Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Brunswick gardens - Anne Perry

Publié par Choupynette de Restin sur 28 Février 2014, 19:28pm

Catégories : #Ma bibliothèque

http://www.librairiepantoute.com/img/couvertures_300/2264039841.jpgAlors que les débats font rage autour de la théorie de Darwin sur l'évolution (pas celle du genre, non), Unity, jeune femme érudite qui traduit aux côtés du Révérend Parmenter est retrouvée morte en bas de l'escalier du domicile de ce dernier. Dépeinte comme très passionnée voire agressive dans ses convictions, Unity n'est pas vraiment tenue en grande estime par les membres de la maisonée hormis la fille du Révérend. Ce dernier est suspecté du meurtre, Unity l'ayant appelé juste avant de tomber.
C'est bien entendu le Superintendant Thomas Pitt, qui va mener l'enquête. Une enquête pimentée par le fait que parmi les personnes présentes dans la demeure, il y a Dominic Cooper, mari de la défunte soeur de Charlotte, dont la mort avait constitué la toute première investigation de Pitt. Cooper, ayant été pendant longtemps si ce n'est un coureur, du moins un homme aimant les femmes, s'est désormais tourné vers la religion. Il ambitionne de suivre le chemin de celui qui l'a sorti d'une mauvaise passe, le Révérend Parmenter.

Ce n'est pas la meilleure enquête de Pitt (d'autant qu'en fait, on ne le voit pas beaucoup, et Charlotte encore moins). Cependant, je l'ai trouvé intéressante car c'est un opus (le 18ème!)  très féministe que propose ici Anne Perry. Unity est le modèle même de la femme libre, honnie par les gens bien pensants. Sa soif de liberté et de reconnaissance (elle est bien supérieure intellectuellement à certains hommes, mais bien sûr son talent est totalement et délibérément sous-estimé) génère la peur et la haine chez les bourgeois, mais pas que. Elle est donc forcément agressive, hystérique (à cette époque on ne dit pas encore "mal b***sée", mais l'idée est bien là). Perry décrit très bien toutes les difficultés rencontrées par les femmes qui souhaitent être libres, qui sont érudites et veulent exercer leur art, quel qu'il soit. Entre querelles sur l'évolution, et féminisme naissant, Perry explore une période incertaine pour la société anglaise.

J'avoue que je n'avais pas trouvé, pour une fois, le coupable avant les 3/4 du livre. C'est un peu long, un peu redondant parfois. Pour les fans de Perry.

Commenter cet article

Tiphanie 01/03/2014 11:28


J'ai découvert Anne Perry avec les Contes de Noël,j'ia bien aimé, du coup je commencerai bien cette série aussi.

Choupynette de Restin 01/03/2014 12:26



Tu as donc tout à découvrir encore!! ;) J'aime beaucoup cette série, et encore plus la série avec William Monk (un personnage très différent de Pitt). Bonne lecture!



Nous sommes sociaux !