Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En cette fin d’année 1985 à New Ross, en Irlande, Bill Furlong, le marchand de bois et charbon, a fort à faire. Aujourd’hui à la tête de sa petite entreprise et père de famille (5 filles!), il a tracé seul sa route : élevé dans la maison où sa mère, enceinte à quinze ans, était domestique, il a eu plus de chance que d’autres enfants nés sans père.

Un jour, alors qu'il apporte sa livraison au couvent local, il rencontre les jeunes femmes (jeunes filles pour nombre d'entre elles) qui y vivent et y travaillent. Bill Furlong, homme bon, est choqué par ce qu'il découvre.

Si l'on parle de couvents, de blanchisseries où triment des jeunes filles, on pense immédiatement aux infâmes couvent des Magdalens. C'est dans l'un d'eux que Claire Keegan emmène son personnage principal. Aux côtés de Bill, à travers ses réflexions, nous découvrons la vie dans une petite bourgade d'Irlande dans les années 80, alors que l'économie est loin d'être florissante. Tout le monde se connaît, naître de fille-mère et/ou de père inconnu est terrible. Une tare qui peut vous suivre toute votre vie, vous marquer terriblement. Quant à être ladite mère...

Bill Furlong, lui, a eu la chance d'être pris sous son aile par la maîtresse de maison où travaillait sa mère. Et ce fait va avoir beaucoup d'importance sur la façon dont il voit la vie...et dont il va réagir à la découverte de ces filles dans le couvent.

Claire Keegan tisse un environnement qui semble paisible, simple et chaleureux, puis au fur et à mesure des pages, on sent comme un malaise s'insinuer. Sous la bonhommie, sous la bienséance et la cordialité, il y a tout un monde de non-dits, de corsetage social, de règles tacites qu'il ne faut surtout pas violer, au risque d'en payer un prix exorbitant. Ce genre de petites choses -là sont au coeur de ce très court roman (une novella). De celles qui vous sauvent ou vous condamnent, quand bien même elles semblent insignifiantes au premier abord. De petites choses qui peuvent mener à de grands gestes.

Une belle lecture, extrêmement émouvante. Surtout la fin. Et ce personnage de Bill Furlong, qui s'interroge sur sa vie, sur ce qu'il est devenu et à quoi cela a tenu. Pas grand chose en fait. Mais cela a fait de lui un homme bon. Et certaines choses, pour lui, ne sont pas acceptables.

A voir aussi sur le thème des couvents/blanchisseries en Irlande, le très beau film The Magdalene sisters.

En aparté : j'avais déjà entendu parler de Claire Keegan, en très bien, mais je n'avais encore jamais rien lu. Et puis récemment ma bibliothèque a eu une excellente initiative : les coups de coeur des bibliothécaires sont signalés par un coeur sur la couverture du livre ET sur sa tranche. C'est ainsi que j'ai repéré ce roman (tout comme j'avais découvert La saison de l'ombre de Léonora Miano). Deux très belles lectures/découvertes qui me confortent dans ma décision récente : je piocherai désormais régulièrement dans les coups de coeurs de la bibliothèque.

Tag(s) : #Ma bibliothèque
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :