Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


La Zona

Publié par Choupynette de Restin sur 6 Juin 2009, 15:28pm

Catégories : #Petit & grand écran

La Zona, c'est un sorte d'ilôt dans la ville. Un quartier fermé, barricadé, bunkerisé dans un Mexique en proie à la violence, la pauvreté. Ses habitants se croient à l'abri. Mais à la faveur d'une panne d'électricité, de petits malfrats rentrent dans ce lieu idyllique (?) ayant un statut à part, hors des lois, s et 'introduisent dans une maison. Mais il sont surpris par la propriétaire et sa petite fille. Ils tuent la première tandis que la seconde s'enfuit en déclenchant l'alarme. Les habitants du quartier sortent défendre leur territoire, abattent deux des malfrats, le troisième échappant aux balles, mais ne parvenant pas à sortir de la Zona. Dans la confusion, un gardien sera tué par un viel homme l'ayant pris pour un voleur.
Voilà le point de départ de ce film pas franchement optimiste. Utilisant au mieux les pauvres moyens à sa disposition, Rodrigo Pla, le réalisateur, offre une vision glaçante et désenchantée de la société Mexicaine, où la corruption, la violence, poussent les classes supérieures à s'enfermer dans des forteresses avec lycée compris, histoire que les jeunes n'aient pas à sortir trop tôt de cet Eden. Mais il s'agit d'un Eden aux fruits déjà pourris, qui porte en lui la mort.
Car le dernier voyou, Miguel, sera pourchassé sans relâche, les policiers écartés car ils ne sont que "des bons à rien corrompus dans un monde qui n'a que faire de la justice". De toute façon ils ne peuvent pas entrer, puisque la Zona est une propriété privée. Des discussions et des votes opposeront les habitants, l'effet de foule, de meute, prendra le dessus, en dépit des appels de certains habitants à plus de calme et surtout, de raison. Au final, Miguel sera retrouvé, et la foule se jetera sur lui alors qu'il est armé: un coup de feu est tiré par accident, une femme meurt. Miguel aussi. Tabassé à mort. Son corps, comme celui des autres voyous, sera jeté aux ordures. Car pour la Zona, il est impensable de révéler la réalité sur ces évènements au reste de la société: cette zone à part perdrait son statut particulier de propriété privée, et devrait de nouveau se plier à la loi régissant le reste du Mexique, laisser entrer la police etc. Pla montre l'utopie pour ce qu'elle est: un piège. Car sans règle, avec des individus à la fois juges et parties, la justice n'existe pas. Un très bon film.

Commenter cet article

Ofelia 11/06/2009 23:05

Changement d'adresse :)

choupy 12/06/2009 08:40


c'est  noté!


Marie 08/06/2009 23:15

Bonsoir !Je n'ai pas résisté : un tag t'attend sur mon blog !

choup 12/06/2009 08:41


je vais voir ça


dasola 07/06/2009 21:03

Bonsoir, j'ai dit le bien que je pensais du film le 31/03/08. D'aiilleurs tu parlais de te faire une idée par toi-même... L'histoire se passe au Mexique, mais elle pourrait se passer partout dans le monde. On est dans le tout sécuritaire avec un rejet de l'AUTRE. Cela va de pair avec le fossé entre les riches et les pauvres (qui s'accentue). Film pessimiste. Bonne soirée.

Nanne 06/06/2009 20:30

C'est très certainement un très bon film, mais qui doit être difficile et marquant, je pense ... Une vision désenchantée et monstrueuse d'une certaine société qui se bunkerise, se referme sur elle-même pour mieux exclure les autres ! Tellement réaliste, malheureusement ...

Nous sommes sociaux !