Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Four letters of love

Publié par Choupynette de Restin sur 12 Mars 2009, 09:33am

Catégories : #Ma bibliothèque

Quatrième de couverture:
" Lorsque j'avais douze ans, Dieu a parlé à mon père pour la première fois. Il ne lui a pas dit grand-chose. Il lui a enjoint de se faire peintre et, sur ce, il a repris son siège parmi les anges, pour observer, entre les nuages au-dessus de la ville grise, ce qui allait se passer. " " Un pur exemple de réalisme magique. Un roman de l'Amour. " (Paulo Coelho.) " Tristan et Iseult dans l'Irlande d'aujourd'hui. Un roman envoûtant qui redonne ses lettres de noblesse au mot romantisme. " (Fabrice Gaignault, Elle.) Dans ce récit où chaque signe du hasard est éloquent, Niall Williams ne craint pas de s'aventurer sur le terrain du merveilleux et du pouvoir de l'amour. Il nous dit l'âme irlandaise, la magie d'aimer, l'enfance perdue et le miracle d'être vivant.

Comment dire? Je déteste ces 4eme de couv qui ne rapportent pas fidèlement le fond du roman. Tout comme Anne, je m'insurge. Je m'agace. Car de fait, la fameuse histoire d'amour arrive vers la page 216 (ou un peu plus loin) dans un livre qui en contient... 250. un peu léger!!
Comparer ce roman à un Tristan et Iseult moderne, c'est quand même un peu fort de roquefort! Je veux bien dans le sens où en effet l'amour de ces deux personnages, Nicholas et Isabel, est contrarié par une mère irlandaise traditionnelle.
Le reste du livre nous conte les histoires de
Isabel et Nicholas , mais aussi celles de leurs parents. Des groupes de chapitres consacrés à Nicholas, succèdent à ceux racontant la vie d'Isabel, et ainsi l'alternance se fait sur la majeure partie du roman. Pendant bien longtemps, je me suis demandé ce qu'étaient ces "4 lettres d'amour". J'ai même cru que c'en étaient d'autres!
C'est certes fort bien écrit, mais l'histoire d'amour en question ne tient que sur une trentaine de pages, sans vraiment d'intensité dramatique, avec des comportements un peu caricaturaux (lui tombe littéralement malade d'amour, perd ses cheveux etc;). Les personnages sont pourtant bien campés, même si certains sont quand même trop monochromes à mon goût.
Au final, une lecture que je vais vite oublier!
Un roman que j'avais trouvé en français (Quatre lettres d'amour) dans la LAL d'Anjelica, à qui je conseille vivement de l'y ôter!!

Commenter cet article

K
Moi aussi, ça m'énerve, ces 4e qui racontent n'importe quoi et qui comparent aux plus grands à chaque fois!!!  Je vais donc ne pas noter!
Répondre
C
<br /> tu fais bien!!<br /> <br /> <br />
A
Pas de chance pour moi, il est passé de ma LAL à ma PAL Heureusement que je l'ai trouvé d'occasion
Répondre
C
<br /> <br /> Maintenant tu es prévenue, ne t'attends pas une fabuleuse histoire d'amour.... mais plutôt à la peinture de plusieurs générations d'irlandais...<br /> <br /> <br /> <br />
I
Je vais m'empresser d'oublier aussi vite que je découvre :-)Ca va devenir une nouvelle mode de se comparer aux plus grands. Après les milliers de sous Tolkien, de sous Jane Austen et Stephenie Meyer qui se compare à Shakespeare et Brontë, voilà un nouveau Tristan et Iseult
Répondre
C
<br /> c'est énervant, hein? C'est vraiment malhonnête!<br /> <br /> <br />
F
Moi, il est déjà dans ma PAL.... Bon, comme je l'ai en anglais, ce sera toujours bon pour mon vocabulaire....
Répondre
C
<br /> C'est toujours ca de pris!!<br /> <br /> <br />
Y
pas tentant du tout ce livre là, tant mieux !!!! (pour ma pal !)
Répondre

Nous sommes sociaux !