Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


Les vierges - Irène Nemirovsky

Publié par Choup sur 4 Août 2022, 14:31pm

Catégories : #Ma bibliothèque

Résumé de l’éditeur : Femmes terrassées par la fortune qui a cessé de leur obéir. Hommes brutalement dépouillés de leurs atouts. Mères abîmées dans le regret du "temps aboli". Fils et filles hantés par la malédiction de l'hérédité. Rarement l'ironie d'Irène Némirovsky aura fait autant de ravages que dans ce volume plein d'"avertissements à distance". Si fragile que soit le sort d'Anne, Marcelle ou Camille, un fil les relie à la vie. Il court d'un bout à l'autre de ces douze nouvelles, inédites ou introuvables, qui offrent un inattendu raccourci de son talent dans des domaines tels que le scénario ou l'histoire de fantômes. Interrogeant les caprices du destin à mesure que se joue le sien, l'auteur de "Suite française" teinte son art d'amertume avant de le retourner contre elle dans "Les vierges", dernier texte publié de son vivant : "Je suis seule comme vous à présent, non pas d'une solitude choisie, recherchée, mais de la pire solitude, humiliée, amère, celle de l'abandon, de la trahison...".

Après ma lecture de Chaleur du sang, qui m’avait emballée, je m’étais promis de relire Irène Nemirovsky. C’était donc il y a…un nombre certain d’années. J’ai fini par mettre la main sur ce recueil de nouvelles grâce à l’aide d’une des bibliothécaires, qui a commandé ce titre à la médiathèque départementale.

Je dois le dire d’emblée, le bonheur de lecture de Chaleur du sang ne fut pas au rendez-vous. J’ai même failli abandonner l’ouvrage après la lecture de la première nouvelle, qui est en fait plus un scénario qu’autre chose. Le texte est télégraphique, comme des didascalies, des descriptions à l’attention d’un réalisateur et de son équipe. Et franchement, à lire ça n’est pas de mon goût.

C’était mieux sur certaines nouvelles, et comme la description de l’éditeur l’indique, l’un des thèmes récurrents du recueil est la filiation, la transmission par-delà les générations, pour le meilleur et pour le pire. J’ai retrouvé par moments une écriture plaisante, ironique parfois, cruelle aussi. Une belle langue. Mais je n’ai que très rarement été touchée par les personnages. Je relirai Nemirovsky, mais en roman… pas en nouvelles.

 

 

Commenter cet article

A
C'est pour ça que je me risque rarement dans les nouvelles, c'est tellement inégal d'un texte à l'autre. Enfin, il y a des exceptions tout de même, et d'excellents nouvellistes. Toujours pas lu Irène Nemirovsky mais c'est en projet, et bien sûr ce sera en roman.^^
Répondre
A
Si je peux me permettre, je te conseille "Le bal" (qui a le mérite d'être à la fois percutant et court, ce qui permettrait que tu te rabiboches avec l'autrice ;-) ) et aussi "Jezabel".<br /> Je n'ai jamais lu de nouvelles d'I. Némirovsky mais je suppose que comme dans tout recueil, les textes sont inégaux et souvent, il est profitable de n'en lire que quelques-unes de temps en temps plutôt que toutes d'un coup.
Répondre
C
Merci de ton conseil!! je note bien sûr!
K
C'est une autrice que je me suis promis de relire, mais bon, ce sera sans doute avec un de ses romans les plus connus et appréciés...
Répondre
A
Je n'ai lu que des romans d'elle ; j'ai tellement à lire, je ne retiens pas ce recueil de nouvelles.
Répondre
U
J’ai lu «  suite française » et deux autres romans de cette grande autrice que j’ai aimés. Jamais tenté les nouvelles en revanche … ma petite Choup, ton avis me refroidit un peu …
Répondre

Nous sommes sociaux !