Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Into the Wild

Publié par Choupynette de Restin sur 10 Février 2008, 09:50am

Catégories : #Petit & grand écran

Voilà un film que l'on doit prendre le soin de "digérer" après l'avoir vu. C'est du moins la réflexion que nous nous sommes fait en sortant de la salle de cinéma.
Christopher est un jeune homme brillant qui décide, après la remise de diplome de son université, de tout quitter pour partir vivre dans la nature.  Alors même qu'il était accepté à Harvard. Il ne donnera plus aucunes nouvelles à sa famille et ses amis.
intothewild.jpgNous suivons son périple tout au long de ce film de près de 2h30. Et pourtant, il n'est lassant, ce périple. Il y a certes de magnifiques paysages, mais ils sont loin d'être le centre de ce voyage initiatique que nous livre Sean Penn. 
Le point de départ du film  est la découverte par Chris en plein Yukon d'un bus abandonné. A partir de ce moment,  ce bus est le repère géographique et temporel du film. Il ya un avant, et un après. Et ce sont ces périodes que Penn entrelace avec réussite, pour nous faire découvrir le cheminement géographique et spirituel de son personnage. Dont on découvrira l'histoire personnelle au fil d'anecdotes expliquant petit à petit les vraies raisons de son départ.
Un jeune homme idéaliste, il brûle ces derniers dollars et se présente désormais sous le nom d'Alexander Supertramp - habile jeu de mot sur le nom du fameux  groupe de musique et aussi sur "tramp" (vagabond en français) - mais également partiellement aveuglé sur les motivations profondes  de son départ et de cette quête. Il rencontrera des personnages insolites, ou banals, mais qui chacun vont nous parler du rêve américain, de la réalité de ce pays en 1991-92, de l'absurdité du matérialisme et de la précarité voulue et assumée de ceux qui le refuse. Et chacun d'eux fera évoluer Chris, lui apportera une partie de la réponse qu'il cherche.
Sa vie dans le bus est faite d'espoirs, de petits plaisirs et de désillusions. Et d'une révélation.  Tout cela au milieu de livres tels qeu Docteur Jivago ou de nouvelles de Tolstoï. C'est aussi  l'occasion pour Penn de nous mettre face au désir vif de beaucoup d'entre nous de retourner à la nature (sans forcément s'y perdre), ce besoin de solitude, et de communion avec l'environnement, et ses conséquences.
En résumé, voilà un beau film sur l'âme humaine,  sur nos sociétés occidentales, sur la nécessité de l'ouverture aux autres pour apprendre mais surtout pour aimer et partager.

Je n'en dirai pas plus sur ce qui se révèle être une histoire vraie.

Commenter cet article

G
Le film est en effet une expérience très intéressante à vivre. Sean Penn maîtrise admirablement son oeuvre, notamment dans la structure même de l'histoire. Les comédiens sont magistraux, avec un ptit coup de coeur pour ma chouchoute de toujours, Catherine Keener. Ca ne m'a pas non plus donné envie d'adhérer aux idées hippies, mais je pense que le sujet du film n'est pas là.
Répondre
C
Je crois que comme dans un bon livre, pas la peine d'adhérer aux propos du héros pour en apprécier la qualité...
Y
Hummm rien à voir avec l'histoire même si je la trouve intéressante (le film ne prend pas parti d'ailleurs, et montre simplement) , j'ai trouvé la façon qu'a sean Penn de filmer ses  personnages de très très près perturbante et fascinante... au début ça gêne un peu ces super gros plan et peu à peu on se retrouve beaucoup plus impliqué qu'on ne l'aurait pensé et cela avec tous les personnages, un peu comme s'il voulait nous mettre en contact avec leurs émotions... excellent réalisateurs je trouve (je ne me souvenais pas avoir vu un autre film rélisé par lui !)
Répondre
C
C'est vrai, je n'avais pas pensé aux gros plans... tu as raison!! c'est une manière d'impliquer un peu plus le spectateur.
Y
C'est effectivement un très beau film. Pour ce qui est de la "philosophie" du film, je trouve que Sean Penn nous fait éprouver des sentiments contradictoires au cours du film. Et essaie de nous montrer qu'un idéaln'est pas forcément aussi idéal qu'on puisse l'imaginer.Petite parenthèse : les promoteurs de la décroissance n'ont pur objectif que tout le monde se retrouve seul dans un bus en Alaska à manger des racines !
Répondre
E
Bon, ben ça fera 6!... Moi aussi je t'ai taguée!
Répondre
J
Bon dimanche Choupy!  Désolée de débarquer comme ça sans vrai commentaire... mais je pense que tu as été oubliée au jeu de la tag... :o)  Hihihi  Alors, je l'ai fait chez moi!
Répondre
C
Coucou :o)Non je n'ai aps été oubliée.. j'ai déjà été taguée 5 fois en deux jours....!

Nous sommes sociaux !