Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


'71

Publié par Choupynette de Restin sur 25 Novembre 2014, 09:29am

Catégories : #Petit & grand écran

http://fr.web.img4.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/14/09/29/12/57/084916.jpg1971, Belfast. Un jeune soldat est envoyé avec sa section dans la capitale d'Irlande du Nord qui s'enfonce alors dans la violence.

Lors d'une fouille dans un quartier catholique, la situation dégénère et séparé de sa section, Gary est poursuivi par ce que nous supposons être des membres de l'IRA ou alors des Provisionals, bien décidés à l'abattre. Entre indépendentistes, loyalistes, milices, militaires et civils, Gary est pris au piège d'un quartier inconnu où sa vie dépendra plus des autres que de ses propres capacités personnelles à survivre.

Yann Demange, dont c'est là le premier métrage, livre une oeuvre violente, crue qui prend presque immédiatement le spectateur aux tripes. Il faut dire que le pauvre Gary, qui vient à peine de finir ses classes, est plongé dans un environnement et une situation totalement inconnus. Comme le spectateur. Difficile pour l'un comme pour l'autre de comprendre la complexité de l'Irlande du nord. Car  il apparaît rapidement que les deux camps sont traversés de courants plus ou moins en conflits les uns avec les autres. Demange utilise à merveille sa caméra pour nous faire sentir au plus près la tension, la peur que ressent le soldat perdu dans Divis Flats. Quartier "vert", catholique, aux mains des indépendantistes.

Il filme également une ville hantée, pauvre, aux murs criblés de balles comme rongés par la haine. Fantomatique, Belfast est une cité qui semble presque morte, terriblement silencieuse quand les cris et les coups de feu n’assourdissent pas ses habitants.

Demange propose un film prenant, qui plonge le spectateur, comme Gary, dans l’horreur incompréhensible d’une guérilla urbaine où barbouzes, indépendantistes et civils s’entrecroisent, rendant la situation extrêmement confuse. Chaque rencontre apporte une pièce de plus au puzzle, mais pas de réponse « noir/blanc ». Le réalisateur démontre sans grand discours ni démonstrations superflues que l’individu n’est qu’une pièce de viande pour ceux qui se tiennent plus loin de l’action.Que la théorie et les explications toutes faites ne tiennent pas, confrontées à la réalité.

Un excellent film coup de poing. Brillamment réalisé.

L'avis de Dasola.

 

Commenter cet article

M
<br /> Je l'ai en stock "streaming", faut que je le regarde.<br />
Répondre
D
<br /> Bonsoir Choupynette, d'abord merci pour le lien. 71' est vraiment réussi jusqu'au bout. Bonne soirée.<br />
Répondre
T
<br /> J'ai vraiment très envie de voir ce film, j'espère qu'ils finiront par le diffuser dans mon cinéma!<br />
Répondre

Nous sommes sociaux !