Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Le mage du Kremlin - Giuliano Da Empoli

Publié par Choup sur 25 Septembre 2022, 09:05am

Catégories : #Ma bibliothèque

L'ancien conseiller de Matteo Renzi (président du conseil des ministres italien) Giuliano Da Empoli imagine la confession d'une éminence grise de Vladimir Poutine, Vladislav Sourkov, que dans ce roman il nomme Vadim Baranov. Sourkov disparaît mystérieusement en 2020... vous imaginez ce que vous voulez sur son destin!

Le mage du Kremlin nous emmène donc aux côtés de ce Baranov, érudit, fils d'un haut placé de l'ère soviétique, petit-fils d'un aristocrate qui s'en était plutôt bien sorti après l'avènement des Bolcheviques. Baranov quant à lui fut longtemps universitaire, "théâtreux" au coeur du Moscou plein d'énergie des années 1990. Puis il rencontre Poutine, à l'instigation de B. Berezovsky (oligarque à la tête de la plus grande chaîne de télévision russe, qui fut retrouvé pendu chez lui à Londres après sa disgrâce), et devient son éminence grise. Poutine, c'est la marionnette qui échappa à ses maîtres, qui le placèrent là, pour pouvoir continuer à bénéficier du système mis en place après la chute de l'URSS par Eltsine. Au final, c'est désormais lui qui tient les ficelles... et tous dépendent de lui.

Le récit court jusqu'aux années récentes. Quasiment 20 années de pouvoir, de manigances, de coups bas et de coups d'éclats. Je dois dire avoir été intéressée et en même déçue par ce roman. De fait, je n'ai pas appris grand chose en termes historiques ou politiques. Mais il faut dire que depuis 2 ou 3 ans, j'ai pas mal lu et vu des documentaires sur le sujet. Je l'ai tout de même lu avec plaisir, parce que le personnage de Baranov est sans complexe, arrogant.

Pour quelqu'un qui n'y connaît pas grand chose, ce roman de Giuliano Da Empoli sera passionnant en ce qu'il décrypte bien les façons de penser des dirigeants russes vis-à-vis de leur population et de l'Ouest, les mécanismes et les rouages du pouvoir au Kremlin, entre oligarques et siloviki (les hommes de la force (entendez par là police, service secrets) les plus proches de Poutine).

Da Empoli retranscrit bien l'évolution de Poutine, de chef du FSB pas franchement à l'aise devant les caméras à Tsar incontestable; la volonté des russes de faire partie du concert des grandes nations, puis face à la condescendance (ou ressentie comme telle) des dirigeants européens/américains, décider de suivre sa propre voie, se réfugiant dans la pseudo supériorité russe etc. On lit le déroulement d'évènements clés: les soi-disant attentats tchétchènes à Moscou en 1999, le sous-marin Koursk, les jeux de Sotchi etc. On croise Evgueni Prigogjine, l’homme de Wagner, Aleksandr Zaldostanov, le biker des Loups de la nuit un groupuscule d'ultra droite qui fit partie des combattants se faisant passer pour des séparatistes dans le Donbas en 2014, Khodorkovsky un autre oligarque ou encore Garry Kasparov. Ce côté-là est intéressant à lire.

Côté roman, je n'ai pas été particulièrement impressionnée par Le mage du Kremlin, peut-être aussi parce que beaucoup de choses m'étant connues, il n'y avait pas franchement la notion de découverte (des personnages, des évènements), quant à la vie sentimentale du personnage et ses grandes explications quasi-philosophiques, elles m'ont ennuyée. Heureusement qu'elles ne prennent que deux ou trois chapitres!

Pour les personnes intéressées par le système Poutine et qui n'y connaissent pas grand chose, je pense que ce sera une lecture très intéressante. Pour ceux qui s'y connaissent un peu plus en revanche...

Enfin j'ajouterai la pertinence de certaines citations, au regard de la situation actuelle :

"la première règle du pouvoir est de persévérer dans les erreurs, de ne pas montrer la plus petite fissure dans le mur de l’autorité".

"On demande à notre public de nous indiquer ses héros, les personnages sur lesquels se fonde l'orgueil de la mère Russie, nous nous attendions aux grands esprits [...] Mais que nous ont donné les spectateurs, la masse informe du peuple habitué à courber le dos et baisser le regard? Que des noms de dictateurs.[...] Celui qui a reçu le plus de voies fut Staline."

"Les gens ne s'intéressent plus à la politique, nous leur offrirons une mythologie"

Commenter cet article

Z
Je sais que je vais le lire, même si on connait un peu le personnage, mais ceux qui gravitent autour doivent être gratinés aussi
Répondre
C
ah ça c'est sûr...c'est du "beau" monde...
A
Des citations parlantes.
Répondre
C
n'est-ce pas!
A
En roman, je ne sais pas si j'aurais le courage de me lancer dans ce type de lecture, mais c'est le genre de sujet qui peut m'intéresser en documentaire.
Répondre
C
Il y en a eu de très bien récemment, notamment sur LCP et Arte. Très intéressant pour comprendre l'évolution de Poutine. TU as aussi un excellent podcast sur RadioFrance, intitulé Poutine le tsar soviétique. 4 épisodes d'une heure. Passionnant!
A
J'ai pas mal lu et entendu sur le sujet ces dernières années, mais une petite révision ne serait pas de trop. On verra s'il croise ma route.
Répondre
V
Je n'y connais pas grand chose, je pense donc que ça pourrait m'instruire...
Répondre
C
En effet, tu devrais apprendre (et comprendre, du coup) pas mal de choses;

Nous sommes sociaux !