Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


La vie sexuelle d'un islamiste à Paris

Publié par Choupynette de Restin sur 30 Décembre 2007, 11:25am

Catégories : #Ma bibliothèque

Voilà un livre qui se lit à la vitesse grand V, mais qui me laisse toutes sortes de questions dans la tête...
Leïla Marouane nous présente Basile Tocquard aka Mohamed, diplômé d'HEC mais vivant toujours chez môman à 40 ans passés.
Il ne rêve que d'une chose, se libérer de l'emprise  de la mère, et perdre, enfin!, son pucelage. marouane.jpgPour cela, il loue un grand appartement dans les quartiers chics de la capitale, où il compte bien se livrer à toutes sortes de dépravations. Quelque chose en lui, comme un aimant «ethnique» invisible, l’aiguillonnera toujours vers des femmes maghrébines, qui, toutes, se refuseront à ses étreintes sous différents prétextes fallacieux.
Il laisse enfin son passé, du moins le croit-il, de musulman très pratiquant et donneur de leçon derrière lui. Tout semble assez simple dans ce livre, jusqu'à la chute qui remet en perspective toute l'histoire et laisse perplexe le lecteur. Mohamed aurait-il absolument tout imaginé? Serait-il simplement fou? Rien n'est moins sûr...Les derniers chapitres du livre sont ainsi autant de dénouements possibles du récit.
Un livre qui se lit très facilement, et nous donne à voir, non sans humour, les difficultés d'intégration et de choix de vie de ceux qui ne sont pas nés en France, et dont la couleur de peau peut être un handicap; les péritépties et les espoirs d'un homme toujours puceau à 40 ans tiraillé entre valeurs sûres et rêves de liberté à l'occidentale.
On se demande tout de même d'où vient ce titre, alors même que Mohamed, quand bien même il fut relativement strict sur ses principes, n'est vaiment pas un islamiste...Bizarre. Ou simplement marketing?

Commenter cet article

L


Renette, justement, la mère le harcèle pour qu'il prenne épouse choisie par elle. Mais Mohamed préfère s'adonner à 'onanisme... en attendant de trouver sa blonde.



Répondre
L


merci choupynette ! je partage sur Fbk, leila marouane



Répondre
R
merci marie lou, je pense que cette auteure va rejoindre ma liste ; quoi qu'il me semble la connaître, je vais fouiller chez moi !!
Répondre
M
C'est encore moi, Marie-Lou, Bonne Année à toi, Choup et continue avec ton blog, c'est super.
Répondre
C
Merci Mari-Lou pour ce très intéressant com! Et bonne année à toi
M
@rennette Tout ce que tu dis à propos du mariage en islam est juste, leila marouane dans ce roman le met très bien en évidence : la mère de Mohamed s'acherne à marier son fils, elle lui trouve des fiancés et il se dérobe. je pense que le contenu du livre est ailleurs et bien dans son titre; car Mohamed s'installant dans une  vie "indépendante" pour s'adonner à luxure n'est qu'à la recherche de femmes à l'image des 70 houris (les vierges du paradis) qui lui viennent de ses lectures (Coran, textes de théologiens) et l'éducation de son grand-père, un maître soufi. j'ai aussi trouvé la lecture de ce livre très simple, et comme notre hôte sur ce blog, je l'ai lu à une vitesse grand V, mais je pense que l'auteur dont entre-temps j'ai lu Le châtiment des hypocrites (écriture plus dure, plus litéraire, et très engagée par rapport à la condition des femmes issues de la culture arabo-musulmane) a opté pour la simplicité pour nous donner à comprendre le thème essentiel de son livre : les femmes face à un "penseur" musulman, qui serait à mon avis la définition d'islamiste. En tant que "féministe" j'ai été très sensible aux portraits des femmes dans ce livre. Donc pour ma part, j'ai beaucoup apprécié ma lecture et j'ai beaucoup mieux compris mes cousins paternels qui sont de confession musulmane. J'ai aussi aimé la réflexion sur le rôle de l'écrivain, en l'occurence celui que se donne leila marouane : voleuse de vie ou sanctuaire ? J'ai trouvé cela très fort. Quant au marketing, j'avoue que moi-même avant d'acheter ce livre, je me suis posée la question. Mais comme me l'a dit le libraire, un titre marketing serait plutôt du genre  "je l'aimais" ou "reviens-moi". Voilà, c'est mon avis. En ce moment je lis "la jeune fille et la mère" du même auteur (en poche), j'en suis à la centième page et je ne suis pas encore déçue. Inchallah. Bonne année 2008 à toutes et à tous.
Répondre

Nous sommes sociaux !