Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Les noces rebelles

Publié par Choupynette de Restin sur 7 Mars 2009, 11:16am

Catégories : #Petit & grand écran, #coups de coeur

Sam Mendes n'est pas mon réalisateur préféré. en fait, c'est beaucoup pour Kate Wonslet et pas mal pour Leo Di Caprio que je suis allée voir ces Noces rebelles; J'aime ces deux acteurs qui gagnent énormément avec les années.
Frank et April sont jeunes, et plutôt bien de leur personne. Dans l'Amérique des années 50, ils sont l'archétype ud gentil couple admiré par les voisins de leur banlieue tranquille (endormie). Il travaille en ville, elle reste à la maison à s'occuper de leurs deux enfants. Mais tous deux pensent, se sentent différents. April, plus particulièrement, ne supporte plus leur vie étriquée et sans saveur. Pour y échapper, elle convainc Frank de tout quitter pour partir à Paris.
2 heures pour nous conter l'enfermement psychologique, la prison qu'est devenue leur vie. Mais 2 heures qui passent sans qu'on s'en rende compte. J'ai eu l'impression de voir deux âmes perdues en mer, tentant d'éviter la noyade, mais ne faisant que couler, inéxorablement. Confrontant leurs rêves à la décevante réalités, Frank et April sont submergés par le vide, le gouffre de leur existance. L'ambiance feutrée, les costumes très souvents sombres ou gris des hommes, la sensualité affichée d'April, sa colère rentrée et désespérée sont magnifiquement filmés par Mendes et parlent tout autant que les dialogues.
Alors que Franck s'adonne à l'adultère sans grande conviction et s'enfonce dans sa vie "pépère", April se débat et lutte. Jusqu'à la mort. La fin, tragique, m'a beaucoup frappée. Elle témoigne de la désespérance de cette femme qui aurait voulu une autre vie que celle d'épouse de, de mère de, d'amie de. Son ultime acte de révolte lui coûtera la vie. C'ets un constat tragique de la vacuité des règles de la société des années 50, et surtout l'hypocrisie des bonnes manières et des apparences. Le contre-point de cela est le personnage du fils de l'agent immobilier (jouée par Kathy Bates), "fou", "dérangé", mais qui dit tout haut ce que les autres pensent tout bas, ou ne pensent pas du tout.
Si DiCaprio pèche parfois par trop de gesticulations, il a su m'émouvoir par moment, en homme accroché désespéremment à une bouée qu'il sait percée. Quant à Kate Winslet, je l'ai trouvée parfaite. Elle sait jouer du regard, d'une posture, d'un silence.
On pourra peut-etre (sûrement) reprocher à Mendes trop d'académisme dans la mise en scène, mais on lui pardonne.

Commenter cet article

coming+soonn 18/05/2009 12:06

on pourra aussi lui reprocher d'avoir mal géré la fin du film en nous proposant coup sur coup 2 ou 3 fins d'affilée alors qu'il aurait pu finir avec April regardant par la fenêtre après ...

Titine 16/03/2009 09:58

Film magnifique pour des acteurs en pleine possession de leur talent. J'ai moi-aussi mis une critique sur mon blog si tu veux y faire un tour. J'ai commencé le roman de Richard Yates et au bout de 50 pages je peux déjà affirmer que c'est un chef d'oeuvre!!!

la nymphette 10/03/2009 12:02

Est-il besoin de le dire?- ta note est très bonne- j'ai beaucoup aimé ce film, parcequ'il m'a dérangé, et ça c'est quelque chose!

choup 10/03/2009 16:07


tu vas me faire rougir!! Merci pour le compliment.
Tout comme toi.. je trouve qu'au final c'est un cri de désespoir ce film... rien de moins!


amanda 09/03/2009 17:33

donne moi ton adresse par mail alors ;)

choupynette 09/03/2009 14:17

oh oui oh oui oh oui!! (tu sens l'enthousiasme????)

Nous sommes sociaux !