Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


La walkyrie et le professeur

Publié par Choupynette de Restin sur 12 Mai 2008, 09:11am

Catégories : #Ma bibliothèque

Pour tout dire, j'ai fini ce livre il y a deux jours, et pas moyen de le comprendre. Enfin, si, je peux comprendre, mais je reste extrêmement perplexe.
Voilà ce que l'on peut lire de ce livre notamment: "Un roman à ne pas prendre au pied de la lettre, une manière de jouer – et de se jouer – de la force fantasmante de la fiction et des mystères insondables de la linguistique et de la psychanalyse, le tout sur fond de vieille Germanie et de contes de Grimm, tel apparaît le cinquième roman de Michel Arrivé – linguiste de son état ayant beaucoup écrit sur la langue et l’inconscient - et ayant manifestement pris un malin plaisir à manigancer, et à mettre en mots, les récits alternés que nous font de leur passé et de leur histoire d’amour, le professeur et la Walkyrie."
Je n'ai pas vu l'humour, et la psychanlyse me fait l'effet de Freud qui ne serait lui-même pas sorti de sa période anale.... Ceci étant dit, le style de l'auteur est agréable (!) même si le propos laisse songeur. Je parlais hier soir avec MS de ce livre, et je n'ai pu lui évoquer que les détails les plus scabreux car c'est tout ce que j'en retiens. Non pas la symbolique, ce qui était pourtant le but de l'auteur, car c'est par trop grotesque. C'est trop, tout simplement. Par exemple: le parralèle entre l'impossibilité d'écrire (au sens de créer) de Kriemhilde (la walkyrie du titre) et sa constipation chronique. Oui, vous avez bien lu. L'inceste fantasmée entre celle-ci et son fils Siegfried. Qui est presque normal puisque dans la légende des Nibelungen, Siegfried est le mari de Kriemhilde...
J'ai vraiment l'impression que l'auteur fait le catalogue des "cas" de psychanalyse. Pour pas grand chose.

Commenter cet article

Choupynette 30/05/2008 18:43

Je n'ai pas du tout été choquée par les détails scabreux (!), mais disons que j'ai trouvé cela un peu gros. un peu exagéré. Le rêve de Kriemhilde ne m'a pas dérangé plus que cela...C'est peut-être en fait l'accumulation qui donne cette impression de "trop"...Après, que les hommes reçoivent "mieux" ces propos parce qu'ils sont justement des homms... je n'en suis pas persuadée, mais peut-être est-il toujours vrai que les femmes sont plus facilement choquéesil est tout à votre honneur de prendre les critiques avec intelligence! Certains auteurs, et fans d'auteurs (c'est peut-être même ceux-là les pires!) se révèlent parfois incapables de gérer le négatif. Cela dit, je peux comprendre à quel point il est difficile d'entendre des commentaires négatifs sur son oeuvre.

Michel ARRIVÉ 29/05/2008 08:57

Je poursuis ce dialogue. J'ai lu 15 commentaires (dans des journaux ou sur des sites) sur La walkyrie. 11 avaient pour auteurs des hommes: tous enthousiastes (j'ai les références). 4 avaient pour auteures des femmes. 1 était excellent (dans Le courrier de Genève), 1 autre réservé, les 2 derniers (Moustafette et vous) franchement mauvais. Intéressant, comme vous dites. L'explication? Difficile. Je crois cependant apercevoir que les aspects « scabreux », comme vous dites, vous ont choquée. Je me trompe?Faut-il préciser que je n'en veux nullement aux personnes qui n'aiment pas mes romans? C'est leur droit le plus strict. Et ça peut changer. Lisez ma Très vieille petite fille, puis, dès qu'il sera paru, mon prochain roman, 26 bis rue Pougens.

Choupynette 26/05/2008 10:55

Il y aurait donc un accueil différent de cet ouvrage suivant le sexe du lecteur? Intéressant... et inattendu! pas d'hypothèse explicative?je lirai pour ma part le livre qui a plu à Chiffonnette (Une très vieille petite fille)

Michel ARRIVÉ 25/05/2008 18:02

Très intéressé par les réponses de Choupynette et de Gaël.À Choupynette, je précise que j'ai  attaché à ses remarques autant d'importance qu'à celle des « professionnels » de la critique. Une hypothèse, comme ça, déjà envisagée avec Moustafette: j'ai l'impression que les femmes réagissent moins bien que les hommes à la lecture du roman… À vérifier, et à essayer d'expliquer… J'espère que le prochain, à paraître fin 2008 ou 2009, vous plaira plus…À Gaël. C'est bien dommage que vos profs de linguistique vous aient paru si sinistres… Il y en a, c'est certain. Mais pas tous. Essayez donc, si vous en avez l'occasion, de jeter un coup d'œil sur mon petit bouquin VERBES SAGES ET VERBES FOUS (chez le petit éditeur LAMBERT-LUCAS). Et dites-moi si ça vous a paru aussi emmerdant que les cours de vos profs.Michel Arrivé 

Gaël 23/05/2008 09:47

M. Arrivé, Je tenais tout d'abord à préciser que le terme "livre de merde" n'était
aucunement un jugement de valeur, n'ayant moi-même pas lu votre
ouvrage. Il s'agissait seulement de suivre une thématique que notre
hôtesse utilise à plusieurs reprises dans sa critique. En ce qui concerne le manque d'humour des linguistes, je ne parle que
par expérience, ceci ne veut pas une déclaration généraliste. Après mes
cinq années de Linguistiques anglaise et française, j'ai pu remarquer
que mes professeurs étaient les plus sinistres que j'ai l'occasion de
rencontrer (sans compter mes professeurs de sciences physiques du
lycée). N'ayant moi-même que très peu d'enthousiasme pour cette
matière, si ce n'est un penchant pour la phonétique auquel je trouve un
aspect ludique, je me suis permis de faire remarquer que la
Linguistique va rarement de paire avec l'humour. Ceci étant dit, je
précise tout de même que si attaque il y a, elle se tourne plus vers
une corporation que vers votre personne, que je ne permettrai pas de
juger. Là encore, il s'agissait plus d'un trait d'humour que d'un
véritable pamphlet contre la Linguistique. Je comprends bien l'intérêt
de votre profession, et ne remettrai jamais en cause son existence. J'espère que ceci dissipera les malentendus que j'ai pu occasionnés.
Comme quoi, le manque d'humour n'est apparemment pas réservé aux
linguistes! :-)

Nous sommes sociaux !