Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Le nouveau monde

Publié par Choupynette de Restin sur 5 Octobre 2007, 11:56am

Catégories : #Petit & grand écran

malick.jpg

En avril 1607, trois bateaux anglais accostent sur la côte orientale du continent nord-américain. Au nom de la Virginia Company, ils viennent établir "Jamestown", un avant-poste économique, religieux et culturel sur ce qu'ils considèrent comme le Nouveau Monde.
Même s'ils ne s'en rendent pas compte, le capitaine Newport et ses colons britanniques débarquent au coeur d'un empire indien très sophistiqué dirigé par le puissant chef Powhatan. John Smith, un officier de l'armée, est alors aux fers pour insubordination. Déstabilisés, les Anglais préfèrent combattre plutôt que de s'adapter.
En cherchant de l'aide auprès des Indiens, John Smith découvre une jeune femme fascinante. Volontaire et impétueuse, elle se nomme Pocahontas, ce qui signifie "l'espiègle". Très vite, un lien se crée entre elle et Smith. Mais leur relation évoluera parallèlement à celle des indiens et des colons.farrellqorianka.jpg
Terrence Malick m'a une fois de plus charmée, envoutée avec ce magnifique film sur Pocahontas. Très peu de dialogues, des voix off, une musique et une photographie
sublimes font du Nouveau monde un film poétique, qui frise l'onirisme par moments. On suit la rencontre et les "aventures" (même si c'est loin d'être un film d'aventures) de Smith et Pocahontas. farell.jpg
La nature et la musique tiennent une place prépondérantes dans ce film. Les paysages, l'utilisation même que fait Malick de l'environnement font de ceux-ci un personnage presque à part entière de ce film.
Cette fresque n'est pas seulement l'histoire d'un amour qui transcende la différence, ni sur une femme, ni sur la colonisation. c'est  surtout une méditation sur la nature humaine, la relation de l'humain à son environnement, la passion, le deuil, la découverte de l'autre, et subséquemment, de soi. 
q.jpgLa virtuosité de Malick se manifeste autant dans son utilisation de la musique, de la photographie ou encore du montage, qui entrecoupe parfois à des scènces, des plans différents (retour en arrière le plus souvent) sans jamais pourtant perturber le spectateur. Les acteurs sont tous excellents avec en tête Farrell, dont je ne suis pourtant pas une fan et la très jeune Q'Orianka Kilcher.


Commenter cet article

G
Ah... je retrouve dans ton post tout ce que j'ai aimé dans ce film SUPERBE ! J'ai moi aussi été envoûtée et conquise de bout en bout. Poétique, sauvage et doux, mélancolique... les images sont encore au chaud dans ma tête, des mois plus tard. Merci de parler de ce film, ça me fait un effet madeleine, tiens !
Répondre
R
Salut !Bonne soriée !Amitié
Répondre
C
:-DDah oui en effet..mon copain m'avait obligée (!!) à aller le voir... et la aussi, j'ai été... estomaquée par tant de nullité!
Répondre
G
Ca m'a fait ça pour Peal Harbor, mais j'étais juste effaré de toute la connerie que je venais de voir!
Répondre
G
Apparemment un Terrence Malick dans ce qu'il sait faire de bien et de beau. À voir...
Répondre
C
C'est le genre de film, quand le générique de fin arrive, tu restes cloué(e) sur ton fauteuil, l'oeil dans le vague et la tête pleine d'images...

Nous sommes sociaux !