Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Mucha #3

Publié par Choupynette de Restin sur 22 Août 2008, 07:27am

Catégories : #Arts et Lettres

Après les affiches de théâtre et les affiches publicitaires, penchons nous aujourd'hui, chers lecteurs, sur d'autres domaines auxquels Alfons Mucha appliqua ses théories et son style.

Avec le succès des affiches de Sarah Bernhardt et par la suite les publicités, Mucha étend son art au panneaux décoratifs. Imprimés sur du papier épais ou de la soie, ils étaient encadrés comme des tableaux ou employés, comme c'était à la mode à l'époque, sur des paravents pour les décorer. La plupart du temps, il s'agissait d'un groupe de panneaux apparentés aux affiches par leur conception et leurs motifs.
Ces panneaux sont à la limite entre l'art utilitaire et le tableau libre. On les montrait même sur scène comme tableaux vivants.

En terme de forme, ces panneaux s'orientent vers un schéma dérivé des affiches de théâtre. Cependant, afin de donner plus de lyrisme, Mucha les enrichit d'extraits de paysages, créant ainsi une nouvelle atmosphère. A travers leurs thèmes, on constate la prédilection de l'artiste praguois pour la personnification de notions et de choses: les sujets sont toujours des silhouettes féminines allégoriques comme ici Les Quatre Saisons (1896):

D'autres symbolisent les Fleurs (1898), les Arts avec la Danse ou la Musique que je vous montre ici (1898) ou encore les Mois (1899).

Mucha, loin de s'arrêter à l'art pictural, s'est aussi essayé aux bijoux. La collaboration entre l'artiste et le joaillier parisien Georges Fouquet naît de l'admiration de ce dernier pour les parures imaginées par Mucha sur ses affiches de théâtre et ses panneaux. En 1900, Fouquet présente à l'Exposition Universelle de Paris une collection de bijoux de Mucha et fait sensation. Avec par exemple l'agrafe, ces créations sont souvent composées de plusieurs parties et réunissent divers techniques et matériaux: colliers en or, plaques ciselées, pierres semi-précieuses, miniatures en ivoire et en émail, perles baroques, scarabées et j'en passe. Beaucoup influencé par l'art bizantin ou oriental, ces bijoux affichent un luxe raffiné (même si certaines parures sont ouvertement "théâtrales") rivalisent avec les créations de René Lalique.  En voici quelques exemples:

ca n'a pas l'air comme ça, mais il s'agit d'un bracelet...!



collier


pour finir une broche.

Mucha n'a pas fait que des bijoux, il s'est aussi illustré dans la décoration avec notamment la bijouterie de Fouquet, dont il réalise la façade et la décoration intérieure. C'est certainement l'un des meilleurs exemples d'art total de l'époque. Démonté, le décors, ou du moins une partie, reste visible au musée Carnavalet.




Commenter cet article

C
c'est vrai??? Merci du tuyau!!! :)
Répondre
C
y a une expo sur lui cet été à Montpellier au Musée Fabre. Je compte bien aller la voir!!!
Répondre
N
Une très belle évocation de l'Art Nouveau à travers l'un de ses représentants les plus significatifs, Choupy :) Bravo pour cette présentation d'un artiste peu connu de beaucoup ...
Répondre
N
J'apprécie vraiment beaucoup l'esthétique de Mucha, surtout ses panneaux décoratifs et ses affiches ! Heureuse de voir que d'autres l'apprécient également =)
Répondre
E
J'ignorais qu'il y avait du Mucha au musée Carnavalet. A mon prochain passage à Paris, j'y vais !
Répondre

Nous sommes sociaux !