Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Les monades urbaines - Robert Silverberg

Publié par Choupynette de Restin sur 26 Janvier 2008, 09:24am

Catégories : #Ma bibliothèque, #coups de coeur

Les monades urbaines sont d'immenses batiments de 3000 mètres de haut pouvant accueillir jusqu'à  850.000 personnes.  Nous  sommes au XXIII siècle, et la Terre compte  70 milliards d'être humains. Oui! 70 milliards. Certains sont partis après le chaos engendré par la surpopulations sur la planète et ont crée de nouvelles sociétés sur Vénus. Mais pour ceux qui sont restés, il a fallu trouver de  un autre mode de développement. Les monades en sont le résultat.  Des tours où tout est là pour le confort et le bonheur de leurs habitants.  Qui connaissent la liberté, la paix et la sécurité. La technologie a trouvé toutes les solutions aux divers problèmes de la vie en vase clos de près d'un millions de personnes.
undefined Silverberg nous présente la vie de divers personnages. Charles Mattern, Jason Quevedo,  Sigmund  Kluver, Micael Stratler entre autres. Chacun vit sa monade à sa façon.Mais très vite le lecteur comprend que dans ce monde dit de liberté et de bonheur, les règles sont nombreuses et les anomos (dévients, anormaux) sont vite précipités dans la "chute", et servent finalement de combustible énergétique. Ironie.
Dès le premier chapitre, où Charles Mattern fait découvrir à un vénusien sa monade, on se demande qui Charles tient à convaincre le plus du bonheur de ses habitants: lui ou le visiteur? Le malaise est très vite palpable, les règles, non officielles, sont nombreuses. Par exemple la liberté sexuelle ne l'est que jusqu'à un certain point. La monade qui compte 1000 étages, est divisée en citées (Shangai, Boston, Louisville) de plusieurs dizaines d'étages. La nuit, les hommes partent pour des promenades nocturnes, pour faire l'amour avec des femmes ou hommes. Aucun n'a le droit de se refuser. De même, il est n'est pas interdit, mais très mal vu d'aller à la rencontre de personnes dans d'autres cités.
Silverberg analyse et dénonce dans cet ouvrage captivant les différents courants de pensée des années 60/70 et leurs possibles dérives. Il nous démontre que toute société a besoin de règles, et que les libertés peuvent vite se transformer en obigations. Certains personnages veulent connaître autre chose, se sentent oppressés par cet espace confiné qu'est la monade. Micael partira plusieurs jours à la découverte du monde extérieur, un émerveillement qui ne l'empêchera pas de rentrer à la monade 116, où il sera promptement condamné comme anomo. Sigmund, se sentant de plus en plus déconnecté des impératifs de sa société, plutôt que d'endurer la rééducation psychologique nécessaire à son état, décidera de sa propre fin.
Le bonheur à tout prix n'est décidément pas la panacée!
J'ai été complètement accrochée, bien que je n'ai pas trouvé le style particulièrement travaillé, je l'ai vite oublié au profit de l'intrigue et de l'évolution des divers personnages. Merci à Yue Yin pour cette découverte!

Commenter cet article

yueyin 28/01/2008 18:32

cqfd, faut pas résister aux livres préférés de Yue :-Dcelui-là cela dit est un classique du genre tout comme le Silverberg deuxième époque... j'adore !!!

La liseuse 26/01/2008 22:45

Je viens d'acheter "l'homme programmé" du même auteur. c'est de la SF mais je ne connais pas du tout ses livres. Je lis pratiquement pas de SF non plus. faut bien un début à tout...

Choupynette 27/01/2008 18:57

Tant qu'on n'a pas goûté.. difficile de savoir si ça plait. Yue me l'a proposé et décrit comme un de ses livres préférés.. comment résister?

Karine 26/01/2008 14:07

Normalement, je ne suis pas fan de SF (ben en fait, je ne connaia pas du tout le genre et disons que je suis peu attirée) mais là, je suis quand même bien tentée.   Je suis curieuse, en tout cas!

Choupynette 26/01/2008 15:04

Je ne lis que très peu de SF, mais j'apprécie assez le genre de l'anticipation comme Le meilleur des mondes de Huxley.  Celui-ci m'a vraiment beaucoup plu!

Nous sommes sociaux !