Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Gourmandises and co.

Publié par Choupynette de Restin sur 25 Avril 2009, 18:53pm

Catégories : #Ma bibliothèque

Nouvelle rencontre du Club Toulousain, avec pour thème cette fois-ci le chocolat, les gourmandises, la cuisine. Après avoir longtemps tergiversé, et la date fatidique de la rencontre s'approchant à grands pas, j'ai finalement porté mon choix sur des nouvelles. Le dîner de Babette, de Karen Blixen, et Les prunes d'Abdelkader Djemaï.
Le dîner de Babette est une nouvelle où la cuisine va être à la fois un prétexte, et l'occasion d'une réflexion. Babette est une femme qui a émigré après la Commune de Paris. Recherchée, ayant perdu tous ces proches, elle quitte la France, et, sur les recommandations d'un ami, part pour la Norvège et la maison de deux soeurs austères, vieilles filles, élevées dans la plus stricte application protestante de la Bible. Le jour où elle gagne dix mille francs or à une loterie, elle leur demande de la laisser préparer un dîner fin, dans la grande tradition française. Sa fortune y passe, mais une soirée aura effacé des années de carême.
Cette nouvelle, au style impécable et évocateur, nous plonge dans la vie de ces personnages dont la plupart sont des bigots, applicant sans les comprendre, sans réflechir, les préceptes d'un pasteur décédé et révéré, se coupant de tous les plaisirs, quels qu'ils soient. C'est ainsi que le fameux repas de Babette, le meilleur qu'ils aient jamais mangé, ne donnera lieu à aucun commentaire, les convives faisant de leur mieux pour ne pas l'apprécier. C'est donc deux visions totalement différentes de la vie qui s'opposent là: l'ascétisme le plus strict face à la bonne chère et à un certain épicurisme. Ce repas somptueux sera aussi l'occasion pour certains des convives d'affronter les fantômes du passé, l'occasion de se confronter aux rêves de jeunesse, et à ce qu'ils avaient apportés, en bien ou en "moins bien".
Au final, ce court récit, parfaitement maitrisé, est l'occasion pour Blixen de faire le portrait d'une communauté végétant dans la religion la plus stricte, faisant la charité en pensant à la "récompense dans l"au-delà" que cela impliquera. Ce dernier point est particulièrement intéressant, puisqu'il pose la question de la charité et de ses motivations. Blixen peint des personnages complexes, aux motivations et aux sentiments parfois ambigus. Au final Babette s'avérera être bien plus que ce que l'on pouvait croire a prime abord.

Dans Les prunes, tirée du recueil Dites-leur de me laisser passer, l'écrivain algérien Abdelkader Djemaï propose une très courte nouvelle, intense et dense, sur un personnage très particulier, dont à ma grande honte, je ne me souviens plus du prénom. Ce dernier est en route pour une mission, dont on ne comprend pas tout de suite l'objectif, mais dès le départ, on sait qu'il a mangé trop de prunes, sont péché mignon,et qu'il le regrette, ses intestins le lui faisant sentir. Alors qu'il traverse le quartier de son enfance, avec toujours à l'esprit l'idée d'aller se soulager à tout prix, car cela "presse", il en critique très sévèrement les habitants, les trouvant impurs, sales, inconséquents. Lui, le père d'une ribambelle d'enfants, respectant à la lettre les préceptes du Coran, il ne supporte pas ces gens qui se disent musulmans mais qui ne sont que des pécheurs.
Malheureusement pour lui, alors qu'il parvient à trouver des toilettes, la bombe qu'il avait dans son sac, et qui devait exploser à un endroit stratégique, était mal réglée, et elle saute.
L'ironie de cette nouvelle tient à cette chute: le péché de l'un (gourmand qui a mangé tant de prunes) sauve les autres, ceux-là même qu'il considèrait comme des êtres inférieurs, indignes, et qu'il souhaitait anéantir. Il sourd de ce récit, conté du point de vue unique du personnage principal une telle haine, un tel mépris, que l'on comprend que ce terroriste a été comme beaucoup victime d'un lavage de cerveau en règle. Un style efficace fait de cette très courte nouvelle un moment de lecture intense.

Une fois de plus, la rencontre du club Lire et Délires aura été l'occasion de découvrir de nouveaux auteurs, et de nouvelles saveurs. Ces deux nouvelles m'ont en tout cas donné envie de lire un peu plus de ces deux auteurs.

Commenter cet article

Hathaway 28/04/2009 18:47

Je note les deux Choupynette ! Ton billet me donne envie de les découvrir car je ne connais aucun des deux auteurs. 

choupynette 28/04/2009 20:43


Deux styles différents mais tout aussi intéressants


Nanne 28/04/2009 16:59

Ces deux nouvelles sont très belles, Choupynette ... Je me souviens du film "Le festin de Babeth" qui avait reçu un prix prestigieux (palme ou osacar). Mais, dis-moi, vous n'avez rien mangé au cours de cette charmante rencontre autour de la gourmandise ?! Seriez-vous devenues sages et ascétiques ? Je n'ose le croire ...

choupynette 28/04/2009 20:44


Penses-tu...!! nous avons découvert un petit resto-salon de thé sympathique, où tout est fait maison! et le gateau chocolat-poire est un délice... BlueGrey ne me
contredira pas je crois ;)


Karine:) 28/04/2009 00:38

De Blixen, je vais partie de celles qui ont adoré "La ferme africaine"  alors cette nouvelle me tente beaucoup... il me semble que j'avais aimé le film, mais ça fait un bout de temps!

choup 28/04/2009 20:45


Bon film ;)


BlueGrey 27/04/2009 13:45

Après Freude et Anjelica, je plussois : Robèèèrt ! *soupir*Sinon, comme les cops', je te conseille de lire "La ferme africaine" que j'ai beaucoup aimé !Et tu m'as vraiment donné envie de découvir ce festin de Babette...

choup 28/04/2009 20:45


hihihiiii c'est vrai que quand il joue dans ce film il est vraiment craquant!


Marie 27/04/2009 13:00

J'ai lu Le festin de Babette il y a quelques années et j'ai presque autant adoré que la ferme Africaine, c'est dire !Il faut maintenant que je découvre Abdelkader Djemaï car je ne connais pas du tout cet auteur et la conclusion ironique de la nouvelle "Les prunes" m'a donné envie de lire ce recueil de nouvelles...

choup 28/04/2009 20:46





Nous sommes sociaux !