Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


11/22/1963- Stephen King

Publié par Choupynette de Restin sur 29 Mars 2013, 10:07am

Catégories : #Ma bibliothèque

Dire que la déception fut grande, c'est un euphémisme. J'attendais beaucoup de ce nouveau roman de Stephen King. http://cf.badassdigest.com/_uploads/images/16930/us_11-22-63_cover__span.jpgD'abord parce que j'avais énormément apprécié son précédent, Dôme, dévoré en une petite semaine. Ensuite parce que le "pitch" de celui-ci était éminemment prometteur! Imaginez donc: un homme tout ce qu'il y a de plus banal, Jake Epping, professeur d'anglais dans un lycée d'une petite ville du Maine, est chargé par son ami mourant de voyager dans le temps pour aller sauver le président Kennedy. Rien que ça!

 

Et pourtant, le récit ne décolle que rarement. Certes l'humour est là, mais le personnage de Jake est bien trop normal, lisse, pour susciter un quelconque intérêt. N'est pas le Docteur qui veut! Les autres personnages du roman sont d'ailleurs du même acabit.

 

Des pages et des pages qui nous narrent par le menu ses atermoiements, ses questionnements, et pendant ce temps il ne se passe rien. Certes, on est plongé dans les années 50/60, King décrit plutôt pas mal l'époque, mais sans plus. L'histoire d'amour est d'un mièvre que les plus mauvais auteurs des Harlequins de la série blanche ne renieraient pas. Enfin, le thème du voyage dans le temps et son corollaire inévitable, le changement du passé et ses répercutions, ne sont vraiment traités qu'à la toute fin du roman moins de 100 pages avant la fin! Cela semble absolument idiot! L'intérêt à mon sens d'un tel roman se trouvait là, non dans le fait de savoir si Epping arriverait, ou non, à sauver JFK.

 

Chose rare, j'ai lu en parallèle plusieurs autres livres, ce qui prouve bien que je n'ai pas été enthousiasmée, loin de là, par la prose de King. Je ne m'explique pas l'engouement des critiques...

Commenter cet article

Lionel 06/04/2013 00:22


Je suis vraiment très surpris par votre critique très négative. Je viens tout juste de le terminer et ce roman m'a vraiment subjugué. Il combine quatre récits cohérents:


- une reconstitution de l'Amérique du début des années 60 avec notamment une restitution impressionnante (et rare) des mentalités de l'époque que n'aurait pas désavoué Fernand Braudel.
Quand au revers du rêve américain, il suinte des pages de ce livre, Stephen King rendant ici un hommage appuyé à Raymond Carver.


- un récit de science-fiction remarquablement maîtrisé avec pour final une uchronie spectaculaire : là où un écrivain de la stature de Philip Roth s'est cassé les dents ("Le
complot contre l'Amérique"), S.King parvient avec une certaine maestria à dévérouiller les portes de l'Histoire.


- Une intrigue hard-boiled haletante avec en prime une prise de position sur l'assassinat de JFK bien argumentée qui prend le contre-pied des multiples théories du complot : là
encore, de Norman Mailer ("Le cas Oswald") à l' historien français spécialiste des USA André Kaspi l'approche de S.King colle au plus près de la réalité avérée.


- Enfin, une passion amoureuse poignante beaucoup plus proche dans son dénouement d'une tragédie shakespirienne que d'un final (je vous cite) "mièvre et à l'eau de rose de la
collection Harlequins"... en fait, je n'ai quasiment jamais lu de romans Harlequins (ce qui ne semble pas être votre cas), mais dans l'idée que je m'en fais le dénouement final est
généralement positif pour les couples qui se forment dans ces livres : ce qui n'est absolument pas le cas dans ce roman (là, franchement je me demande si vous l'avez lu jusqu'à la
fin: en aucun cas cela ne se termine bien pour le couple en question, donc nous ne sommes pas dans l'eau de rose...)


Bref, je suis vraiment sidéré par votre critique acerbe et pour ma part je ne peux que fortement recommander la lecture du 11/22/1963...


 


 

Choupynette de Restin 06/04/2013 13:11



Bonjour Lionel,


Ravie que ce roman vous ai plu!c'est bien là l'essentiel!


Mon avis est tout aussi subjectif que tous les autres, puisque par définition ce n'est qu'un avis, une opinion. Je comprends vos remarques, mais je n'ai pas eu ce rssenti là à la lecture de ce
roman.
Quant à Harlequin (la citation que vous mettez n'est pas exacte, d'ailleurs ;) ), j'en ai lu un (le seul de ma vie d'ailleurs) lors d'un défi un peu déjanté qui a eu lieu sur la blogo littéraire
en 2009. Le billet est en lien, et vous pouvez voir ce que j'en pense.


Quant à préférer King à Roth, c'est moi qui suis sidérée! :) Mais là encore, chacun son ressenti, chacun ses coups de coeurs.



Vonnette 03/04/2013 17:13


Moi qui me faisait une joie de lire ce livre...ta chronique me refroidit sacrément ! A voir...

Choupynette de Restin 03/04/2013 19:18



llis-le, tu feras peut-être partie de ceux (la grande majorité pour l'instant) qui ont adoré!



Alex-Mot-à-Mots 02/04/2013 16:59


L'engouement tient peut-être au seul nom de l'auteur....

Choupynette de Restin 03/04/2013 19:19



va savoir... il y a parfois des mystères!



Tiphanie 01/04/2013 22:01


argh j'ai peur du coup, mon Zamoureux me l'a offert ce weekend!

Choupynette de Restin 02/04/2013 15:14



tu feras peut(être partie de ceux qui ont adoré! ils sont nombreux apparemment!



Brize 01/04/2013 21:18


Eh bien, ça calme, là ! Après tant d'avis élogieux, tu émets plus qu'un sérieux bémol, c'est carrément la douche !


Le problème est que tous les défauts que tu mets en avant sont ceux que je redoutais. En plus, j'attendais beaucoup des paradoxes temporels etc.


De toute façon, je n'avais pas l'intention de l'acheter, donc comme ça j'ai moins d'impatience à le trouver en bibli, cool !

Choupynette de Restin 02/04/2013 15:15



la douche oui! ce fut un pensum ce bouquin, surtout après l'enthousiasme de Dôme! j'attendais beaucoup de ce roman...



Nous sommes sociaux !