Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Marathon des Mots

Publié par Choupynette de Restin sur 14 Juin 2009, 09:27am

Catégories : #Evènements

Le Marathon des Mots, au départ, c'est une histoire... de Mots. Cette introduction semble à la fois logique et redondante. Et pourtant... certains auraient bien fait de se rappeler ce point... crucial! Pour un compte rendu précis (à la minute près), je vous enjoins d'aller lire le billet de Stéphanie. Pour ma part,je vais faire ma râleuse, comme d'hab: ça m'éclate! Mais avant cela, je me dois de remercier Elodie et Leclerc. pour l'invitation. Certaines mauvaises langues diront que je suis vendue au Kapital. Je ne dirai pas ce que j'en pense, ce billet va bientôt exploser mon record de jurons sur ce blog....Ames sensibles....
Mais revenons à mon attaque de billet (oui je me la joue "media professionnel"...). Elle semble donc redondante, voire incongrue. Et pourtant une certaine K P, soi-disant journaliste littéraire d'un gratuit que nous ne citerons pas (20 MINUTES) n'a, lors des Conversations avec Lambert Wilson (ahhhh Lambeeeert) ou avec une pimpante Bernadette Lafont, jamais posé une seule question ayant trait à la littérature ou à la lecture. Pire: aucune question INTELLIGENTE. Elle a même réussi à proférer ce qui pourrait s'apparenter pour nous lecteurs à un blasphème qui aurait fait se dresser Bernardin de Saint-Pierre si il avait eu à défendre les livres en général et non pas un seul: "la lecture est un art rudimentaire".... Silence consternéeparmi mes collègues, quant à moi, je bouillais intérieurement. Grognasse. Heureusement, les artistes en questions étaient, Lambert (*soupir*) en tête, très intéressants, parlant de leur métier avec beaucoup d'enthousiasme, d'éloquence, d'érudition parfois, et répondant volontiers aux interrogations (rares) de l'assemblée.
L'honneur fut sauf, chers amis: les blogueuses réunies posèrent les SEULES questions ayant trait au sujet de cette manifestation.  Ce courage totalement désintéressé au nom de la Littérature ne fut pas sans danger! Pensez,  Bernadette Lafont, après avoir répondu de manière très complète à la question "quelle lectrice êtes-vous et que lisez-vous?", retourna à notre intrépide compagne un "Et vous, que lisez-vous?" qui claqua dans l'air comme le fouet de notre cher Indiana. Grand moment de solitude. Mais elle s'en sorti avec les honneurs et un "La déclaration de Gemma Malley". Ouf!
Après les conversations, nous avons enfin pu assiter à des lectures. Tout d'abord La beauté du monde et Nous ne sommes pas d'ici de Michel Bris par Bernard-Pierre Donnadieu, excellent dans son rôle, montrant aussi beaucoup d'humour et de disponibilité. Puis, Cher Amour de et lu par Bernard Giraudeau, qui m'a moins emballée, même si sa voix est incontestablement un régal pour les oreilles. La première lecture fut l'occasion d'une prise de bec avec une... personne. Frustrée d'avoir dû se déplacer car elle bouchait la vue sur la scène, cette personne de l'organisation (quel rôle tenait-elle exactement?), se jeta telle une hyène, rictus et oeil vengeur en place, sur l'une d'entre nous (celle qui l'avait faite se déplacer) pour lui enjoindre d'éteindre son camescope, ouvert pour prendre un "son" (comme font les "media professionels"). Comme nous sommes des jeunes filles polies, le camescope fut éteint. Las! la Hyène en question prit à partie notre blogueuse: "Vous devriez savoir que l'on n'a pas le droit d'enregistrer puisque vous avez un badge media", "he bien non, je ne le savais pas, mais ça y est je l'ai  éteint", "Et puis vous l'avez eu où ce badge? Quest-ce que c'est? ...Alors c'est pas la peine de faire des reflexions". Et de remonter sur son muret, avec sa vieille robe pourrie vert kaki et sa pince crocodile de chez Lidl (oui, je peux être vindicative). La lecture étant en cours, la conversation fut donc courte. Mais la Hyène, créature que l'on sait acharnée, revint à l'assaut à la fin de la lecture de Donnadieu. Avec ses questions inquisitrices.(Bernardin, si tu nous regarde...)  "Vous les avez eu où ces badges? Vous êtes qui?", Là evidemment, vous pensez bien que je n'ai pas pu m'empêcher de lâcher un "On les a pas volés ces badges" parce que vraiment, ma patience à des limites. Nous avons précisé que nous étions des blogueuses, ce à quoi on nous répondit: "Oui, mais bon, les artistes ils viennent et ils veulent des médias professionnels (maintenant vous comprenez mes précédentes références à cette expression), et puis Leclerc c'est pas un newspaper, quoi. Les sponsors peuvent pas inviter 50 blogueurs chacun. Il y a une liste, avec déjà 10 invités -" "C'est nous les invités"! Blanc dans la conversation (oui la Hyène n'a que peu de répartie - et je ne parle même pas de répartie intelligente). Sur ce, Madame Jmeprendpourlachef va voir la vraie chef, Corinne, qui soit dit en passant fut adorable avec nous, et nous avait accueillies le matin. On ne revit plus jamais la Hyène.
Le seul point positif de cette harpie fut de nous faire méditer sur la "suditude" ou pas du terme pouffiasse. Les blogueuses parisiennes ou ayant vécu à Paris, affirmèrent pour certaines qu'il s'agissait là d'un terme "bien de chez nous", d'autres évoquèrent un dérivé fort usité: Pouff'. Concernant cette personne, si l'on veut se la jouer moins marquée "Sud", on peut aussi dire connasse. Mais cela n'engage que moi.
La journée se termina sur un moment gastronomique et nostalgique. Et avec beaucoup de papotages. je vous en donne quelques idées phares: Angelique est l'héroïne moderne par excellence,  j'ai à mon grand regret commis le plus gros spoiler de l'année, Lio est vulgaire, Wolverine donne lieu à débat cinéma (uniquement sur la qualité du film s'entend, pas sur Hugh, of course).
C'est sûr, une vie de blogueuse, c'est dur!
Edit: Honte à moi, je n'ai pas cité les participantes: Ankya, Caro[line], Erzébeth (qui a même été citée par un intervenant - ou du moins son illustre homonyme), Fashion, Papillon, Stéphanie et Yue Yin.

