur

Dans le Texas des années 80, alors que le SIDA fait petit à petit son chemin mortel. C'est encore une maladie de "tapettes" et de drogués. Mais surtout de tapettes. Ron Woodroof est un amateur de rodéo qui accumule les lignes de cocaïnes, les filles et les verres. Maigre à faire peur, l'électricien est un jour emmené d'urgence à l'hopital, où on lui assène le diagnostic : il atteint du sida et n'a plus que 30 jours à vivre. Après le deni et la colère, l'achat illégal d'un médicament à l'étude, l'AZT, il part pour le Mexique. Là-bas, un médecin radié lui donne son propre traitement, moins toxique que l'AZT. Et voilà Ron qui une fois revenu au pays se lance dans le trafic de médicaments pour les revendre à ceux qui n'ont pas droit aux traitements. Sa combine, puisque la vente des médicaments est illégale : créer un club dont l'adhésion est bien sûr chère, et "donner" les produits pharmaceutiques aux membres. Son partenaire? Rayon, un jeune travesti.

Tétu, homophobe, vulgaire, grande gueule, Ron Woodroof n'est pas, a priori, un personnage facile. Mais son combat pour vivre en dépit des pronostics, de la loi, envers et contre tous, est passionnant. On le suit, dans une histoire tragique mais qui ne tombe jamais dans le pathos facile. Je n'ai pas vu Philadelphia avec Tom Hanks, donc je ne peux pas comparer, mais Dallas Buyers Club est un remarquable film sur des destins que la maladie s'acharne à briser. Le réalisateur de l'excellent C.R.A.Z.Y, le Québécois Jean-Marc Vallée, sait se mettre à distance, et nous laisse suivre l'aventure du "buyers club". Il ne nous indique pas quoi penser, il donne juste à montrer la terrible situation que vivaient les malades, rejetés, humiliés, ostracisés. Et puis il y a les compagnies pharmaceutiques la FDA et les médecins, dont on sent la collusion évidente. Quand le porte-monnaie a plus d'importance que l'être humain.

Matthew McConaughey est tout bonnement époustouflant dans ce rôle. Et je ne parle pas - même si c'est remarquable - de sa perte de poids. Il vit, il incarne son personnage comme rarement j'ai vu un acteur le faire. Jared Leto, en travesti méconnaissable, est à fleur de peau. Ils forment un duo qui porte littéralement le film. Un film remarquable de justesse, qui sait allier humour (pas forcément désespéré d'ailleurs) et moments d'émotion intense pour raconter une histoire terrible avec une simplicité touchante.

Commenter cet article

anjelica 08/04/2014 04:09


Vu hier soir et je suis tout à fait d'accord avec ton billet 

Céline 01/04/2014 10:18


Tu me donnes très envie de voir ce film, d'autant qu'il est porté par d'excellents acteurs !

Tiphanie 30/03/2014 21:50


Je le verrai bien aussi, mon chéri l'a beaucoup aimé!

anjelica 27/03/2014 07:17


il faut que j'y aille ! 

Nous sommes sociaux !