Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Voix et fumerolles

Publié par Choupynette de Restin sur 6 Mai 2008, 20:39pm

Catégories : #Ma bibliothèque

Alan Duff est un écrivain néo-zélandais engagé, à qui l'on doit notamment Once were warriors, adapté à l'écran par Lee Tamahori (qui commit aussi le James Bond "Die another Day") dans le fameux L'âme des guerriers qui sera prochainement chroniqué. D'origine Maori, Duff ne se considère pas comme tel puisqu'ayant été éduqué comme un Pakeha (blanc). Mais ses livres parlent de ce
peuple, et pas toujours en termes très flatteurs. Ce qui valu à Duff d'être au centre d'une polémique en Nouvelle-Zélande: il affirmait en effet que les Maoris étaient responsables de la situation dans laquelle ils étaient: citoyens de seconde zone, souvent victimes de l'alcool et prompt à la violence, ils observaient une attitude trop passive selon lui.
Voix et fumerolles est une nouvelle qui évoque la violence conjugale et familiale qui sévit au sein des familles maori. Duff peint un tableau en ombre et lumière de la société maori, magnifique par la richesse de sa culture, mais gangréné par la violence, par la propension "culturelle" de ce ses membres à se battre et à ne pas comprendre en quoi cela est mal.
"je crois que ça fait partie des choses qui nous desservent: nous n'avons jamais compris ce qu'il y a de mal à être violent".
Duff avec la terre de Nouvelle-Zélande, aux sources chaudes, aux geysers bouillonnants, nous décrit en fait le caractère même de l'homme maori: fier, orgueilleux, la beauté sauvage séduisante mais cachant un danger réel. Les sources chaudes peuvent être brûlantes; le maori qui honore ses morts peut aussi bien tuer sa femme sous les coups.
Cette nouvelle est un appel de Duff aux Maori, un cri du coeur, d'amour, à un peuple riche d'histoire:
"
A l'arrière-plan, les mares et le sol brûlant n'arrêtent pas de bouillir et d'émettre des bulles [...]. Prêtez l'oreille et entendez ce qu'ils disent. "Pour que vous, les hommes n'oubliez pas - voyez-vous cette figure humaine sculptée au-dessus de la vieille maison commune, celle qui montre une femme à califourchon sur la ligne de faîte? Nous sommes tous issus de ces cuisses; sans la femme, vous n'existez pas."

Nouvelle publiée dans le recueil Douze écrivains néo-zélandais paru chez Sabine Wespieser, collection Les belles étrangères.

Commenter cet article

Philippe 07/05/2008 14:33

rien lu de lui malgré 2 livres : nuit de casse et l'âme de sguerriers qui ont eu leur "petit" succès...

Choupynette 09/05/2008 10:20


il est dans mes projets de lecture. Ce recueil était l'occasion de découvrir son écriture sans ma lancer dans un roman.


Nous sommes sociaux !