Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Blessés - Percival Everett

Publié par Choupynette de Restin sur 2 Avril 2013, 07:58am

Catégories : #Ma bibliothèque

J'avais adoré Désert américain, description sans concessions d'une Amérique qui marche sur la tête, un récit loufoque et déjanté réjouissant sur la forme, lucide sur le fond.

Avec Blessés, Percival Everett délaisse le loufoque et l'humour à tout va, pour un récit à l'image de son personnage http://www.incoldblog.fr/my_dotclear/my_public/Archives/2007/2007-04/.07-04-06_m.jpgprincipal, John Hunt, éleveur de chevaux au fin fond du Wyoming, vivant avec pour seule compagnie depuis la mort de se femme avec son vieil oncle, ses chevaux et le paysage sauvage de l'Ouest mythique.

Mais des évènements viennent troubler la quiétude savamment entretenue par Hunt. Un jeune homme, homosexuel, est retrouvé mort après avoir très probablement été torturé, l'homme  tout faire de Hunt, Wallace, un peu benêt est accusé du meurtre. Les bêtes d'un éleveur Indien sont abattues, la neige souillée d'une inscription haineuse "Nègre rouge".

Everett, dans ce roman de l'Ouest, tord le cou aux clichés du cow-boy à la John Wayne: certes John Hunt monte à cheval, certes il est taciturne, mais il est diplômé de Berkeley en histoire de l'art, il est cultivé. Et sa peau est d'ébène. 

A l'image de ce personnage tout en retenue, ce taiseux qui se tient à l'écart, Blessés explore, sans grands discours, ni grandes descriptions, les travers de l'âme humaine, les haines qui couvent et se réveillent dès que la différence pointe le bout de son nez. La dernière phrase du roman est marquante: "C'est la frontière ici, cow-boy. Partout c'est la frontière." La frontière de l'humanité, de la haine. La frontière qui marque la fin de la société ordonnée et respectueuse pour entrer dans un état de non droit, de violence.

Un roman de l'action, servi par des personnages attachants, même si peut-être un peu trop manichéens. Trop gentil, trop méchants... Mais John Hunt, avec ses questionnements, ses doutes, son humanité, nous touche. Et puis, les dialogues sont excellents, beaucoup d'humour encore de la part de l'auteur.

Un roman qui se lit d'une traite, qu'on ne lache qu'à la toute fin, pris par l'histoire et les personnages.

L'avis d'InColdBlog.

Commenter cet article

I

Après avoir lu celui-ci, j'ai acheté Effacement que l'on m'avait conseillé... et que je n'ai toujours pas lu.
Répondre
C


ça ma rappelle quelqu'un ça...



B

Et maintenant, il FAUT que tu lises "Effacement" !  ;)
Répondre
C


c'est le  projet, je l'ai pris à la bibli!



Y

il FAUT que je lise Everett m'a-t-on déjà dit :-)
Répondre
C


Il FAUT, oui!



K

M'enfin, je ne l'ai pas lu, celui là!!! J'en ai lu deux que j'ai adoré : essaie Effacement, tu verras!
Répondre
C


Oui, je viens de le prendre à la bibli!



G

J'ai été enthousiasmée par la lecture de ce roman. Un grand écrivain. 
Répondre
C


absolument! en as-tu lu d'autres?



Nous sommes sociaux !