Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


50 Cent, Sardou et Nancy

Publié par Choupynette de Restin sur 30 Septembre 2006, 16:24pm

Catégories : #Mon oeil!

J'ai visionné Esprits Libres, la nouvelle émission de Guillaume Durand. J'ai beaucoup apprécié. J'avais été un peu lassée par Campus l'année dernière.

Le premier invité fut l'inévitable Finkelkraut, que l'on commence à connaître. Un nouveau livre Que peut la littérature était présenté. Ce Finkelkraut, décidemment, ne change pas. Tout comme Jeanbar qui présentait Nos enfants nous haïront, c'était toujours mieux "avant". Avant aujourd'hui, avant la création d'un monstre aux innombrables têtes: les Médias,et aussi le rap (pour F). Les enfants des babyboomers vont les haïr. Les parents laissent un monde en guerre, avec un taux de chomage élevé et plus de repères. Le débat nous mène à comparer la France avec la Finlande, modèle indétronable pour Romain Goupil. Et F. de nous expliquer que tout le problème vient des banlieues, que la où l'éducation nationale rencontre le plus de difficultés, c'est dans les banlieues, etc. Et on en vient à parler avec Pierre-Louis Basse des nouveaux rêves des jeunes de banlieues qui aujourd'hui viennent dans le 8ème pour baver devant des vitrines où s'exhibent des vestes en croco à 60 000€. (Je sais, tout cela semble très brouillon, mais il y avait de temps en temps de la logique.) J'ai vraiment été étonnée de cette irruption de la question de l'immigration dans le débat.

A écouter F., tout vient de là, et si la Finlande va si bien, et nous si mal, c'est parce qu'on a un problème d'immigration. c'est peut-être vrai. Mais si il ya un refus de l'éducation nationale et de ses enseignements dans les banlieues, n'est-ce pas aussi un refus d'une société dans sa globalité? Mais pour F. comme pour PL Basse , c'est la faute à des gars comme 50 cent qui posent comme slogan de vie "get rich or die trying". Ce à quoi Clémentine Aubin, que je n'apprécie pas particulièrement, répond que Sardou chantait qu'il voulait violer des femmes...sans que personne ne s'en émeuve. Réplique supersonique du philosophe" parce que vous croyez que j'écoute - que quelqu'un - écoute Sardou? Mais je m'en tamponne le coquillard de Sardou!!". Oui, c'est un débat qui a de l'envergure! Bon, personnellement Sardou m'énèrve. Mais a-t-il vraiment parlé de violer des femmes? Je n'en sais rien.  Bref, Guillaume calme tout le monde en renvoyant dans ses buts F. Ouf!

Intermède cinéma avec Jean-Marc Barr qui vient présenter son dernier film. La bande-annonce ne m'emballe pas des masses: des jeunes très libérés sexuellement batifollent, et l'un d'eux meurt. recherche de son meurtrier. Puis Sami Bouajila et Bernard Blancan viennent parler d'Indigènes. Ou plutôt de l'accueil du film par le public. Interessant, mais pas franchement instructif. Sauf pour les interventions, vraiment très rapides, des historiens.

Et là j'arrive au meilleur, l'interview de Nancy Houston.

Décidément cette femme me plaît. Tout en douceur. Mais sans se départir d'une lucidité à toute épreuve. Elle raconte ses difficultés à trouver un éditeur outre-atlantique, comment elle a écrit le livre dans l'ordre chonologique alors que ses lecteurs le lisent "à l'envers". Malheureusement, cette interview sera trop courte. Je reste donc un peu sur ma faim, mais je suis réconciliée avec Guillaume.

Commenter cet article

A
Bonjour,comme tu l'aspeut-être vu sur mon blog, je l'ai moi aussi rencontrée samedi dernier au festival America. Non... ne sois pas jalouse... tu l'as vu chez Durand, toi!!!Au plaisir de te relire
Répondre
C
Pff ben si jalouse un peu...mais ce sera pour une prochaine fois!
A
Je ne regarde jamais la télé, alors des fois je manque des choses comme une interview de Nancy Huston...Dommage...<br /> C'est une femme que j'admire énormèment. Sa sensibilté me touche beaucoup. Je l'ai rencontré lors d'une séance de dédicaces: elle rayonne d'une grâce rare.
Répondre
C
Quelle chance de l'avoir rencontrée!! En tout cas, elle fait partie des auteurs que je n'ai pas encore lus, mais cela ne saurait tarder, tant j'en entend du bien, et tant elle me plait en tant que personne.

Nous sommes sociaux !