Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


La nuit du 12 - Dominik Moll

Publié par Choup sur 22 Juillet 2022, 12:21pm

Catégories : #Petit & grand écran, #coups de coeur

La nuit du 12 octobre 2016, Clara est brûlée vive dans le parc non loin de chez ses parents, alors qu'elle rentrait à pied d'une soirée chez sa meilleure amie. Nous suivons, dans cet excellent film de Dominik Moll, les enquêteurs de la police judiciaire de Grenoble, avec à leur tête un nouveau chef, Yohan (interprété avec intensité par Bastien Bouillon), et dans l'équipe Marceau (Bouli Lanners impeccable).

La nuit du 12 est un film remarquable en tout point, de la réalisation à l'interprétation. Un film qui annonce dès les premières minutes que le coupable ne sera jamais trouvé.

Dans cette enquête sans témoin ni indice, l'équipe de Yohan patauge... y compris parfois dans ses propres préjugés. Dominik Moll réalise un film d'homme... (il n'est évidemment pas anodin qu'il n'y ait aucune femme dans cette équipe-là, rappelant que les règles sont celles des Hommes) et féministe. Cette équipe d'enquêteurs, tous des hommes donc, s'attaque à un meurtre de femme. Une femme "pas compliquée", mais pas "facile". Et cela en perturbe un peu l'enquête: Clara tombait facilement amoureuse, elle a eu de multiples partenaires. Dans l'esprit de beaucoup ça en fait une victime "qui l'a bien cherché".

Dominik Moll montre magistralement les difficultés d'une investigation, surtout dans le cas d'un féminicide, quand la victime n'est pas "parfaite". Il évoque aussi l'impact que peuvent avoir certaines affaires sur les policiers qui enquêtent, les marquant parfois à vie.

Il nous parle de masculinité toxique, de cette violence que les auteurs ne reconnaissent même pas comme telle (à l'instar de l'ex rappeur, qui a fait une chanson où il dit comme il veut "cramer" Clara et réplique: "c'est que des mots" quand on l'interpelle sur la violence des paroles).

Pour Yohan, le plus terrible ainsi qu'il le dit à une nouvelle juge d'instruction trois ans après, c'est que "tous les suspects auraient pu la tuer"... Tous les hommes auraient pu la tuer. Mettant ainsi le doigt sur les rapports hommes/femmes dans notre société. De fait, tout au long du film, à travers les suspects interrogés mais aussi les policiers, Dominik Moll montre à quel point les hommes portent en eux une violence mortifère à l'égard des femmes.

Un film extrêmement prenant, qui prend son temps tout en gardant une tension, une intensité qui doivent beaucoup aux interprètes il me semble. Bastien Bouillon m'a aimantée par son jeu. Son personnage est très intéressant: célibataire, il passe des heures à tourner en rond sur la piste du vélodrome, métaphore de son travail d'enquêteur, solitaire et donnant parfois l'impression de ne pas avancer.

Peu de cris, pas de course poursuite ou de grosse montée d'adrénaline dans La nuit du 12, mais un polar noir qui dit beaucoup de nous, de notre (in)capacité en tant que société à sortir des préjugés misogynes qui tuent. Film inspiré d'une histoire vraie, et tirée du livre de Pauline Guéna, 18.3, une année à la PJ.

A lire: une interview dans Télérama du réalisateur Dominik Moll.

Une interview des acteurs principaux et du réalisateur à Cannes.

Commenter cet article

M
Un excellent film !
Répondre
K
Tu donnes envie, mais ça m'a l'air bien plombant quand même
Répondre
C
on va dire que ce n'est pas joyeux, mais il y a quelque chose dans cette persévérance inoxydable des policiers une raison d'espérer...je n'en sis pas sortie totalement déprimée... ;)
A
Je ne savais pas trop de quoi il retournait. Tu éclaires ma lanterne.
Répondre
C
Tu comptes aller le voir, alors?
D
PS : merci pour l'interview, très intéressante.
Répondre
C
avec plaisir!
D
Bonjour Choup, je suis contente que le film t'aie plu autant qu'à moi. Je pense que je le reverrai avec plaisir. Les acteurs sont tous très bons. Bon dimanche.
Répondre

Nous sommes sociaux !