Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y'a d'la Joie!

Y'a d'la Joie!

Aventures culturelles en tout genre depuis 2006


L'affaire Collini - Ferdinand von Schirach

Publié par Choup sur 13 Juin 2022, 11:51am

Catégories : #Ma bibliothèque

Récemment, Dasola a vu l'adaptation de ce roman de Ferdinand von Schirach en film, et c'est à cette occasion que j'ai découvert ce titre. Son billet sur le livre était enthousiaste, je me le suis procuré.

Tout commence par le meurtre d'un octogénaire dans un chambre d'hôtel à Berlin au début des années 2000. Un meurtre assez horrible puisque l'homme est tué de plusieurs balles dans la tête, et défiguré par la suite à coups de talons. Le meurtrier, un certain Collini, Italien de 67 ans, résidant depuis plus de 30 ans en Allemagne, descend à la réception et demande à ce que la police soit appelée. Il ne dira pour ainsi dire plus un mot.

C'est le jeune avocat fraîchement intégré au barreau de Berlin, Caspar Leinen, qui sera commis d'office. Il apparaît rapidement qu'il connaissait très bien la victime: il fut ami pendant des années avec le petit-fils de celui-ci, et passa beaucoup de temps dans le château de la victime. Pour lui, difficile de défendre son client: il ne nie pas, au contraire, mais ne dit rien sur le mobile de ce meurtre.

Un détail va cependant mettre Leinen sur une piste...et c'est en fait dans des faits datant de la Seconde guerre mondiale en Italie qu'il trouvera le mobile.

L'affaire Collini aborde donc le thème des répercussions (ou pas) des crimes des Nazis commsi pendant la guerre, sur les sociétés européennes dans les décennies suivantes. Sur notamment l'aspect juridique: prescription, complicité etc. Ici, en l’occurrence, un homme "bien sous tout rapport" s'avère avoir dirigé des actes horribles, puis la guerre terminée, a poursuivi sa vie comme si de rien n'était.

Mon avis est mitigé sur ce roman pour plusieurs raisons. D'abord parce que le style de Von Schirach est d'une grande platitude. Et comme souvent quand je n'accroche pas avec le style, une "agacerie" vient parasiter la lecture, ici une sorte de "gimmick" : quand une scène met les personnages devant de grandes décisions/émotions, il y a systématiquement ou presque la description de ce qu'ils/elles voient par la fenêtre... où les gens vivent leur vie normalement. Au bout de trois fois, ça fait beaucoup.

Ensuite, je pense que le sujet, passionnant, aurait mérité d'être bien plus approfondi en premier lieu sur l'aspect de la justice (une loi votée en 1968 a ainsi permis que les fonctionnaires et soldats "simples exécutants" ne puissent plus être poursuivis). Ici c'est finalement "réglé" en quelques pages. D'un point de vue de l'intrigue le roman aurait probablement gagné à s'étoffer.

De même autour du ressenti des personnages que sont Leinen et la petite-fille de la victime qui ont tous les deux adoré cet homme et découvrent ce qu'il a fait après sa mort. Ils n'ont bien sûr pas connu la guerre, qui pour eux fait partie des livres d'histoire, et là elle les rattrape au plus intime. Un peu plus d'épaisseur aurait été bénéfique, d'autant plus que l'auteur fait le choix de ne jamais nous faire rentrer dans la tête de Collini. Le roman reste donc très factuel et sans assez d'épaisseur psychologique.

Ceci étant dit, il reste quand même intéressant à lire, et met en lumière l'absence de véritable "dénazification" de l'Allemagne après la guerre. Il a apparemment eu un impact puisque après sa publication "le ministère fédéral de la Justice a institué une commission d'enquête indépendante pour évaluer l'empreinte laissée par le passé nazi sur le ministère. Ce livre a participé à la mise en place de cette commission". (postface du roman)

Je serais curieuse de voir le film maintenant.

Sur le thème connexe de la traque des nazis, à voir, le film de Lars Kraume, Fritz Baeur, un héros allemand.

Commenter cet article

D
Bonsoir Choup, je suis contente de t'avoir donné envie de lire le livre. Le film est bien. Et je conseille aussi Fritz Bauer, un héros allemande. Bonne soirée.
Répondre
A
Le sujet est intéressant, le résumé me parlait bien, dommage pour les réserves. Le style en particulier, c'est quelque chose d'assez fatal aussi chez moi. Si ça dessert le sujet, ça gâche quand même un peu tout.
Répondre

Nous sommes sociaux !