Commenter cet article

Lou 23/06/2009 11:43

Rhaaa j'étais invitée aussi mais je ne pouvais pas venir. J'aurais vraiment aimé rencontrer la grande, l'unique Choupynette :) Bon peut-être une autre fois lors d'un séjour à Toulouse (depuis le temps que je prévois ça  à force d'aller dans la région Midi-Pyrénées et de lorgner sur Toulouse...).

Marie 15/06/2009 22:59

Quelle honte ! Je n'ai encore jamais réussi à me libérer pour assister à une édition du Marathon des mots. Pourtant, chaque année, des affiches prestigieuses me font rêver.Ecouter une lecture faite par Lambert Wilson ou Bernard Giraudeau... Le rêve !Par contre, il fallait être très optimiste pour attendre une interview intelligente de 20 Minutes...  

choup 16/06/2009 18:16


Optimiste, peut-être... mais en même temps, on peut quand même attendre mieux  que ça...


erzebeth 15/06/2009 21:12

Yue Yin a entièrement raison !  (je dis ça parce que je pense exactement comme elle... tu vois à quoi ça tient, n'est-ce pas !)J'espère que tu t'es remise de tout ça et que ça ne t'empêchera pas de retourner au Marathon l'année prochaine, parce qu'en général, ça vaut vraiment le coup !

choup 16/06/2009 18:18


Oh non!! J'ai adoré ce Marathon!!!


Lilibook 15/06/2009 19:00

C'est bien amusant de lire ce billet ;-))) Il y en a toujours un ou une qui se trouve dans ce genre de manifestation pour enquiquiner le monde, c'est bizarre hein ?

choup 16/06/2009 18:19


comme tu dis!!!


Florinette 15/06/2009 16:46

Dès que je peux, ça sera avec grand plaisir ! ;-))

choup 16/06/2009 18:24


Super!!!!!


Nous sommes sociaux !