Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Iris

Publié par Choupynette de Restin sur 16 Octobre 2008, 08:14am

Catégories : #Petit & grand écran, #coups de coeur

D'Iris Murdoch, je ne sais rien. Je n'ai rien lu. Je connais sa réputation. C'est tout. Mais qand j'ai vu ce film, avec dans le rôle titre Judi Dench et Kate Winslet, jouant tour à tour l'auteure jeune et plus âgée, je n'ai pas hésité.
Iris Murdoch était une immense romancière britannique. Elle est décédée en 1999; elle était atteinte de la maladie d'Alzheimer.
Dans ce magnifique (je ne vois pas d'autre mot) film de Richard Eyre (Notes on a scandal), nous suivons en parrallèle la rencontre d'Iris et John, puis la fin de vie de cette auteure acclamée et admirée, qui perd peu à peu les mots et la raison.
Là, je me trouve devant une tache bien ardue: rendre fidèlement l'impression que m'a fait ce film. Ce n'est pas un film sur la maladie d'alzheimer, cela aurait pu l'être. Mais c'est en fait rien de plus, rien de moins qu'une histoire d'amour entre deux êtres à la fois différents et semblables. Iris, sûre d'elle, terriblement intelligente, effrontée, et John, gauche, peu sûr de lui, aux blagues idiotes. Mais ils avaient construit leur propre monde, leur propre langage. Puis un jour, Iris répète certaines questions, perd ses mots.

Nous assistons donc à la découverte de cet amour, et à sa mise à l'épreuve par la maladie des dizaines d'années plus tard.
C'est à la fois beau et pathétique, plein d'humour et désespéré, digne aussi. Mais ce qui transparait vraiment, c'est l'amour qu'on partagé ces deux êtres.  Eyre filme cette histoire sans pathos, à partir des livres écrits par John Bayley en hommage à celle qui fut sa compagne,  et cela sonne tellement vrai.
Encore une fois, j'ai été en admiration devant le talent incroyable de Judi Dench. Elle n'a que très peu de passages dans lesquels elle interprète Iris encore saine d'esprit, lereste du temps elle est une femme diminuée par la maladie.  Elle joue ce rôle à merveille, avec retenue, intelligence et une immense sensibilité. Kate Winslet est également juste. Elle a su capturer, dans quelques gestes, quelques regards tout le caractère, le personnage qu'était Iris Murdoch. Que dire des acteurs interprétant John (Hugh Bonneville et Jim Broadbent)? iIs sont eux aussi excellents. Broadbent, qui joue John âgé, est impressionnant par son travail notamment sur la gestuelle et l'utilisation de son corps pour exprimer et décrire tout en même temps son personnage de John Bayley.

Un bien pauvre billet qui n'exprime pas la moitié de l'impact qu'a eu ce film sur moi. Un film qui vous met en face d'une réalité terrible: la maladie inexorable qui vous coupe de ceux que vous aimez. Si l'histoire d'Iris est terrible puisque perdre les mots est perdre l'essence de ce qu'elle est, elle dont écrire était le but, la passion, cela ne fait que mettre en exergue ce que tout être perd à cause de cette saloperie de maladie.

 

Commenter cet article

F
Waouh, je sens que ce film à tout pour me plaire !Merci Choupy et bonne soirée !
Répondre
C

Bonne soirée poulette!


B
C'est un très beau billet que tu as écrit là Choupy ! Si avec ça tu nous as pas tous convaincu de voir ce film...
Répondre
C

c'est un très beau film... facile de faire le billet


M
Je ne connaissais pas ce film, mais tu me donnes envie de le voir :)De l'auteur, je ne connais que La gouvernante italienne, que j'avais bien aimé.
Répondre
C

Ce film me donne en tout cas très très envie de découvrir cette auteure.. Je garde en mémoire ce livre dont tu parles.


M
J'ai lu deux magnifiques livres de cette romancière. Tu parles très bien de ce film !
Répondre
C

c'est un si beau film... t m'aurais vue sur le canap' pendant que je le visionnais.. m'a fallu des mouchoirs!!


N
Ho la ce film t'a vraiment remuée, il a l'air vraiment bien, je vais me le procurer merci pour ce bel article;
Répondre

Nous sommes sociaux !